Aller au contenu

L' annuaire des clubs est de retour, il ne reste plus qu'aux clubs à en faire la promotion, c'est simple, rapide et gratuit. Alors parlez-en dans vos clubs.

En savoir plus.

milon

Moderateur
  • Compteur de contenus

    1 669
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    36

Tout ce qui a été posté par milon

  1. Johann Trollmann

    Si tu peux oui, merci
  2. Johann Trollmann

    [b][u][size=3]Johann Trollmann[/size][/u][/b] [img]http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/b/b9/Trollmanngross.jpg/220px-Trollmanngross.jpg[/img] [size=4]En 2003, la fédération allemande de boxe remettait à titre posthume le titre de champion d’Allemagne des poids lourds à Johann « Rukelie » Trollmann. Le boxeur n’étant plus de ce monde c’est son neveux qui reçu solennellement la ceinture que son oncle aurait dû avoir 70 ans plus tôt. Quelle image peut-il avoir dans la tête à ce moment là? Celle d’un homme qu’il n’a jamais connu mais dont les exploits ont défié la chronique de son époque, celle d’un champion brisé, abattu comme un chien dans un camp nazi. La larme au coin de l’œil, le regard vissé sur la ceinture, il se raconte encore une fois l'histoire d’un héros,d’un homme maudit. Nous sommes en 1933, l’Allemagne ne le sait pas encore mais elle vient d’entrer dans une des périodes les plus sombres de l’histoire. Hitler vient de proclamer l‘avènement du IIIème Reich et de son idéologie.[/size] [img]http://www.ushmm.org/museum/exhibit/online/olympics/images/b50-3.jpg[/img] [size=2]Johann Trollman, 3eme en partant de la gauche[/size] [size=4]Né au mauvais endroit, au mauvais moment, le jeune Johann Trollman, 26 ans[b],[/b] est désigné par les instances dirigeantes pour affronter Adolf Witt pour le titre vacant des mi-lourds. La machine de propagande nazie est en marche : le régime veut montrer au peuple allemand que la race aryenne est bien supérieure aux autres. Et quoi de mieux pour cela que de faire affronter le grand, fort, beau et blond Witt à Trollman, le boxeur aux origines inférieures, lui, le tzigane. Pourtant, le public ne se fera pas berné et les supporters allemands tombèrent carrément amoureux du tzigane. Son style tournoyant, son habilité technique et son humour déchaine les passions. C’est un échec médiatique pour le partie car celui qui aurait dû se cantonner dans le rôle du méchant devient le bon dans le cœur allemand et les rôles sont inversés. Et Rukelie, ce soir du 9 juin 1933, va ridiculiser Witt et bien avant Ali, Trollman va danser sur un ring comme jamais personne ne l’avait fait auparavant. Il va piquer et piquer encore le pauvre Witt qui reste penaud, incapable de cadrer le bondissant tzigane. La salle est au comble du bonheur, Johann déroule sa magnifique boxe devant Witt, qui pourtant sur le papier accuse 10 kg de plus, et il gagnera les 12 rounds. Pourtant le match n’est pas encore terminé que la fédération, folle de rage devant cet infamie, déclare le match nul. C’est alors l’émeute dans la salle : devant le spectacle des spectateurs menaçant de tout casser, les instances de la boxe reviennent sur leur décision et donne finalement le titre à Trollman. La joie de ce dernier est immense : lui, présenté comme un sous-homme par le régime nazi, a battu leur représentant de la plus belle manière. Il pleure de bonheur sur le ring devant cette foule qui scande son nom. Lui, inférieure, est le héros de ce soir, le plus beau des champions mi-lourds, il est porté aux anges. Pourtant sa joie ne va pas durer, dès le lendemain[b],[/b] les instances nazis dénoncent au travers d’une revue de boxe son comportement sur le ring, qualifiant ses coups de poings de non-allemands et son style de pathétique. De plus il aurait fait preuve de non respect envers le noble art qu’est la boxe en pleurant sur le ring. Six jours plus tard, il est déchu de son titre et pour continuer sur sa volonté de briser le jeune homme, elle lui ordonne d’affronter le boxeur Gustav Eder et ce, seulement moins de sept semaines après son combat en douze rounds contre Witt. Trollman n’a que le choix d’accepter, et ce match et les recommandations qui lui sont faites : il devra boxer comme un homme sur le ring et non pas danser. Rukelie sait qu’il se dirige vers une exécution avec ce match, mais dans un réel sursaut d’orgueil et d’humour, il se présentera pour ce combat, les cheveux teints en blond et le corps recouvert de farine. Il fera pourtant ce que l’on attendait de lui et jouera la comédie jusqu’au boit [b]:[/b] stoïque, il restera sans bouger sur le ring, n’esquivant aucun coup, les bras le long du corps, le public assistant impuissant à un massacre. Il tombera KO, en sang, au 5ème round.[/size] [img]http://www.uboxe.com/public/wp-content/2010/01/rukelie3.jpg[/img] [size=4]Jeune champion brisé par le régime nazi[b],[/b] Trollman ne gagnera qu’un seul des neuf combats qu’il disputera par la suite. Ne s’entrainant plus, se cachant de ce régime totalitaire[b],[/b] il ressort à l’occasion pour un combat, juste pour l’argent, juste pour ne pas mourir de faim. Le public n’est plus le même que celui qui scandait son nom [b]:[/b] désormais la peste brune a gangrené toutes les couches de la société et il est proprement insulté à chaque fois qu’il combat. La boxe avait perdu là une graine de danseur, un incroyable technicien[b],[/b] et il faudra attendre Sugar Ray Robinson et Muhamed Ali pour retrouver cette magie sur un ring. Le reste de sa vie sera un enfer. Stérilisé comme le veut la loi nazie à propos des classes inférieures, il sera tout de même assez allemand pour être appelé sur le front russe. Tout cela ne suffisant pas[b],[/b] il se verra déporté alors qu’il venait de rentrer an Allemagne. Dans ce camp[b],[/b] il subira les pires humiliations [b]:[/b] ses gardiens le frappant sans que celui-ci ne puisse bouger, juste pour voir s[b]'i[/b]ls pourraient mieux faire que Gustav Eder. Il trouvera la mort fusillé, comme tant d’autres. Pourtant une légende circule, elle dit qu’il ne fût pas tué ce jour du 9 février 1943 mais qu’on le transféra dans un autre camp où l’on perdit sa trace. Peut être un dernier pied de nez au destin, une dernière pirouette, un dernier jeu de jambe du premier danseur de la boxe. Repose en paix champion.[/size] [img]http://2.bp.blogspot.com/__gTlXaVksxs/TURUvGtBkHI/AAAAAAAAAbQ/Hx6Nm8THINA/s1600/stoplpst_trollm.jpg[/img] Milon pour IKUSA [url="http://www.ikusa.fr"](www.ikusa.fr)[/url]
  3. Johann Trollmann

