SUPREME LEAGUE JJB 2017

    

Calendrier des évènements
colossus

Détails de l’évènement


SUPREME LEAGUE JJB 2017
Après un succès et des combats de Jiu jitsu brésilien de haute teneur, la Supreme League revient avec son tournoi par équipes internationales. L'équipe Suisse Icon de Genève réussira t'elle l'exploit d'être sacrée à nouveau championne de la league ?



Aucun commentaire à afficher.

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant
  • Contenu similaire

    • Par Bittan Académy
      http://patrickbittan.com/
      Ces dernières années, les frères Bismuth ont proposé des stages sur des gardes clés du jiu jitsu brésilien telles que la x-garde, la garde papillon et les demi-garde. Cette année ils ont choisi de proposer un travail sur les clés de bras.

      Les clés de bras sont souvent considérées à juste titre comme l’aboutissement d’une logique et donc intégrées dans l’étude de positions ou systèmes tels que la garde fermée ou le contrôle latéral. Pourtant il existe un certain nombre de principes essentiels aux clés de bras, afin de les rendre plus difficiles à défendre, à anticiper ou détecter, et limiter la force nécessaire pour obtenir l’abandon de son partenaire. Il faut parfois rechercher des contrôles moins classiques et des angles de levier dans les axes de faiblesse des structures défensives choisies par l’adversaire, même si ils ne sont pas naturels.

      Souvent les difficultés sont sources d’innovation: Gordo développa son système de demi-garde suite à une blessure au genou ne lui permettant plus travailler en garde fermée. « Sans me comparer à un jiu jitsuka de son calibre, une blessure au poignet ne me permettait plus de saisir fermement, rendant l’exécution des clés de bras compliquées et me forçant à développer d’autres types de contrôles moins naturels, mais efficaces et souvent surprenants. On me pose souvent des questions à l’académie sur mes clés de bras et j’ai voulu prendre le temps de conceptualiser un peu les principes que j’utilise, souvent de manière inconsciente » commente Samuel.

      Les frères Bismuth vous attendent le 26 Août à la Bittan Academy de Verrière-le-Buisson afin de partager sur ce thème passionnant.

    • Par Bittan Académy
      Mercredi 22 mars 2017, la Bittan Academy a accueilli Valdir Araujo, plus connu sous le nom de « baby monster », actuellement chez les Blackzilians de la Black House à Miami. Expert en Jiu jitsu brésilien, combattant professionnel de MMA, plus de 24 combats à son actif dont un contre Chris Weidman (ancien champion de l’UFC des poids moyens), Valdir est un véritable guerrier avec lequel les élèves de la BA de Verrières le Buisson ont eu l’occasion de partager un entrainement des plus technique. Après un rapide échauffement, c’est parti ! Projections, contres et soumissions, tout le monde y trouve son compte.
      Mais la séance ne s’arrête pas là. Après la technique place au combat, c’est avec une grande humilité que le champion se joint à nous. Nombreux sont ceux qui, à la suite de ces combats, pourront témoigner de sa puissance tant technique que physique. C’est avec une grande satisfaction que les participants sont rentrés chez eux.
      Un grand merci à Valdir Araujo et aux membres de l’académie De la Riva Nantes qui ont fait le déplacement spécialement pour ce Master Classe inoubliable.
       


