Aller au contenu

L' annuaire des clubs est de retour, il ne reste plus qu'aux clubs à en faire la promotion, c'est simple, rapide et gratuit. Alors parlez-en dans vos clubs.

En savoir plus.

Kappa

Moderateur
  • Compteur de contenus

    4 170
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    148

Activité de réputation

  1. J
    Kappa a donné une réputation à boboss pour a article, Joyeux Noël les Ikusiens   
    Toute l'équipe du site IKUSA vous souhaite un joyeux noël !
    Nous vous remercions pour votre fidélité et nous vous souhaitons de passer de bonnes fêtes de fin d'année.
  2. J
    Kappa a reçu une réaction de boboss pour a article, Résultats du RIZIN FF Open Weight GP 1er tour   
    Voici les résultats complets du RIZIN FF qui a eu lieu ce dimanche 25 Septembre au Saitama Super Arena au Japon.
    A l'occasion de cet event l'organisation japonaise avait organisé les premiers combats des 1/8èmes de finale du Open Weight GP 2016. 12 combattants y avaient pris part, sachant que Wanderlei Silva et un autre combattant désigné par le RIZIN sont qualifiés d'office pour le tour prochain qui aura lieu les 29 et 31 décembre au Saitama Super Arena.
    De même plusieurs superfights figuraient à l'affiche avec notamment les combats d'Andy Souwer, Daron Cruickshank, Erson Yamamoto, Gabi Garcia, Hideo Tokoro ou encore Kron Gracie.

     
    1)  MMA féminin Open Weight 3Rx5min: Gabi Garcia bat Destanie Yarbroough au 1er Round en 2min42s par Soumission (Keylock)
    2)  MMA féminin -52,2kg (Straw Weight) 3Rx5min: Kanako Murata bat Kyra Batara par décision unanime 3 à 0
    3) MMA -67kg 3Rx3min: Charles "Krazy Horse" Bennett bat Minoru "Philip" Kimura au 1er Round en 0min07s par TKO
    4) Open Weight GP 1er tour 2Rx5min: Szymon Bajor bat Teodoras Aukstuolis par décision unanime 3 à 0
    5) Open Weight GP 1er tour 2Rx5min: Amir Aliakbari bat Joao Almeida au 1er Round en 2min25s par TKO
    6) Open Weight GP 1er tour 2Rx5min: Valentin Moldavsky bat Karl Albretksson par décision unanime 3 à 0
    7) Open Weight GP 1er tour 2Rx5min: Jiri Prochazka bat Mark Tanios par décision unanime 3 à 0
    8) Superfights -62kg 1Rx10min, 2Rx5min: Erson Yamamoto bat Saiga Kizaemon par décision partagée 2 à 1
    9) Superfight -71kg 1Rx10min, 2Rx5min: Daron Cruickshank bat Andy Souwer au 1er Round en 4min10s par Soumission (Rear Naked Choke) 
    10) Open Weight GP 1er tour 2Rx5min: Baruto bat Kazuyuki Fujita par décision unanime 3 à 0
    11) Open Weight GP 1er tour 2Rx5min: Mirko Crocop bat Hyun Man Myung au 1er Round en 2min20s par Soumission (Arm Triangle Choke)
    12) MMA féminin -49kg 3Rx5min: RENA bat Miyuu Yamamoto au 1er Round en 4min50s par Soumission (Guillotine Choke)
    13) Superfight -65,8kg 1Rx10min, 2Rx5min, 3Rx5min: Kron Gracie bat Hideo Tokoro au 1er Round en 9min44s par Soumission (Rear Naked Choke)
    Les combattants qualifiés pour le prochain tour sont: Szymon Bajor, Amir Aliakbrai, Valentin Moldavsky, Jiri Prochazka, Baruto, Mirko Crocop, Wanderlei Silva et un autre combattant dont le nom sera déboilé ultérieurement.
    Mirko Crocop ayant affirmé sa volonté d'affronter Wanderlei Silva au prochain tour et ce dernier ayant accepté le défi, ce combat aura lieu lors des quarts de finale de l'Open Weight GP 2016 du RIZIN le 29 décembre prochain.
    Retrouvez également les discussions au sujet de cet event dans la discussion dédiée dans le forum avec des anecdotes, des rumeurs des histoires autour du RIZIN.
  3. J
    Kappa a donné une réputation à boboss pour a article, Les résultats complets de l'UFC on Fox 20   
    L'UFC on Fox 20 s'est déroulé au United Center de Chicago (USA), le combat principal opposait Valentina Shevchenko à Holly Holm.
    Voici les résultats complet (Retrouvez les liens vers les sujets dans le forum dans chaque résultat de match).
     
    Valentina Shevchenko bat Holly Holm par décision unanime 49-46, 49-46, 49-46 Edson Barboza bat Gilbert Melendez par décision unanime 30-27, 30-27, 29-28 Francis Ngannou bat Bojan Mihajlovic par TKO  – Round 1, 1:34 Felice Herrig bat Kailin Curran par  rear-naked choke – Round 1, 1:59 Eddie Wineland bat Frankie Saenz par TKO  – Round 3, 1:54 Darren Elkins bat Godofredo Pepey par décision unanime 29-27, 29-27, 30-26 Kamaru Usman bat Alexander Yakovlev par décision unanime 30-25, 30-25, 30-25 Michel Prazeres bat J.C. Cottrell par décision unanime 30-26, 30-27, 30-27 Alex Oliveira bat James Moontasri par décision unanime 30-26, 30-26, 30-25 Jason Knight bat Jim Alers par décision partagée 29-28, 28-29, 29-28 Luis Henrique bat Dmitrii Smoliakov par  rear-naked choke – Round 2, 3:58
  4. J
    Kappa a reçu une réaction de JB Globe-MMA pour a article, Résultats du RIZIN FF -la fête d'adieu- (29 décembre 2015)   
    Le MMA est (enfin) de retour au Japon!