    @boboss Est-ce possible d'envoyer un email a ce site pour demander de référencer Ikusa comme source de cet article? http://www.boxinggenerations.com/pages/bio-de-johann-trollmann.html
  4. L'alimentation et la Nutrition du sportif simplifiée

    La meilleure chose que j'ai lu cette annee a propos du "basic" de l'alimentation est la suivante: "If it had a face or it grew, then it's pretty much okay, and stay away from processed food." "Si ca a une tete ou si ca pousse, c'est pas trop mal, et eviter la nourriture industrielle." Je trouve que c'est tres comprehensible pour les enfants et les personnes qui n'ont aucune idees de ce qu'est l'alimentation. Une fois cela compris on peut s'en servir d'une tres bonne base pour travailler les details alimentaires en classant les aliments retenus de "excellent sans restriction" a "avec moderation".
  5. Le sujet du grand n'importe quoi!

    plus l'histoire du sang qui sort par les pores sans même avoir de coupure...ahahha excellent
  6. Le sujet du grand n'importe quoi!

    @@kissifrot jette un œil sur cette série de National Geographic, Brain Games, les jeunes qui se saoulent à coup d'eau c'est quand même pas mal: https://www.youtube.com/watch?v=XIB0y_IJn3A
  7. Le sujet du grand n'importe quoi!

    Pour ceux qui aime l'art, j'en profite: http://www.smithsonianmag.com/multimedia/photos/?c=y&articleID=19828084&page=1 http://www.smithsonianmag.com/arts-culture/true-colors.html#
  8. Le sujet du grand n'importe quoi!

    @@Alighieri_dante L’enlèvement de Proserpine, détail. Entièrement en marbre également.
  9. Le sujet du grand n'importe quoi!

    Ça m'a rappelé un topic sur les chats où un membre avait dit "on dirait que tout les chats sont nés avec une ceinture noire de BJJ". Du coup ce gif m'as également remis en mémoire le combat Barnett-Mir.....
  10. Le sujet du grand n'importe quoi!

    ^^en tout cas je trouve que ce gymnaste ressemble à Eddie Bravo en gros.
  11. Le sujet du grand n'importe quoi!

    Exactement, Fedor avec des abdos comme ça c'est n'importe quoi....
  12. Le sujet du grand n'importe quoi!

    ^^ Single leg
  13. Le sujet du grand n'importe quoi!