      ÉQUIPE DE CEINTURES NOIRE ET MARRON

      TRAVAIL TECHNIQUE SUR LES ATTAQUES AUX JAMBES ET LES DÉFENSES



      VALDIR ET PATRICK


    • Par Bittan Académy
      Rencontre avec le Judo…
      Patrick Bittan
      « La chance de croiser maître Awazu… »
      Nous sommes en 2003. Patrick Bittan revient tout juste du Brésil où il a remporté une médaille d’argent aux Monde a Sao Paolo, la toute première du Jiu Jitsu Brésilien français. 
      Avec Christian Derval, il décide d’aller à la rencontre du Judo tricolore. Les deux hérauts du JJB français vont se transformer en héros : ils vont présenter leur style devant quelque 500 hauts gradés, tout acquis à la cause de l’école Kano. Récit d’une rencontre historique qui aurait pu effacer une querelle séculaire.
      Par Ludovic Mauchien
      En 2003, le JJB français a largement dépassé le stade des balbutiements. En moins d’une décennie, il s’est développé à vitesse grand V. Mais il n’a pas encore atteint la reconnaissance officielle des instances du sport. Il évolue dans son coin, pas en son sein. 
      Pour accélérer le mouvement, pour démontrer la viabilité de leur pratique, Christian Derval et Patrick Bittan décident d’ouvrir les frontières. Ils pensent qu’il faut aller se confronter aux représentants de l’école Kano, en clair le Judo « officiel », celui reconnu et dispensé par le Kodokan au travers de la FFJudo. 
      « On s’est aligné aux championnats de Jiu Jitsu, Ju Jitsu Fighting et Ju Jitsu Duo Fighting », raconte Patrick Bittan. « Puis nous sommes allés voir Eugène Domagata à la Fédération Française de Judo (FFJDA). A l’époque, il était l’entraîneur national du Ju Jitsu Fighting aujourd’hui Président Mondial du Ju Jitsu . Dans son bureau, nous lui avons montré plusieurs vidéos de JJB. Il s’est montré intéresser et, visiblement, il a perçu le potentiel de notre école car il nous a invités, Christian et moi, à intervenir lors du grand stage des professeurs de Judo/Ju Jitsu à Boulouris ».
      Kano vs Maeda, Ne Waza vs JJB

      En août 2003, les deux hérauts du JJB français débarquent dans le Var. Judokas de formation, ils ne sont pas en terre inconnue. Mais quand même… Car, en face d’eux, ils vont avoir les plus hauts gradés du Judo français (minimum 5e Dan), qui participent au stage annuel dédié aux enseignants de l’école Kano. Autant dire que l’école Maeda, ce n’est pas leur tasse de thé. 
      « Nous avons eu la chance de croiser maître Awazu (décédé en mars 2016 à 93 ans, il était l’un des fondateurs du Judo français). Nous avons discuté  avec lui. Nous, nous lui avons parlé du JJB. Il nous a dit : « ah, la vieille querelle historique des deux écoles ».

      Kano vs Maeda, Ne Waza vs Jiu Jitsu Brésilien, tradition vs évolution. Mitsuyo « Conde Koma » Maeda, brillant élève de Jigoro Kano, fut envoyé par celui-ci à travers le monde pour démontrer l’efficacité de l’école qu’il venait de fonder. 
      Maeda serait crédité de 2000 combats victorieux. En 1914, il s’installe au Brésil, à Belem (pour l’anecdote, également la ville natale de la famille Machida). Il rencontre un certain Gastao Gracie, père de Carlos et d’Helio, grand-père de Rickson. Le Gracie Jiu Jitsu, l’école Maeda donc, vient de germer.
      « Montrez-nous ce qu’est ce JJB… »
      Patrick Bittan va de suite être mis dans le bain de la « vieille querelle historique des deux écoles »… « On m’a empêché de monter sur le tapis car mon Kimono avait des patchs. Il fallait un Kimono tout blanc. Par respect, je me suis exécuté », se souvient Patrick Bittan. « J’ai donné un cours pendant plus d’une heure. A la fin, une ceinture rouge et blanche est venue nous voir et nous a dit : « c’est incroyable ! J’ai l’impression que l’on m’a menti toute ma vie sur les déplacements. Je sens que l’on doit faire comme vous venez de nous le montrer. C’est une voie de travail que l’on avait négligée. Merci ».
      Le plus dur serait-il fait pour Christian Derval et Patrick Bittan ? Pas encore. Mais la 1ère étape est franchie avec un certain succès. Mais il va leur falloir passer l’échelon supérieur, un quasi « man to man », un JJB vs Ne Waza à la sauce tricolore… « On nous a proposé de nous rendre dans un Dojo attenant. On s’est retrouvé avec 4-5 hauts gradés. Il y avait Patrick Roux, Eugène Domagata, Jean Michel Feste, un entraîneur de l’équipe de France… Et là, on nous dit : « montrez-nous ce qu’est ce JJB » !, en rigole aujourd’hui Patrick Bittan. « Christian expliquait et je montrais sur le tapis. Cela devait durer 5 minutes. Au bout de 25-30 minutes, Patrick Roux, l’expert du Ne Waza français, a voulu essayer. Je me suis retrouvé à faire un Randori avec lui ! ».