    7 ans après la disparition de la légendaire organisation PRIDE et 4 ans après le DREAM, le [b]RIZIN Fighting Federation[/b] organise son tout premier event pour redonner vie au MMA japonais.

    Pour cet event, qui se déroule en 2 parties avec un event le [b]29 décembre, intitulé "la fête d'adieu"[/b] en guise d'hommage au PRIDE et le [b]31 décembre, intitulé "le décollage du renouveau"[/b], les combattants ont répondu présents. Des superfights et un tournoi poids lourd ont été programmé pour l'occasion avec pour cet event du 29 décembre, un duel entre la légende du MMA japonais Kazushi Sakuraba et le champion du ONE FC et du DREAM, Shinya Aoki.

    [img]http://www.mma-core.com/img/e/s/Rizin_FF_Rizin_Fighting_Federation_2-97437.jpg[/img]
    Voici les résultats complets du RIZIN -la fête d'adieu-

    1) Heavy Weight Superfight, 1Rx10min, 2R&3Rx5min
    [b]Tsuyoshi Kohsaka (Japon) bat James Thompson (Royaume-Uni) par TKO au 2ème Round en 1min58s.[/b]

    2) Heavy Weight Superfight, 1Rx10min, 2R&3Rx5min
    [b]Kirill Sidelnikov (Russie) bat [/b][b]Carlos Toyota (Brésil) par TKO au 2ème Round en 2min23s[/b]

    3) Fly Weight Superfight (-56,7kg), 1Rx10min, 2R&3Rx5min
    [b]Yuki Motoya (Japon) et Felipe Efrain (Brésil) font No Contest au 1er Round en 1min56s[/b]
    Felipe Efrain de la Chute Boxe a dépassé de 2kg le poids autorisé lors de la pesée hier et il est donc pénalisé par un retrait de 20% de sa prime de combat, dont 10% qui vont à son adversaire ainsi qu'un No Contest en cas de victoire. Efrain a mis KO Motoya lors de ce combat mais en vertu du règlement ce combat a été déclaré No Contest.

    4) K-1 Rule (-65kg), 3Rx3min
    [b]Hiroya (Japon) bat Akiyo "Wicky" Nishiura (Japon) par KO au 3ème Round en 1min20s[/b]

    5) Mix Rule (-70kg), 1R&3Rx3min (règles kickboxing) 2R&4Rx3min (régles MMA)
    [b]Hinata (Japon) bat [/b][b]Kazuyuki Miyata (Japon) par KO (3 Knock Downs) au 1er Round en 2min14s[/b]

    6) Middle Weight Superfight, 1Rx10min, 2R&3Rx5min
    [b]Antoliy Tokov (Russie) bat A.J Matthews (Etats-Unis) par KO au 1er Round en 0min55s[/b]

    7) Bantam Weight Superfight (62kg), 1Rx10min, 2R&3Rx5min
    [b]Hideo Tokoro (Japon) bat Kizaemon Saiga (Japon) par soumission (armbar) au 1er Round en 5min16s[/b]

    8) Feather Weight Superfight (-65kg), 1Rx10min, 2R&3Rx5min
    [b]Hiroyuki Takaya (Japon) bat DJ Taiki ( Japon) par décision unanime 3-0[/b]

    9) Heavy Weight Tournament Reserve Fight, 1Rx10min, 2Rx5min
    [b]Valentin Moldavsky (Russie) bat [/b][b]Yuta Uchida (Japon) par soumission (Rear Naked Choke) au 1er Round en 2min20s[/b]

    10) Heavy Weight Tournament 1/4 Final, 1Rx10min, 2Rx5min
    [b]King Mo (Etats-Unis) bat Brett McDermott (Royaume-Uni) par KO au 1er Round en 9min09s[/b]

    11) Heavy Weight Tournament 1/4 Final, 1Rx10min, 2Rx5min
    [b]Teodoras Aukstuolis (Lituanie) bat Bruno Cappelozza (Brésil) par KO au 1er Round en 3min32s[/b]

    12) Heavy Weight Tournament 1/4 Final, 1Rx10min, 2Rx5min
    [b]Vadim Nemkov (Russie) bat [/b][b]Goran Reljic (Croatie) par TKO au 1er Round en 2min58s[/b]

    13) Heavy Weight Tournament 1/4 Final, 1Rx10min, 2Rx5min
    [b]Jiri Prochazka (République Tchèque) bat [/b][b]Satoshi Ishii (Japon) par KO au 1er Round en 1min36s[/b]

    14) Main Event Superfight, 1Rx10min, 2R&3Rx5min
    [b]Shinya Aoki (Japon) bat Kazushi Sakuraba (Japon) par TKO au 1er Round en 5min56s[/b]


    Rendez-vous le 31 décembre pour la seconde partie de l'event avec notamment le retour tant attendu de [b]Fedor Emelianenko[/b]!

    On en parle également sur le forum: [url="http://www.ikusa.fr/forums/topic/27552-rizin-ff-la-f%C3%AAte-dadieu-29-d%C3%A9cembre-2015-r%C3%A9sultats/"]http://www.ikusa.fr/forums/topic/27552-rizin-ff-la-f%C3%AAte-dadieu-29-d%C3%A9cembre-2015-r%C3%A9sultats/[/url]

    Et suivez également toute l'actualité de cet event, avec des infos exclusives et les coulisses de l'organisation: [url="http://www.ikusa.fr/forums/topic/26865-japon-un-grand-event-de-mma-pour-le-nye/"]http://www.ikusa.fr/forums/topic/26865-japon-un-grand-event-de-mma-pour-le-nye/[/url]
  5. J
    Kappa a reçu une réaction de Corto51 pour a article, Dernière sortie pour Rumina Sato   
    Un de combattants les plus charismatiques du circuit MMA japonais, [b]Rumina Sato[/b], légende du Shooto, a pris sa retraite sportive aujourd’hui à l’issu d’un event du Shooto. Pour sa dernière apparition sur le ring du Shooto, Rumina Sato, 40 ans n’a pas combattu mais juste présent pour une cérémonie d’adieu en présence de nombreux amis pour clôturer solennellement une carrière riche en victoires et surtout une personnalité hors pair. Retour sur la vie de ce grand symbole du MMA japonais.