    On dit aussi "Spandex duro sex"
  14. L'alimentation et la Nutrition du sportif simplifiée

    Désolé, je pensais que cette abréviation était courante. Body Builder/Building
  15. L'alimentation et la Nutrition du sportif simplifiée

    C'est très BB comme journée. J'enleverais au moins 5 des 9 collations..... 9 OMG
  16. L'alimentation et la Nutrition du sportif simplifiée

    Jusqu'hier...a deux jours pres...
  17. L'alimentation et la Nutrition du sportif simplifiée

    Pour 17h00, c'est de cela que je parlais quand je disais que c'est compréhensible après le stress du boulot, et qu'il n'est pas judicieux de s'en passer si justement on sent un besoin viscéral...on est des humains avec un boulot après tout. Tu pourrais juste commencer avec des fruits, plusieurs sortes et ensuite tu te fais plaisir si tu as encore besoin. Une salade de thon pour moi c'est: une boite de thon sec, une ou deux tomates, un œuf dur, deux trois feuilles de salades et j'ajoute également des noix. Pour assaisonner je fais simple, vinaigre+huile d'olive. Alors comme toi j’emmène mon casse croute, cela me prends 5 minutes de préparer une salade comme celle-ci dans un tupperware et je met la vinaigrette dans un flacon a part car sinon cela va "bruler" la salade et ce n'est pas terrible. Faut juste secouer avant de servir. Pour ton fromage blanc sucré, essai de remplacer le sucre par des fruits secs comme des raisin ou des abricots. Mon fils met des raisins secs, des amandes effilés et des graines de tournesol plus un fruits découpé.
  18. L'alimentation et la Nutrition du sportif simplifiée

    Commence par de petits changements, essai juste d'avoir un des tes trois repas journalier de semaine sans glucide, le plus simple étant de remplacer celui du midi par quelque chose comme une salade de thon (pas industriel) et des graines en dessert (amandes, noix, noisettes, cajou...etc). Pas de pain ni de coca. Je supprimerais également le yaourt a boire du matin, ou alors si tu ne peux pas tenir jusqu'à midi il faut inverser le repas de midi et celui du matin. Pour le reste tu garde tes habitudes et tu vois ta variation de poids. Pour ce qui est du gros grignotage du soir, si c'est impossible de gérer (ce que je comprends, on a souvent besoin de se détendre après le travail et les glucides sont idéals pour ça), alors ne change rien et fait comme Droc le disait: "Ensuite le riz/pates le soir, seulement si tu as fait de la muscu ou une séance de sport plutôt intense. Sinon, viande et légumes seulement." Si tu suis déjà cela tu devrais voir des changements rapidement. Et essai de commencer l'orgie du weekend le samedi et non dès le vendredi soir.
  19. Londres 2012 - Suivre les épreuves de Lutte

    L'équipe de France: [url="http://www.youtube.com/watch?v=I3JCsBM2XuQ&feature=youtu.be"]http://www.youtube.com/watch?v=I3JCsBM2XuQ&feature=youtu.be[/url]
  20. Je pourrais affronter un coequipier, donc un ami car je considere mes coequipier de cette maniere, en grappling mais jamais dans un sport de percussion. En mode grappler on sait que l'on ne va pas se faire du mal tandis que MMA....
  21. Battling Siki