      « Patrick Roux était très fort. C’est une science ! »
      Un duel à l’ancienne, une opposition de connaissances, une association de compétences… Patrick Bittan conserve de cette rencontre historique un souvenir assez ému. « Le Randori était en Judo au sol. Patrick Roux était très fort. C’est une science ! Il n’utilisait aucune force, il était sur le placement. C’était pareil de mon côté. J’ai lancé des attaques que je savais qu’il ne pouvait pas connaître, des développements du JJB, notamment des positions, qui n’existe pas en Judo. C’est ce que l’on appelle le Jiu Jitsu « invisible » de Rickson Gracie (dont il a été l’élève aux Etats-Unis). A la fin du Randori, Patrick Roux a dit devant tout le monde : « il y a toute une partie du Ne Waza que je ne connais pas » ! ».
      Cette journée aurait pu (dû) changer l’histoire du Jiu Jitsu Brésilien en France. L’union a failli être scellée. Mais, 15 ans après, force est de constater qu’elle a surtout failli. Marier le Ne Waza et le JJB semble mission impossible. « C’est dommage », déplore Patrick Bittan. « Mais je constate que nous, notre école, le Jiu Jitsu Brésilien, comptons beaucoup de champions de France, d’Europe et du monde en compétition officielle de Ne Waza : Nelly’s Tonco, Laurence Cousin, Océane Talvard… Et beaucoup d’autres ». Et tac !
       
      Règles Ju-Jitsu Ne-Waza
      NE_WAZA (français JJIF)
    • Par Bittan Académy
      L’événement du 03 juillet 2017 restera à jamais graver dans l’histoire de jiu-jitsu français. La remise des grades annuelle à connue un succès sans précédant, avec comme invité d’honneur Luis Limao, représentant du Gracie Jiu Jitsu et bras droit de Rickson Gracie.
      Les élèves et les affiliés de la Bittan Academy se sont vu remettre leur ceinture par Luis Heredia Limao lui-même, mais cette fois-ci ils n’ont pas été les seuls à être récompensés de leurs efforts. En effet pour la première fois en Europe, un non brésilien s’est fait remettre le grade de 5ème dan, un grade porté que par une centaine de personnes dans le monde. Patrick Bittan, pionnier du jiu jistu brésilien en France est devenu le premier français à recevoir ce grade.
      La tradition récompensant les nouveaux gradés une fois achevée, c’est maître Luis Limao, qui très ému par l’ampleur de la cérémonie, plus de 90 personnes avec une vingtaine de nouveaux diplômés, à pris la parole pour témoigner la joie qu’il éprouvait de remettre à son ami et frère d’arme, Patrick Bittan, son diplôme de 5ème dan.
      Nouvelles ceinture noire:
      5eme Dan – Patrick Bittan
      3eme Dan – Jailson Torres
      1ere Dan – Yacine Mdhari
      Noire – Kevin Elbaz
      C’est ensuite que le « master class » à commencé et en à surpris plus d’un. Le maître à décidé de partagé avec nous l’essence du JJB en nous transmettant le but vers lequel nous devions nous orienter. Maître Luis ne s’est donc pas contenté de nous enseigner des techniques mais à vraiment changé la vision du jiu jitsu pour beaucoup de participant à cette soirée là en nous rappelant que la
      « Bittan academy est une école où l’on pratique le Gracie jiu jitsu »
      La cérémonie qui commença à 19h30 c’est terminé bien après minuit dans la joie et la bonne humeur autour d’une buvette bien approvisionnée et de discussions passionnées sur le JJB.


















© IKUSA 2003 - 2017 tous droits réservés