    [img]http://img.blog.boxerjuntaro.com/20120808_63186.jpg[/img]

    Rumina Sato a été et restera à jamais le symbole du Shooto où il a effectué l’essentiel de sa carrière, [b]refusant même à plusieurs reprises les avances d’autres grandes organisations comme le PRIDE ou l’UFC[/b]. Surnommé [b]« Moon Wolf »[/b] (loup de la lune) en raison de l’origine de son prénom, un mélange entre les mots Luna et Lupinus (respectivement « lune » et « loup » en latin) inventé par son père, cet homme a été le loup d’une seule organisation avec une ligne de conduite irréprochable qui lui a valu la sympathie des fans de MMA du monde entier. Considéré comme l’un des « 4 fantastiques du Shooto » à une époque en compagnie de Enson Inoue, Hayato « Mach » Sakurai et Noboru Asahi, Rumina Sato a débuté au Shooto en 1994 face à Michael McAuliffe qu’il bat au 2[sup]ème[/sup] round par soumission. S’en suivront alors 4 ans sans défaite mais ce qui impressionne le plus les fans de MMA de la première heure, ce sont son agressivité, son agilité et sa capacité à prendre le dessus sur l’adversaire pour le finaliser par soumission la pluapart du temps. Malgré ses deux premières défaites en 1998, Rumina marqua l’histoire du MMA au début de l’année suivante en s’imposant par une [b]Flying Armbar (clef de bras à la volée) en… 6 secondes[/b] face à Charles Taylor, la soumission la plus rapide du MMA encore à ce jour et loin d’être battue.

    [url="https://www.youtube.com/watch?v=SYnpgiDtUPI"][media]https://www.youtube.com/watch?v=SYnpgiDtUPI[/media][/url]

    Toutefois Rumina, malgré toute la renommée qu’il acquiert à cette période et en donnant une image beaucoup plus chic et glamour aux combattants, a du mal à s’imposer face à une génération montante de nouveaux talents et peine à gagner les titres qu’il mériterait tant. On retrouve parmi ces derniers des noms aujourd’hui connus comme Caol Uno, Takanori Gomi (qui l’ont tous les deux privé du titre -73kg du Shooto) ou encore Joachim Hansen et l’indétrônable Alexandre Franca « Pequeno » Nogueira. Bien que connaissant des difficultés contre les grands cadors de sa catégorie, Rumina n’hésite pas à descendre de catégorie et peaufiner sa préparation pour s’imposer contre des combattants de niveau très correct, et réussi même à s’emparer de la [b]ceinture Trans-Pacifique du Shooto en -65kg en 2005 [/b]; son seul titre de champion à ce jour, limite anecdotique.

    [media]https://www.youtube.com/watch?v=IYQBL64rnQc[/media]

    Car la suite de sa carrière s’avère beaucoup moins joyeux avec l’âge. Pendant que les champions du Shooto s’envolent vers d’autres grandes organisations (PRIDE, Hero’s, UFC et WEC) Rumina s’entête à ne combattre que dans son organisation mère, quitte à enchainer les défaites contre des combattants de haut niveau (Gilbert Melendez, Antonio Carvalho, Hatsu Hioki). Toutefois les dirigeants lui gardent une certaine confiance malgré un palmarès qui s’assombrit et lui donne une dernière chance de disputer un titre de champion en 2009 pour la catégorie -65kg, mais perd son duel face à Lion Takeshi par KO au premier Round. Toutefois sa seule consolation pendant cette période aura été son invitation au [b]Grapplers Quest[/b] en marge de l’UFC Fan Expo en juillet 2009. Convoqué personnellement par Lorenzo et Franck Fertita, très fan de son style et du personnage, il gagne son super fight par une soumission expéditive en 2 minutes face à Ulysses Gomes, pourtant vainqueur de ce tournoi à 7 reprises. Son premier geste après cette victoire aura été de saluer les dirigeants de l’UFC, présents sur les bords du tatami, et de décliner poliment par la suite un contrat à l’UFC.

    Après cela Rumina, miné par plusieurs blessures, songe à arrêter sa carrière à un moment et se concentrer d’avantage sur la formation de jeunes combattants mais reviendra en -61kg et gagnera deux combats d’affilés contre Corey Grant et Ryuta Matsune, tous deux par KO ; ce dernier étant même la dernière victoire de sa carrière. Entre 2011 et 2012 Rumina, bien qu’assurant le combat principal des event auxquels il prend part, perd ses trois combats par KO contre Masakatsu Ueda (aujourd’hui champion Bantam Weight du ONE FC), l’inconnu Nico Verresen et Hideo Tokoro qui aura été son dernier adversaire.

    [img]http://cdn.efight.jp/wp-content/uploads/2014/05/0502_shooto.jpg[/img]

    Depuis cette dernière défaite en décembre 2012, Rumina n’a disputé aucun combat et n’a pas tenu à affronter d’adversaire en guise de jubilé (contrairement par exemple à Megumi Fujii l’an dernier), se contentant aujourd’hui d’une apparition triomphale dans un [b]cérémonial dédié spécialement à sa fabuleuse carrière [/b]juste avant le main event opposant son disciple Daiki Tsuchiya à Caol Uno (victoire de Uno par décision unanime). Ses anciens rivaux Takanori Gomi et Hayato « Mach » Sakurai sont montés sur le ring pour rendre un dernier hommage à la carrière de celui qui aura été et restera le symbole du Shooto à jamais.