    [b][u][size=4]Temps de guerre[/size][/u][/b] Avec l’assassinat de l’archiduc François Ferdinand, l’Europe, puis le monde, entre en guerre. Dès 1914 les allemands après avoir envahi la Belgique et le Luxembourg pénètrent en France où ils occupent l’Aisne, la Somme et la Champagne. C’est une guerre d’usure qui commence, les troupes en présence sont de forces égales et malgré l’utilisation d’armes nouvelles comme l’aviation, les chars, les gazes et les lances flammes, la ligne de front ne bouge guère. Cette guerre de position se traduit par l’utilisation de tranchées et de vagues d’assaut depuis celle-ci. Mais rien n’y fait, les hommes des deux camps continuent de tomber sous le feu ennemi, voir de maladie, de faim ou de froid. Au printemps 1917 la France décide d’une offensive majeure contre les allemands, ils tenteront de briser le front en attaquant au Chemin des Dames. 3 Avril 1917 -4h du matin- Baye Fall se réveille transit par le froid, depuis qu’il est arrivé ici avec sa compagnie de tirailleur sénégalais cette morsure glaciale ne le lâche pas. Il a neigé hier et les pieds dans la boue il regarde par-dessus la tranchée l’étrange clarté de la neige qui éclaire la nuit. Cette satanée boue pense-t’il encore une fois, une calamité qui ne l’a pas quitté depuis si longtemps, cette saloperie qui adhère a ses habits et a sa peau et qui demande plus d’effort a chaque pas. Son estomac crie famine également, bientôt une ration de pain sec arrivera, et du café chaud. Bien chaud. Il l’espère si fort car hier ils avaient eu l’heureuse idée de servir du vin mais celui-ci avait gelé dans les gourdes. 5hrs du matin- Au loin Baye entend l’artillerie bombarder les positions ennemies, régulièrement, très régulièrement. BOOM—BOOM BOOM—BOOM BOOM—BOOM Un tempo qui le ramène en arrière. Qui lui rappelle les tambours. Il ferme les yeux et se laisse porter. Le Sénégal. La chaleur. Les français qui s’amusaient à jeter des pièces dans la mer pour le regarder plonger de la falaise pour les récupérer. La danseuse allemande qui l’a ramené avec elle en France. Ses petits boulots. La boxe, ses premiers combats, ses premières victoires mais aussi des défaites. Avant que la guerre n’éclate, de 1912 à 1914, 16 combats, 8 gagnés, 6 nuls et 2 défaites. Il ouvre brusquement les yeux, et retrouve instantanément le froid qui engourdit ses membres et brûlent sa poitrine, une main vient de le secouer légèrement à l’épaule. Un homme le regarde. Il a les yeux qui brillent, mal réveillé ou la peur peut être. De toute façon personne ne se moque de ceux qui ont peur, car tout le monde l’a connue dans cette guerre horrible. L’homme dit la voix chevrotante : «On y va mon petit gars, c’est bientôt là, prends ton fusil». -5hrs30- L’offensive va bientôt être lancée, c’est le moment d’arrêter de penser, de commencer à oublier ses compagnons, car lorsque ceux-ci tomberont il faudra oublier qu’ils sont morts pour continuer à vivre. S’arrêter un instant, s’égarer une seconde pour s’émouvoir de la perte d’un ami et ce pourrait être la fin. Quand on se lance à l’assaut on marche sur les cadavres et si les bombes pleuvent alors elles les ensevelissent, puis les déterrent et les enterrent a nouveau. On court, on se bat et on se cache dans un immense charnier. Finalement on n’a pas gagné cette bataille, enfin pas immédiatement comme le pensait notre état major. Il aura fallu plusieurs semaines et Baye Fall perdra des milliers de camarades. Tombés si loin de leur terre. Il entra dans cette guerre comme un enfant alors qu’il n’avait que 17 ans et en ressortira grandi. Encore plus grand qu’un homme, le torse bardé pour l’éternité de la médaille militaire et de la croix de guerre pour sa bravoure. Serait ce de cette expérience qu’il en tira toute son énergie ? Car lorsqu’il reprendra la boxe il enchaînera les combats sans répit. Ici sur le champ de bataille était né un nouvel homme, ici commence l’histoire de Baye Fall mieux connu sous le nom de Battling Siki, le premier champion du monde africain. [img]http://www.dinoutoo.com/cache/reportages/3117_Battling_Siki_2_-7be3f.jpg[/img] [b][u][size=4]Qui es-tu vraiment Championzé?[/size][/u][/b] Dès ses débuts comme boxeur en 1912, Baye Fall va prendre différents noms à commencer par Louis Fall, voire quelquefois Louis Phal, mais sera finalement connu dans le monde de la boxe sous le nom de Battling Siki. Quelques sources mentionnent également M’Barick Amadou Fall comme nom de naissance, l’actrice allemande l’ayant ramené avec elle dans ses bagages en tant que domestique lui ayant changé son prénom en Louis. Qui sait réellement ? Cela se passait il y a si longtemps. Ce qu’il faut retenir dans ces changements successifs d’identité, c’est la réelle difficulté pour un noir de s’intégrer dans la société occidentale. Pour bien appréhender le mal être de Battling, il faut se replonger dans le contexte particulier de l’époque. Né en 1897 à Saint-Louis au Sénégal en