Aller au contenu

L' annuaire des clubs est de retour, il ne reste plus qu'aux clubs à en faire la promotion, c'est simple, rapide et gratuit. Alors parlez-en dans vos clubs.

En savoir plus.

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Darragh Creamer

Conseils de base

Messages recommandés

@@Darragh Creamer une petite question pour toi qui est spécialiste du 5*5

 

Que pense tu d'un programme qui commencerai par un 5*5 sur un exo de base puis enchainerai sur de l'hypertophie 

par ex je commence ma séance par un 5*5 au dc en pyramidal pour etre a 100% du 5rm a la 5e serie

 

puis completer par 4*10 au décliné ou incliné , 4*10 ecarter couché et enfin un 3*10 dips lester 

 

est ce que ça permettrait de bien progresser en force tout en conservant un gain de volume interessant ?

 

 

question 2 : quel est le programme d'entrainement le plus adapté a une seche ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@@Darragh Creamer une petite question pour toi qui est spécialiste du 5*5

 

Que pense tu d'un programme qui commencerai par un 5*5 sur un exo de base puis enchainerai sur de l'hypertophie 

par ex je commence ma séance par un 5*5 au dc en pyramidal pour etre a 100% du 5rm a la 5e serie

 

puis completer par 4*10 au décliné ou incliné , 4*10 ecarter couché et enfin un 3*10 dips lester 

 

est ce que ça permettrait de bien progresser en force tout en conservant un gain de volume interessant ?

 

 

question 2 : quel est le programme d'entrainement le plus adapté a une seche ?

c'est pas un programme de muscu en cinq -cinq c'est carrement un nutritionniste et un coach de musculation,tape bodytime sur youtubes,jeremy et alex sont tes nouveaux amis!

:mdr:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

ha c'ets trop long, le conseil de base c'est de forcer et de pas reposer la barre quand on peut faire une rep de plus, sauf si on s'echauffe.

d'arreter de suivre les programmes de plus en plus compliqué aussi

Suis sûr que Cheikh le sait et comme par hazard il est balaise ???!!! :ph34r: :ph34r:

^_^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@@Darragh Creamer une petite question pour toi qui est spécialiste du 5*5

 

Que pense tu d'un programme qui commencerai par un 5*5 sur un exo de base puis enchainerai sur de l'hypertophie 

par ex je commence ma séance par un 5*5 au dc en pyramidal pour etre a 100% du 5rm a la 5e serie

 

puis completer par 4*10 au décliné ou incliné , 4*10 ecarter couché et enfin un 3*10 dips lester 

 

est ce que ça permettrait de bien progresser en force tout en conservant un gain de volume interessant ?

 

 

question 2 : quel est le programme d'entrainement le plus adapté a une seche ?

 

Le concept est bon, lorsque j'ai voulu prendre de la masse j'ai fait le 5/3/1 Boring but Big, qui suit plus ou moins la même idée. Le jour du Squat, tu fais tes séries de force, et derrière 5x10 soit du squat soit du SdT avec 50% du maximal. Le jour du DC, c'est 5x10 du press militaire/DC et vice versa.

Ça marche très bien, par contre c'est usant, j'étais épuisé à la fin des entraînements. Alors je le conseil seulement l'été lorsque tu n'as pas d'autres entraînements.

 

DROC

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Encore des problèmes de salle :( !

Je crois que je vais me remettre à la muscu! alors durant ramadhan (en journée don déshydratation+ fatigue et maque de sommeil aussi lol) qu'est ce qui serait le mieux? pas d'objectif en particulier juste perdre un peu de bedaine pour la plage et ne pas rester sans sport!

est ce que le circuit training serait bien? j'aime bien celui là:

http://www.youtube.com/watch?v=mALKhxdSenI

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un témoignage intéressant concernant l'alimentation, l'effort, le sommeil et l'adaptation de la part d'un ancien SBS, équivalent des commando marine en France.

A ne pas prendre comme exemple non plus, il s'agit à la base de personnels entrainés à ce type de pratique. Mais prendre ceci comme base de réflexion.

 

(…)

Il consistait à se faire parachuter de nuit dans un loch de la côte ouest avec des kayaks, puis à continuer à la pagaie pendant vingt nautiques (un peu moins de 40km, Milon conversion) jusqu’au point de débarquement. Nous remîmes ensuite les embarcations dans leurs sacs de transport et les préparâmes pour le portage, en plus de notre équipement normal (au total et tout sec, cela représentait une charge de soixante-dix kilos). Nous devions marcher sur onze kilomètres jusqu’à un loch enfoncé dans les terres. Mais, après que deux lanières qui retenaient les kayaks sous nos sacs à dos, y compris l’une des miennes, eurent lâché sous le poids, nous dûmes nous rendre à l’évidence : la marche de onze kilomètres allait se transformer en réalité en relais de trente-trois kilomètres. Nous dûmes en effet nous relayer à deux équipes pour porter le tout, et cela empiéta sur la journée de repos prévue le lendemain.

(…)

Pourtant, au cours de cet exercice, le temps nous était compté, et le timing avait été mis à mal par les défaillances de nos équipements. Une fois arrivés au loch de l’intérieur, sans avoir pris le moindre repos, nous eûmes encore à peine le temps de pagayer sur 15 milles dans l’obscurité, jusqu’au point de rendez-vous avant de rejoindre l’objectif. Pour l’atteindre, nous avions au total progressé sans nous reposer pendant quarante-six heures, ne nous autorisant que de brèves pauses pour manger un morceau et boire un coup. Je ne me suis jamais senti aussi épuisé de ma vie, même pendant le stage de sélection. À l’aube, après avoir hissé les kayaks à terre et les avoir planqués, je m’endormis sur la rive dès que je m’écroulai sur le sol. Je restai là, immobile, aussi immobile que les rochers entre lesquels je m’étais dissimulé. Il en fut ainsi jusqu’au crépuscule. Je n’oublierai jamais ce canotage de nuit car, pendant les dernières heures, nous fûmes tous pris d’hallucinations

(…)

Nous étions si épuisés que nous pagayions comme des robots.

(…)

Nous parcourûmes ainsi deux cent quarante kilomètres à pied, attaquant ou observant un certain nombre d’objectifs. À mi-chemin, un C-130 nous parachuta des vivres et des explosifs. La météo était variable – pluie, bourrasques de neige, brouillard. Compte tenu du poids, nous emportions le minimum. Par exemple, nous calculions la ration quotidienne sur la base de quatre mille cinq cents kilocalories (les rations conventionnelles sont de trois mille, les rations en zone arctique, de six mille) et nous ne prenions que la quantité strictement calculée. Lorsque je rentrai enfin à Poole et pus prendre ma première douche depuis deux semaines, je sursautai en me regardant tout nu dans la glace. Mes épaules et les muscles de la nuque s’étaient développés de façon impressionnante, on aurait dit qu’ils rejoignaient mes oreilles. Mes cuisses et mes mollets étaient comme je ne les avais encore jamais vus. Mais j’avais fondu à la taille, mon ventre était creux. J’avais l’air d’une fourmi.

(…)

@@milon tu aurais le titre du bouquin? J'aimerais bien le lire

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites



© IKUSA 2003 - 2017 tous droits réservés

×