    A la fin de cette cérémonie Rumina prend le micro : [i]« Cela fait 22 ans depuis mes débuts professionnels au Shooto. Si j’ai pu en arriver là je pense vraiment que c’est surtout grâce à vous, à ma famille et mes partenaires d’entrainement.[/i]
    [i]Je pense que le Shooto va perdurer. Rumina Sato prend ici sa retraite mais je suis convaincu que des combattants qui ont hérité de mes gènes du combat soutiendront le Shooto. Je compte moi aussi soutenir le développement des compétitions amateurs donc je vous prie de bien vouloir encourager encore longtemps le Shooto et Rumina Sato. Merci ! »[/i]

    [img]http://cdn.efight.jp/wp-content/uploads/2014/05/DSC_1652.jpg[/img]

    Ainsi s’achève la carrière d’un grand combattant qui sera resté fidèle au Shooto et dont le style de combat aura fait l’unanimité des fans de MMA du monde entier. Désormais il pourra se consacrer plus aisément à ses autres passions que sont le surf et la culture de légumes (dont il vante souvent les mérites sur son blog) en plus de diriger son ROOTS gym. Une chose est sûre, Rumina Sato restera une légende de l’histoire du MMA.

    Edit: Ajout de la vidéo de la cérémonie

    [media]https://www.youtube.com/watch?v=KcNYTmCFhRE[/media]

    ------------------------------------------------------------------
    Par Akira "Kappa" Hattori
    twitter: @akirakappa
  6. J
    Kappa a reçu une réaction de Corto51 pour a article, Dernière sortie pour Rumina Sato   
    Un de combattants les plus charismatiques du circuit MMA japonais, [b]Rumina Sato[/b], légende du Shooto, a pris sa retraite sportive aujourd’hui à l’issu d’un event du Shooto. Pour sa dernière apparition sur le ring du Shooto, Rumina Sato, 40 ans n’a pas combattu mais juste présent pour une cérémonie d’adieu en présence de nombreux amis pour clôturer solennellement une carrière riche en victoires et surtout une personnalité hors pair. Retour sur la vie de ce grand symbole du MMA japonais.

    [img]http://img.blog.boxerjuntaro.com/20120808_63186.jpg[/img]

    Rumina Sato a été et restera à jamais le symbole du Shooto où il a effectué l’essentiel de sa carrière, [b]refusant même à plusieurs reprises les avances d’autres grandes organisations comme le PRIDE ou l’UFC[/b]. Surnommé [b]« Moon Wolf »[/b] (loup de la lune) en raison de l’origine de son prénom, un mélange entre les mots Luna et Lupinus (respectivement « lune » et « loup » en latin) inventé par son père, cet homme a été le loup d’une seule organisation avec une ligne de conduite irréprochable qui lui a valu la sympathie des fans de MMA du monde entier. Considéré comme l’un des « 4 fantastiques du Shooto » à une époque en compagnie de Enson Inoue, Hayato « Mach » Sakurai et Noboru Asahi, Rumina Sato a débuté au Shooto en 1994 face à Michael McAuliffe qu’il bat au 2[sup]ème[/sup] round par soumission. S’en suivront alors 4 ans sans défaite mais ce qui impressionne le plus les fans de MMA de la première heure, ce sont son agressivité, son agilité et sa capacité à prendre le dessus sur l’adversaire pour le finaliser par soumission la pluapart du temps. Malgré ses deux premières défaites en 1998, Rumina marqua l’histoire du MMA au début de l’année suivante en s’imposant par une [b]Flying Armbar (clef de bras à la volée) en… 6 secondes[/b] face à Charles Taylor, la soumission la plus rapide du MMA encore à ce jour et loin d’être battue.

    [url="https://www.youtube.com/watch?v=SYnpgiDtUPI"][media]https://www.youtube.com/watch?v=SYnpgiDtUPI[/media][/url]

    Toutefois Rumina, malgré toute la renommée qu’il acquiert à cette période et en donnant une image beaucoup plus chic et glamour aux combattants, a du mal à s’imposer face à une génération montante de nouveaux talents et peine à gagner les titres qu’il mériterait tant. On retrouve parmi ces derniers des noms aujourd’hui connus comme Caol Uno, Takanori Gomi (qui l’ont tous les deux privé du titre -73kg du Shooto) ou encore Joachim Hansen et l’indétrônable Alexandre Franca « Pequeno » Nogueira. Bien que connaissant des difficultés contre les grands cadors de sa catégorie, Rumina n’hésite pas à descendre de catégorie et peaufiner sa préparation pour s’imposer contre des combattants de niveau très correct, et réussi même à s’emparer de la [b]ceinture Trans-Pacifique du Shooto en -65kg en 2005 [/b]; son seul titre de champion à ce jour, limite anecdotique.