territoire français (seules les personnes nées sur une des quatre communes que sont Saint-Louis, Dakar, Gorée et Rufisque étaient considérés citoyens français), il possédait de ce fait un statut particulier contrairement aux autres habitants du Sénégal qui eux étaient considérés comme indigènes. La citoyenneté française fut donnée aux originaires des îles de Saint-Louis et de Gorée a partir de 1792, ce qui fait entrer ceux-ci parmi les premiers citoyens français. Pourtant à cette époque être noir même avec des papiers français ne veut pas dire être égal aux blancs. Ils sont et restent dans l’esprit des métropolitains des produits de la conquête coloniale, des indigènes, une classe d’individus inferieurs et baignent dans ce racisme omniprésent. Preuve en est cet horrible surnom dont se verra attribuer Baye : Championzé, un mauvais jeu de mot entre champion et chimpanzé. [img]http://senemag.free.fr/local/cache-gd2/c41b5c375c28631dfdc57bb14ec8ce8d.jpg[/img] [i]Championzé, BD retraçant la vie de Siki[/i] [b][u][size=4]Ascension vers le sommet[/size][/u][/b] Au sortir de la guerre Battling reprend les gants et enchaîne les combats dès novembre 1919 où il gagne son match de retour par arrêt de l’arbitre au 2eme round contre Eugene Stuber, qui pour l’anecdote deviendra par la suite son sparring partner . Entre ce combat et celui pour la ceinture de champion du monde en septembre 1922, Siki montera sur le ring 46 fois, gagnant 43 de ces combats, deux match nuls et seulement une défaite par décision lors d’un combat de 15 rounds contre Tom Berry qu’il affronta deux fois (victoire a la décision lors du premier match) à un peu plus d’un mois d’intervalle. Battling Siki était en compétition permanente avec en moyenne un match toutes les trois semaines. En juillet 1923 un homme regarde avec attention le match entre Siki et Marcel Nilles, ce dernier vient de perdre par KO au 8eme round contre Carpentier, le champion du monde des mi-lourds et ce match doit designer le prochain adversaire pour le titre. Cet observateur attentif n’est autre que le manager du champion en titre. Personne ne mise sur Sikki, d’ailleurs les journaux comme [i]la boxe et les boxeurs[/i] ne parlent que de l’entrainement de Nilles, rien ou très peu sur le sénégalais qui n’apparaît d’ailleurs dans le même magazine que sous la forme d’un gag ou il fut dit qu’il ne serait jamais blanc pour les français, même avec une victoire. Pourtant certaines revues comme [i]l’Auto[/i], prennent part pour le jeune africain (dans une certaine mesure car c’est plutôt analyse des qualités des boxeurs) en mettant en avant le courage et la vaillance des tirailleurs sénégalais. Mais les journaux pro-Siki sont bien rares. La suite donnera raison a [i]l’Auto[/i] avec une victoire expéditive en 2 rounds du jeune Sénégalais, pourtant François Descamps de son œil d’expert estime que Siki est a la portée de Carpentier. Largement. Un combat sans risque pense-t-il pour son poulain qui vient de défendre avec succès son titre européen. [img]http://www.heavyweightcollectibles.com/wp-content/uploads/2008/11/newlly2428.jpg[/img] [i] Contre Marcel Nilles[/i] [b][u][size=4]Carpentier, l’homme le plus dangereux sans armes[/size][/u][/b] Titra l’Herald Tribune après que Carpentier est battus le champion anglais Billy «Bombardier» Wells en seulement 73 secondes. Un emblème sportif, un athlète au cœur vaillant, voila qui pourrait résumer en deux courtes phrases les sentiments des français pour Georges Carpentier. Celui-ci est un héros de guerre, décoré de la croix de guerre et de la médaille militaire, un sportif accompli avec son titre de champion de France junior de savate obtenu à l’âge de 13 ans. Mais c’est dans la boxe qu’il excellera et deviendra l’idole d’un peuple. Après un titre de champion de France puis d’Europe des poids welters en 1911 a seulement 17 ans, il partira à la conquête du titre européen des mi-lourds qu’il gagnera l’année suivante. Il ne s’arrêtera pas en si bon chemin et ajoutera la ceinture de champion des poids lourds pour l’Europe la même année. Pour l’anecdote le titre poids lourds était considéré comme étant celui toute catégorie. Apres une brève interruption due à la guerre Carpentier prendra le titre de champion du monde des mi-lourds à Battling Levinsky en 1920 aux Etats-Unis. Carpentier, dit L’homme à l’Orchidée (The Orchid Man), devient ainsi le premier français à gagner un titre de champion du monde en boxe. Son nom deviendra encore plus connu dans le monde après sa tentative pour le titre suprême des lourds contre Jack Dempsey. Plus léger de près de 7kg et petit de 6cm, Carpentier jouera de son agilité et de son don de l’esquive face au massif américain. Pourtant il se brisera le pouce au second round alors qu’il venait de sonner Dempsey. Sa meilleur arme inutilisable, il survivra jusqu’au 4eme round avant de se faire mettre KO. Dempsey ne tarira pas d’éloge devant les qualités pugilistique de l’Homme à l’Orchidée et l’Amérique l’acclamera comme un héros. A son retour en France il retrouvera cette liesse populaire qui encense son courage. Il combattra encore deux fois avant de rencontrer Battling Siki, deux combats qu’il gagnera par KO, respectivement au 4eme et 1[sup]er[/sup] round. [img]http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/5/58/Georges_Carpentier.jpg/250px-Georges_Carpentier.jpg[/img] [i] Carpentier[/i] [b][u][size=4]24 septembre 1922 : Le grand jour[/size][/u][/b] Stade Buffalo de Montrouge à Paris, 40000 personnes se serrent et se poussent des coudes en scandant le nom de Carpentier. Pour la première fois depuis trois ans l’enfant chéri du pays va combattre sur ses terres, enfin. Et quoi de plus beau qu’un retour victorieux a la maison pour le fils prodigue qu’un combat facile contre un produit de nos colonies. Le maître va montrer au valet ce qu’est la science de la boxe, l’esthétique du noble art. Carpentier pour l’occasion met ses titres de champion du Monde, d’Europe et de France en jeu. Un autre homme entre sur le ring avec l’espoir de tout un continent derrière lui. Chacun de ses pas est accompagné par les prières et l’espérance de tous les noirs qui assistent pour la première fois depuis 1915 à un combat d’un homme de couleur pour l’obtention du titre suprême de champion de monde. Le dernier ayant été Jack Johnson, destitué de sa ceinture 7 ans plus tôt par Jess Willard. Au centre du ring Carpentier faisant face a Siki, lui lâche avec sarcasme: «Dépêchons nous il va pleuvoir». Et dès les premières secondes du combat Carpentier montre sa supériorité technique et Siki essuie les coups qui effectivement pleuvent de toute part. Il tombe deux fois lors des trois premières reprises, l’arbitre ne manquant pas d’avertir le Sénégalais pour manque de combattivité. Georges est certain de l’issue de ce match, d’ailleurs il précise à son coin qu’il «peut le finir quand il veut». Pourtant cœur vaillant, le jeune noir se relève toujours pour retourner au combat malgré les assauts incessants de Carpentier qui plusieurs fois prolonge littéralement ses coups par un plongeon de tout son corps. Battling Siki n’est pas un esthète de la boxe mais un dur au mal, un combattant qui renvoie à chaque coup reçu. Son jeu est simple et brutal, il lance de larges crochets, puissants et constamment. Finalement il touche Carpentier qui s’écroule à son tour a la fin du 3eme round. Celui-ci se relève mais quelque chose s’est brisé en lui. Il ne reviendra jamais dans le combat. C’est au tour de Siki de se montrer ironique en lançant alors à Carpentier pendant le 5eme round «Vous ne frappez pas très fort monsieur Georges». Battling Siki surclasse totalement le Grand Georges devant une foule médusée. Finalement Carpentier tombe KO sur un uppercut lors du 6eme round. Cependant devant le spectacle du champion aimé à terre, et pire de devoir couronner un noir champion du monde, l’arbitre déclaré Georges Carpentier vainqueur par disqualification de Siki, celui-ci ayant apparemment porté un coup illégal, un croc-en-jambe. Le public bien que pro-Carpentier ne se laisse pas abuser par cette décision injuste et reconnaît bien Battling Siki comme vainqueur, de leurs yeux tous ont bien vu Carpentier tombé sous les coups du Sénégalais. La menace gronde et la fureur gagne les spectateurs qui menacent de tout casser dans le stade. Apres vingt minutes de tumultes les juges finalement reviennent sur leur décision et déclarent Siki vainqueur par KO. Il est bien le champion du monde, le premier africain à décrocher l’ultime couronne du noble art. [img]http://cultureboxe.files.wordpress.com/2010/11/battling_siki_3_.jpg[/img] [i]Un nouveau champion du monde[/i] [b][u][size=4]Lendemain de fête[/size][/u][/b] Immédiatement après le combat Siki dira qu’il est prêt à combattre le champion du monde poids lourds Jack Dempsey, mais bien qu’il reçut des échos favorables de la part de l‘écurie Dempsey, rien ne se fera. Dans un monde où les blancs gouvernent le monde il n’y a pas de place pour un noir sur l’estrade, même si celui-ci est un champion. Dès le lendemain de la prise de son titre et pour toute la durée de la vie de Battling, les journaux ne cesseront de montrer les travers de l’athlète en préférant s’accrocher à ses défauts d’homme en dehors des rings plutôt que de s’intéresser à ses qualités de pugiliste. Dépeigné tantôt comme un cocaïnomane, tantôt comme un animal, démontrant preuve scientifique a l’appui que sa victoire incombe a sa boxe sortie de la jungle, les journaux ne tarissent pas à son sujet. C’est à cette période qu’il héritera de cet infâme surnom de Championzé. Charlie Hellers, son propre manager s’essaye au jeu de la presse en affirmant qu’il a en lui quelque chose qui n’est pas humain, et que s’il était possible d’enseigner la boxe a un gorille, alors celui-ci serait champion du monde. Et c’est bien ce qu’il avait trouvé en Siki. Bien qu’apparemment gêné par