    [media]https://www.youtube.com/watch?v=IYQBL64rnQc[/media]

    Car la suite de sa carrière s’avère beaucoup moins joyeux avec l’âge. Pendant que les champions du Shooto s’envolent vers d’autres grandes organisations (PRIDE, Hero’s, UFC et WEC) Rumina s’entête à ne combattre que dans son organisation mère, quitte à enchainer les défaites contre des combattants de haut niveau (Gilbert Melendez, Antonio Carvalho, Hatsu Hioki). Toutefois les dirigeants lui gardent une certaine confiance malgré un palmarès qui s’assombrit et lui donne une dernière chance de disputer un titre de champion en 2009 pour la catégorie -65kg, mais perd son duel face à Lion Takeshi par KO au premier Round. Toutefois sa seule consolation pendant cette période aura été son invitation au [b]Grapplers Quest[/b] en marge de l’UFC Fan Expo en juillet 2009. Convoqué personnellement par Lorenzo et Franck Fertita, très fan de son style et du personnage, il gagne son super fight par une soumission expéditive en 2 minutes face à Ulysses Gomes, pourtant vainqueur de ce tournoi à 7 reprises. Son premier geste après cette victoire aura été de saluer les dirigeants de l’UFC, présents sur les bords du tatami, et de décliner poliment par la suite un contrat à l’UFC.

    Après cela Rumina, miné par plusieurs blessures, songe à arrêter sa carrière à un moment et se concentrer d’avantage sur la formation de jeunes combattants mais reviendra en -61kg et gagnera deux combats d’affilés contre Corey Grant et Ryuta Matsune, tous deux par KO ; ce dernier étant même la dernière victoire de sa carrière. Entre 2011 et 2012 Rumina, bien qu’assurant le combat principal des event auxquels il prend part, perd ses trois combats par KO contre Masakatsu Ueda (aujourd’hui champion Bantam Weight du ONE FC), l’inconnu Nico Verresen et Hideo Tokoro qui aura été son dernier adversaire.

    [img]http://cdn.efight.jp/wp-content/uploads/2014/05/0502_shooto.jpg[/img]

    Depuis cette dernière défaite en décembre 2012, Rumina n’a disputé aucun combat et n’a pas tenu à affronter d’adversaire en guise de jubilé (contrairement par exemple à Megumi Fujii l’an dernier), se contentant aujourd’hui d’une apparition triomphale dans un [b]cérémonial dédié spécialement à sa fabuleuse carrière [/b]juste avant le main event opposant son disciple Daiki Tsuchiya à Caol Uno (victoire de Uno par décision unanime). Ses anciens rivaux Takanori Gomi et Hayato « Mach » Sakurai sont montés sur le ring pour rendre un dernier hommage à la carrière de celui qui aura été et restera le symbole du Shooto à jamais.

    A la fin de cette cérémonie Rumina prend le micro : [i]« Cela fait 22 ans depuis mes débuts professionnels au Shooto. Si j’ai pu en arriver là je pense vraiment que c’est surtout grâce à vous, à ma famille et mes partenaires d’entrainement.[/i]
    [i]Je pense que le Shooto va perdurer. Rumina Sato prend ici sa retraite mais je suis convaincu que des combattants qui ont hérité de mes gènes du combat soutiendront le Shooto. Je compte moi aussi soutenir le développement des compétitions amateurs donc je vous prie de bien vouloir encourager encore longtemps le Shooto et Rumina Sato. Merci ! »[/i]

    [img]http://cdn.efight.jp/wp-content/uploads/2014/05/DSC_1652.jpg[/img]

    Ainsi s’achève la carrière d’un grand combattant qui sera resté fidèle au Shooto et dont le style de combat aura fait l’unanimité des fans de MMA du monde entier. Désormais il pourra se consacrer plus aisément à ses autres passions que sont le surf et la culture de légumes (dont il vante souvent les mérites sur son blog) en plus de diriger son ROOTS gym. Une chose est sûre, Rumina Sato restera une légende de l’histoire du MMA.

    Edit: Ajout de la vidéo de la cérémonie

    [media]https://www.youtube.com/watch?v=KcNYTmCFhRE[/media]

    ------------------------------------------------------------------
    Par Akira "Kappa" Hattori
    twitter: @akirakappa
  7. J
    Kappa a reçu une réaction de Corto51 pour a article, Dernière sortie pour Rumina Sato   
    Un de combattants les plus charismatiques du circuit MMA japonais, [b]Rumina Sato[/b], légende du Shooto, a pris sa retraite sportive aujourd’hui à l’issu d’un event du Shooto. Pour sa dernière apparition sur le ring du Shooto, Rumina Sato, 40 ans n’a pas combattu mais juste présent pour une cérémonie d’adieu en présence de nombreux amis pour clôturer solennellement une carrière riche en victoires et surtout une personnalité hors pair. Retour sur la vie de ce grand symbole du MMA japonais.

    [img]http://img.blog.boxerjuntaro.com/20120808_63186.jpg[/img]

    Rumina Sato a été et restera à jamais le symbole du Shooto où il a effectué l’essentiel de sa carrière, [b]refusant même à plusieurs reprises les avances d’autres grandes organisations comme le PRIDE ou l’UFC[/b]. Surnommé [b]« Moon Wolf »[/b] (loup de la lune) en raison de l’origine de son prénom, un mélange entre les mots Luna et Lupinus (respectivement « lune » et « loup » en latin) inventé par son père, cet homme a été le loup d’une seule organisation avec une ligne de conduite irréprochable qui lui a valu la sympathie des fans de MMA du monde entier. Considéré comme l’un des « 4 fantastiques du Shooto » à une époque en compagnie de Enson Inoue, Hayato « Mach » Sakurai et Noboru Asahi, Rumina Sato a débuté au Shooto en 1994 face à Michael McAuliffe qu’il bat au 2[sup]ème[/sup] round par soumission. S’en suivront alors 4 ans sans défaite mais ce qui impressionne le plus les fans de MMA de la première heure, ce sont son agressivité, son agilité et sa capacité à prendre le dessus sur l’adversaire pour le finaliser par soumission la pluapart du temps. Malgré ses deux premières défaites en 1998, Rumina marqua l’histoire du MMA au début de l’année suivante en s’imposant par une [b]Flying Armbar (clef de bras à la volée) en… 6 secondes[/b] face à Charles Taylor, la soumission la plus rapide du MMA encore à ce jour et loin d’être battue.