ces propos Battling Siki se fera vite une raison et mènera cette vie dont il rêvait. Dissolue et pleine de frasques. Amateur d’alcool et de fille, il parade dans Paris avec ses costumes colorés et même quelquefois avec un lionceau en laisse. Il sera même arrêté pour avoir tiré des coups de feu dans la rue par amusement. Comble de l’horreur pour l’époque, ses deux épouses consécutives étaient blanches. Il se maria la première fois avec un hollandaise en 1920, soit bien avant d’être champion du monde. Après sa victoire il retourna prendre quelque semaines de repos a Rotterdam ou il fit un tour d’honneur en calèche dans la ville, acclamé par une foule criant «Vive la France et Siki».Il rencontra même la reine qui déclara un jour férié en son honneur. Son second mariage fut célébré aux Etats-Unis alors qu’il n’était pas divorcé de sa première femme. Siki jusqu’au bout. [img]http://www.heavyweightcollectibles.com/wp-content/uploads/2008/11/photos34.jpg[/img] [i] Avec sa première épouse[/i] [img]http://ecx.images-amazon.com/images/I/51I99rZJenL._SL500_AA300_.jpg[/img] [i] Autre temps, autres moeurs[/i] [b][u][size=4]La controverse[/size][/u][/b] Deux jours après la victoire de Siki, Descamps le manager de Carpentier, fit appel quant à la décision prise par les juges. Sans succès. Dès lors ils n’auront de cesse de salir le boxeur et aujourd’hui encore règne autour de ce combat une atmosphère malsaine. La presse et le monde de la boxe ne vont cesser de descendre en flèche Siki, minimisant la victoire du Sénégalais, de l’homme noir sur l’homme blanc. Pour encore plus enfoncer le clou, Carpentier écrivait encore en 1975 (soit 50 ans après le décès de Siki) dans son livre [i]Mes 80 rounds [/i]que Siki lui aurait demandé avant le combat de ne pas lui faire trop de mal et d’ajouter: [i](…)il a un réflexe naturel de défense. Il lance un swing presque en fermant les yeux (…) et je reçois le swing au menton(..)[/i] Il en restera dans la mémoire populaire, voir même dans celle écrite qu’il s’agissait d’un match exhibition au cours duquel Siki aurait prit sa chance ou encore qu’il aurait accepté de tomber, de ne pas répliquer a Carpentier et que ce dernier aurait été surpris. Peu de mention d’un Carpentier demandant sans cesse a Battling Siki de se coucher pendant leurs combats. Tricheur, corrompu, animal….terrible époque qui dévalorisa un homme parce qu’il avait commis la faute d’être né de la mauvaise couleur. Cet acharnement, une certaine réécriture de l’histoire en direct fera que le peu d’informations qui nous sont parvenues sur Siki sont souvent contradictoires et peu documentées. [img]http://www.grioo.com/images/galeries/6/35/3.jpg[/img] [i] Siki couche une premiere fois Carpentier[/i] [b][u][size=4]La bourre irlandaise[/size][/u][/b] Des boxeurs américains se montrent intéressés pour rencontrer Siki, et tout le monde sait que LA boxe c’est la bas que cela se passe. Son nouveau manager, Defremont, le sait également et finalement Battling se décide a traverser l’atlantique pour se battre au mythique Madison Square Garden contre Kid Norfolk, un rugueux boxeur noir de Baltimore. Mais malgré que le combat soit signé en novembre 1922, il ne se fera pas avant novembre 1923. En attendant Siki remettra son titre de champion du monde contre l’irlandais Mike McTigue à Dublin, le jour de la St Patrick en 1923. Avec 6 mois de fêtes et de vie débridée derrière lui, il n’affiche pas la meilleure forme qu’il pourrait avoir pour ce combat et perdra à la décision en 20 rounds. Les journaux de l’époque diront que McTigue ne bénéficia pas d’un arbitrage à domicile mais peut on vraiment croire les media de l’époque a propos de Siki … Trois mois plus tard il laissera ses ceintures de champion d’Europe et de France à Emile Morelle par disqualification au 6eme round. Il renouera brièvement avec la victoire avant de s’envoler vers les Amériques avec deux victoires par KO. [img]http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/f1/Battling_Siki_in_Ireland_with_Eugene_Stuber.jpg/320px-Battling_Siki_in_Ireland_with_Eugene_Stuber.jpg[/img] [i]Eugene Stuber et Battling Siki en Irlande[/i] [b][u][size=4]New-York, escale finale[/size][/u][/b] Avant de rencontrer Kid Norfolk, Siki fera trois combats exhibitions dans différentes villes au Canada, contre le légendaire boxeur Jack Johnson. Celui-ci avait émit le souhait de rencontrer Siki après le combat contre Carpentier, mais Charlie Hellers avait alors refusé. C’est donc une exhibition de 6 rounds pour chaque combat que feront les deux champions noirs déchus. Le combat contre Norfolk ne verra pas revenir la flamme et la fougue qui fit de lui un champion du monde. Il perdra à la décision en 15 rounds. C’était bien le début de la fin, et sa réaction d’orgueil face au traitement infligé aux Etats-Unis à l’encontre des noirs ne l’aidera pas à obtenir cette discipline nécessaire à tout aspirant au titre de champion. Il enchainera alors les