    [url="https://www.youtube.com/watch?v=SYnpgiDtUPI"][media]https://www.youtube.com/watch?v=SYnpgiDtUPI[/media][/url]

    Toutefois Rumina, malgré toute la renommée qu’il acquiert à cette période et en donnant une image beaucoup plus chic et glamour aux combattants, a du mal à s’imposer face à une génération montante de nouveaux talents et peine à gagner les titres qu’il mériterait tant. On retrouve parmi ces derniers des noms aujourd’hui connus comme Caol Uno, Takanori Gomi (qui l’ont tous les deux privé du titre -73kg du Shooto) ou encore Joachim Hansen et l’indétrônable Alexandre Franca « Pequeno » Nogueira. Bien que connaissant des difficultés contre les grands cadors de sa catégorie, Rumina n’hésite pas à descendre de catégorie et peaufiner sa préparation pour s’imposer contre des combattants de niveau très correct, et réussi même à s’emparer de la [b]ceinture Trans-Pacifique du Shooto en -65kg en 2005 [/b]; son seul titre de champion à ce jour, limite anecdotique.

    [media]https://www.youtube.com/watch?v=IYQBL64rnQc[/media]

    Car la suite de sa carrière s’avère beaucoup moins joyeux avec l’âge. Pendant que les champions du Shooto s’envolent vers d’autres grandes organisations (PRIDE, Hero’s, UFC et WEC) Rumina s’entête à ne combattre que dans son organisation mère, quitte à enchainer les défaites contre des combattants de haut niveau (Gilbert Melendez, Antonio Carvalho, Hatsu Hioki). Toutefois les dirigeants lui gardent une certaine confiance malgré un palmarès qui s’assombrit et lui donne une dernière chance de disputer un titre de champion en 2009 pour la catégorie -65kg, mais perd son duel face à Lion Takeshi par KO au premier Round. Toutefois sa seule consolation pendant cette période aura été son invitation au [b]Grapplers Quest[/b] en marge de l’UFC Fan Expo en juillet 2009. Convoqué personnellement par Lorenzo et Franck Fertita, très fan de son style et du personnage, il gagne son super fight par une soumission expéditive en 2 minutes face à Ulysses Gomes, pourtant vainqueur de ce tournoi à 7 reprises. Son premier geste après cette victoire aura été de saluer les dirigeants de l’UFC, présents sur les bords du tatami, et de décliner poliment par la suite un contrat à l’UFC.

    Après cela Rumina, miné par plusieurs blessures, songe à arrêter sa carrière à un moment et se concentrer d’avantage sur la formation de jeunes combattants mais reviendra en -61kg et gagnera deux combats d’affilés contre Corey Grant et Ryuta Matsune, tous deux par KO ; ce dernier étant même la dernière victoire de sa carrière. Entre 2011 et 2012 Rumina, bien qu’assurant le combat principal des event auxquels il prend part, perd ses trois combats par KO contre Masakatsu Ueda (aujourd’hui champion Bantam Weight du ONE FC), l’inconnu Nico Verresen et Hideo Tokoro qui aura été son dernier adversaire.

    [img]http://cdn.efight.jp/wp-content/uploads/2014/05/0502_shooto.jpg[/img]

    Depuis cette dernière défaite en décembre 2012, Rumina n’a disputé aucun combat et n’a pas tenu à affronter d’adversaire en guise de jubilé (contrairement par exemple à Megumi Fujii l’an dernier), se contentant aujourd’hui d’une apparition triomphale dans un [b]cérémonial dédié spécialement à sa fabuleuse carrière [/b]juste avant le main event opposant son disciple Daiki Tsuchiya à Caol Uno (victoire de Uno par décision unanime). Ses anciens rivaux Takanori Gomi et Hayato « Mach » Sakurai sont montés sur le ring pour rendre un dernier hommage à la carrière de celui qui aura été et restera le symbole du Shooto à jamais.

    A la fin de cette cérémonie Rumina prend le micro : [i]« Cela fait 22 ans depuis mes débuts professionnels au Shooto. Si j’ai pu en arriver là je pense vraiment que c’est surtout grâce à vous, à ma famille et mes partenaires d’entrainement.[/i]
    [i]Je pense que le Shooto va perdurer. Rumina Sato prend ici sa retraite mais je suis convaincu que des combattants qui ont hérité de mes gènes du combat soutiendront le Shooto. Je compte moi aussi soutenir le développement des compétitions amateurs donc je vous prie de bien vouloir encourager encore longtemps le Shooto et Rumina Sato. Merci ! »[/i]

    [img]http://cdn.efight.jp/wp-content/uploads/2014/05/DSC_1652.jpg[/img]

    Ainsi s’achève la carrière d’un grand combattant qui sera resté fidèle au Shooto et dont le style de combat aura fait l’unanimité des fans de MMA du monde entier. Désormais il pourra se consacrer plus aisément à ses autres passions que sont le surf et la culture de légumes (dont il vante souvent les mérites sur son blog) en plus de diriger son ROOTS gym. Une chose est sûre, Rumina Sato restera une légende de l’histoire du MMA.

    Edit: Ajout de la vidéo de la cérémonie

    [media]https://www.youtube.com/watch?v=KcNYTmCFhRE[/media]

    ------------------------------------------------------------------
    Par Akira "Kappa" Hattori
    twitter: @akirakappa
  8. J
    Kappa a reçu une réaction de Corto51 pour a article, Dernière sortie pour Rumina Sato   
    Un de combattants les plus charismatiques du circuit MMA japonais, [b]Rumina Sato[/b], légende du Shooto, a pris sa retraite sportive aujourd’hui à l’issu d’un event du Shooto. Pour sa dernière apparition sur le ring du Shooto, Rumina Sato, 40 ans n’a pas combattu mais juste présent pour une cérémonie d’adieu en présence de nombreux amis pour clôturer solennellement une carrière riche en victoires et surtout une personnalité hors pair. Retour sur la vie de ce grand symbole du MMA japonais.