contre-performances et les victoires contre des boxeurs le plus souvent de seconde zone. Refusant d’intégrer le monde des matchs truqués Battling Siki tomba rapidement de son piédestal vers l’anonymat. Il continue ici la vie qu’il menait a Paris, et reconnut lui-même qu’il aimait taquiner l’alcool jusque tard dans la nuit et que ses bagarres de bars étaient son seul entrainement a la boxe. Cela lui valut de rater l’unique chance qui se montra à lui en la personne de Paul «[i]L’assassin d’Astoria» [/i]Berlenbach. Le vainqueur du match se verrait disputer un combat pour le titre contre Mike McTigue le mois suivant. A nouveau un rêve de ceinture à portée de ses gants. C’est donc lors cette cette soirée du 13 mars 1925 que le dixième round vit partir en fumée les espoirs du Sénégalais par KO technique. Un soir de décembre 1925, le 15, Siki dit à son épouse qu’il allait voir les gars, c'est-à-dire trainer les bars. Lillian ne le reverra jamais vivant. Titubant dans les rues sous l’effet des grandes quantités d’alcool qu’il avait absorbé, Siki arpentait les trottoires de Hell’s Kitchen pour revenir a son appartement de la 42eme street. Un policier, passant par-là et attiré par sa démarche, eût une conversation avec lui. Siki l’ayant rassuré sur son état qui devrait quand même lui permettre de retourner chez lui sain et sauf, l’agent de l’ordre continua sa ronde de nuit. Quatre heures plus tard le même agent retrouvait Siki mort, face contre le sol. L’arme du crime, un pistolet fut retrouvée dans à quelque pas de là, ce fut apparemment celui qui servit a l’agresseur de Siki à lui tirer deux balles dans le dos. Comme un guerrier, comme un champion au cœur gros comme un continent, Siki ne succomba pas immédiatement à ces blessures. Les traces de sang dans la rue montrent qu’il traina son corps meurtri sur plusieurs mètres avant de succomber. Son épouse accusa un gangster local mais l’enquête ne prouva rien et personne ne fut accusé. Hell’s Kitchen et meurtre d’un noir, du[i] «déjà vu» et «revu» [/i]pour les autorités locales, rien de nouveau dans la ville, rien de bien exceptionnel pour l’époque qui méritait de plus amples investigations. Encore aujourd’hui personne ne sait vraiment ce qui s’est passé. L’histoire retiendra qu’il devait 20 dollars à un escroc du nom de Jimmy. Un bandit que Siki «[i]aurait pu battre avec un seul bras» [/i]selon son épouse. La seconde histoire verra Lillian se rappeler que la veille un homme avait volé le manteau de son mari, et que ce dernier avait fait savoir qu’il savait qui était le voleur et qu’il allait lui mettre une bonne raclée. Qui sait ? 500 personnes se recueillirent dans une église de Harlem pour assister aux funérailles de Louis Fall. Il est enterré dans le Queen, loin de ses terres d’origine dans un monde qui l’aura haï jusqu’au bout pour sa couleur. De sa réel personnalité Lilian dira «Un bon garçon, il était juste facétieux. Il ne voulait de mal à personne». De son expérience Carpentier se prononcera « Il est dommage qu'un athlète possédant un talent aussi magnifique ait trouvé une telle fin. Le temps est passé où les boxeurs peuvent céder à la beuverie, la bombance et être des champions. J'espère seulement que le destin du pauvre Siki sera une leçon pour les aspirants pugilistes. » De son combat contre Carpentier Ho Chi Minh proclamera «Depuis que le colonialisme existe, des Blancs ont été payés pour casser la gueule aux Noirs. Pour une fois, un Noir a été payé pour en faire autant à un Blanc. Adversaire de toute violence, nous désapprouvons l’un et l’autre procédé. Mais le fait est là, nous n’avons qu’à le constater. Constatons. D’un coup de poing – sinon scientifiquement envoyé, du moins formidablement placé – Siki déplaça Carpentier de son piédestal pour grimper dessus lui-même » De son héritage Mohamed Ali clamera «Le nom de Siki figure parmi les héros de la cause noir» [url="http://www.ikusa.fr/forums/index.php?app=core&module=attach&section=attach&attach_rel_module=post&attach_id=862"]View attachment: siki morgue.jpg[/url] [img]http://2.bp.blogspot.com/_Dp3OTvAl7Rg/StrQQsVDZ9I/AAAAAAAAACQ/EltIkSsdUIY/s1600/siki%2B%2B%2Bgosses.jpg[/img] Milon pour [url="http://www.ikusa.fr"]www.Ikusa.fr[/url]
  22. Battling Siki

    Merci les amis. J'ai imprimer l'article au travail pour le relire..et holala...dans une phrase j'ai une répétition de trois même mots..j'ai changer ça. également la phrase[i] "comme un champion au cœur gros comme un contient"[/i] Il fallait lire [i]"[/i][i]"comme un champion au cœur gros comme un continent".[/i] ça sonne mieux je trouve.
  23. Battling Siki

    @sanadam je ferais l'article que tu m'as demandé dans quelque temps, a savoir que j'ai déjà pas mal de travail a faire et que tout article de ce genre demande beaucoup de temps et de recherche. Par exemple, je n'ai rien vue de plus complet en langue française que cet article sur Battling Siki.

© IKUSA 2003 - 2017 tous droits réservés

×