    [img]http://img.blog.boxerjuntaro.com/20120808_63186.jpg[/img]

    Rumina Sato a été et restera à jamais le symbole du Shooto où il a effectué l’essentiel de sa carrière, [b]refusant même à plusieurs reprises les avances d’autres grandes organisations comme le PRIDE ou l’UFC[/b]. Surnommé [b]« Moon Wolf »[/b] (loup de la lune) en raison de l’origine de son prénom, un mélange entre les mots Luna et Lupinus (respectivement « lune » et « loup » en latin) inventé par son père, cet homme a été le loup d’une seule organisation avec une ligne de conduite irréprochable qui lui a valu la sympathie des fans de MMA du monde entier. Considéré comme l’un des « 4 fantastiques du Shooto » à une époque en compagnie de Enson Inoue, Hayato « Mach » Sakurai et Noboru Asahi, Rumina Sato a débuté au Shooto en 1994 face à Michael McAuliffe qu’il bat au 2[sup]ème[/sup] round par soumission. S’en suivront alors 4 ans sans défaite mais ce qui impressionne le plus les fans de MMA de la première heure, ce sont son agressivité, son agilité et sa capacité à prendre le dessus sur l’adversaire pour le finaliser par soumission la pluapart du temps. Malgré ses deux premières défaites en 1998, Rumina marqua l’histoire du MMA au début de l’année suivante en s’imposant par une [b]Flying Armbar (clef de bras à la volée) en… 6 secondes[/b] face à Charles Taylor, la soumission la plus rapide du MMA encore à ce jour et loin d’être battue.

    [url="https://www.youtube.com/watch?v=SYnpgiDtUPI"][media]https://www.youtube.com/watch?v=SYnpgiDtUPI[/media][/url]

    Toutefois Rumina, malgré toute la renommée qu’il acquiert à cette période et en donnant une image beaucoup plus chic et glamour aux combattants, a du mal à s’imposer face à une génération montante de nouveaux talents et peine à gagner les titres qu’il mériterait tant. On retrouve parmi ces derniers des noms aujourd’hui connus comme Caol Uno, Takanori Gomi (qui l’ont tous les deux privé du titre -73kg du Shooto) ou encore Joachim Hansen et l’indétrônable Alexandre Franca « Pequeno » Nogueira. Bien que connaissant des difficultés contre les grands cadors de sa catégorie, Rumina n’hésite pas à descendre de catégorie et peaufiner sa préparation pour s’imposer contre des combattants de niveau très correct, et réussi même à s’emparer de la [b]ceinture Trans-Pacifique du Shooto en -65kg en 2005 [/b]; son seul titre de champion à ce jour, limite anecdotique.

    [media]https://www.youtube.com/watch?v=IYQBL64rnQc[/media]

    Car la suite de sa carrière s’avère beaucoup moins joyeux avec l’âge. Pendant que les champions du Shooto s’envolent vers d’autres grandes organisations (PRIDE, Hero’s, UFC et WEC) Rumina s’entête à ne combattre que dans son organisation mère, quitte à enchainer les défaites contre des combattants de haut niveau (Gilbert Melendez, Antonio Carvalho, Hatsu Hioki). Toutefois les dirigeants lui gardent une certaine confiance malgré un palmarès qui s’assombrit et lui donne une dernière chance de disputer un titre de champion en 2009 pour la catégorie -65kg, mais perd son duel face à Lion Takeshi par KO au premier Round. Toutefois sa seule consolation pendant cette période aura été son invitation au [b]Grapplers Quest[/b] en marge de l’UFC Fan Expo en juillet 2009. Convoqué personnellement par Lorenzo et Franck Fertita, très fan de son style et du personnage, il gagne son super fight par une soumission expéditive en 2 minutes face à Ulysses Gomes, pourtant vainqueur de ce tournoi à 7 reprises. Son premier geste après cette victoire aura été de saluer les dirigeants de l’UFC, présents sur les bords du tatami, et de décliner poliment par la suite un contrat à l’UFC.

    Après cela Rumina, miné par plusieurs blessures, songe à arrêter sa carrière à un moment et se concentrer d’avantage sur la formation de jeunes combattants mais reviendra en -61kg et gagnera deux combats d’affilés contre Corey Grant et Ryuta Matsune, tous deux par KO ; ce dernier étant même la dernière victoire de sa carrière. Entre 2011 et 2012 Rumina, bien qu’assurant le combat principal des event auxquels il prend part, perd ses trois combats par KO contre Masakatsu Ueda (aujourd’hui champion Bantam Weight du ONE FC), l’inconnu Nico Verresen et Hideo Tokoro qui aura été son dernier adversaire.

    [img]http://cdn.efight.jp/wp-content/uploads/2014/05/0502_shooto.jpg[/img]

    Depuis cette dernière défaite en décembre 2012, Rumina n’a disputé aucun combat et n’a pas tenu à affronter d’adversaire en guise de jubilé (contrairement par exemple à Megumi Fujii l’an dernier), se contentant aujourd’hui d’une apparition triomphale dans un [b]cérémonial dédié spécialement à sa fabuleuse carrière [/b]juste avant le main event opposant son disciple Daiki Tsuchiya à Caol Uno (victoire de Uno par décision unanime). Ses anciens rivaux Takanori Gomi et Hayato « Mach » Sakurai sont montés sur le ring pour rendre un dernier hommage à la carrière de celui qui aura été et restera le symbole du Shooto à jamais.

    A la fin de cette cérémonie Rumina prend le micro : [i]« Cela fait 22 ans depuis mes débuts professionnels au Shooto. Si j’ai pu en arriver là je pense vraiment que c’est surtout grâce à vous, à ma famille et mes partenaires d’entrainement.[/i]
    [i]Je pense que le Shooto va perdurer. Rumina Sato prend ici sa retraite mais je suis convaincu que des combattants qui ont hérité de mes gènes du combat soutiendront le Shooto. Je compte moi aussi soutenir le développement des compétitions amateurs donc je vous prie de bien vouloir encourager encore longtemps le Shooto et Rumina Sato. Merci ! »[/i]

    [img]http://cdn.efight.jp/wp-content/uploads/2014/05/DSC_1652.jpg[/img]

    Ainsi s’achève la carrière d’un grand combattant qui sera resté fidèle au Shooto et dont le style de combat aura fait l’unanimité des fans de MMA du monde entier. Désormais il pourra se consacrer plus aisément à ses autres passions que sont le surf et la culture de légumes (dont il vante souvent les mérites sur son blog) en plus de diriger son ROOTS gym. Une chose est sûre, Rumina Sato restera une légende de l’histoire du MMA.

    Edit: Ajout de la vidéo de la cérémonie

    [media]https://www.youtube.com/watch?v=KcNYTmCFhRE[/media]

    ------------------------------------------------------------------
    Par Akira "Kappa" Hattori
    twitter: @akirakappa
  9. J
    Kappa a reçu une réaction de Corto51 pour a article, Dernière sortie pour Rumina Sato   
    Un de combattants les plus charismatiques du circuit MMA japonais, [b]Rumina Sato[/b], légende du Shooto, a pris sa retraite sportive aujourd’hui à l’issu d’un event du Shooto. Pour sa dernière apparition sur le ring du Shooto, Rumina Sato, 40 ans n’a pas combattu mais juste présent pour une cérémonie d’adieu en présence de nombreux amis pour clôturer solennellement une carrière riche en victoires et surtout une personnalité hors pair. Retour sur la vie de ce grand symbole du MMA japonais.

    [img]http://img.blog.boxerjuntaro.com/20120808_63186.jpg[/img]

    Rumina Sato a été et restera à jamais le symbole du Shooto où il a effectué l’essentiel de sa carrière, [b]refusant même à plusieurs reprises les avances d’autres grandes organisations comme le PRIDE ou l’UFC[/b]. Surnommé [b]« Moon Wolf »[/b] (loup de la lune) en raison de l’origine de son prénom, un mélange entre les mots Luna et Lupinus (respectivement « lune » et « loup » en latin) inventé par son père, cet homme a été le loup d’une seule organisation avec une ligne de conduite irréprochable qui lui a valu la sympathie des fans de MMA du monde entier. Considéré comme l’un des « 4 fantastiques du Shooto » à une époque en compagnie de Enson Inoue, Hayato « Mach » Sakurai et Noboru Asahi, Rumina Sato a débuté au Shooto en 1994 face à Michael McAuliffe qu’il bat au 2[sup]ème[/sup] round par soumission. S’en suivront alors 4 ans sans défaite mais ce qui impressionne le plus les fans de MMA de la première heure, ce sont son agressivité, son agilité et sa capacité à prendre le dessus sur l’adversaire pour le finaliser par soumission la pluapart du temps. Malgré ses deux premières défaites en 1998, Rumina marqua l’histoire du MMA au début de l’année suivante en s’imposant par une [b]Flying Armbar (clef de bras à la volée) en… 6 secondes[/b] face à Charles Taylor, la soumission la plus rapide du MMA encore à ce jour et loin d’être battue.

    [url="https://www.youtube.com/watch?v=SYnpgiDtUPI"][media]https://www.youtube.com/watch?v=SYnpgiDtUPI[/media][/url]

    Toutefois Rumina, malgré toute la renommée qu’il acquiert à cette période et en donnant une image beaucoup plus chic et glamour aux combattants, a du mal à s’imposer face à une génération montante de nouveaux talents et peine à gagner les titres qu’il mériterait tant. On retrouve parmi ces derniers des noms aujourd’hui connus comme Caol Uno, Takanori Gomi (qui l’ont tous les deux privé du titre -73kg du Shooto) ou encore Joachim Hansen et l’indétrônable Alexandre Franca « Pequeno » Nogueira. Bien que connaissant des difficultés contre les grands cadors de sa catégorie, Rumina n’hésite pas à descendre de catégorie et peaufiner sa préparation pour s’imposer contre des combattants de niveau très correct, et réussi même à s’emparer de la [b]ceinture Trans-Pacifique du Shooto en -65kg en 2005 [/b]; son seul titre de champion à ce jour, limite anecdotique.

    [media]https://www.youtube.com/watch?v=IYQBL64rnQc[/media]

    Car la suite de sa carrière s’avère beaucoup moins joyeux avec l’âge. Pendant que les champions du Shooto s’envolent vers d’autres grandes organisations (PRIDE, Hero’s, UFC et WEC) Rumina s’entête à ne combattre que dans son organisation mère, quitte à enchainer les défaites contre des combattants de haut niveau (Gilbert Melendez, Antonio Carvalho, Hatsu Hioki). Toutefois les dirigeants lui gardent une certaine confiance malgré un palmarès qui s’assombrit et lui donne une dernière chance de disputer un titre de champion en 2009 pour la catégorie -65kg, mais perd son duel face à Lion Takeshi par KO au premier Round. Toutefois sa seule consolation pendant cette période aura été son invitation au [b]Grapplers Quest[/b] en marge de l’UFC Fan Expo en juillet 2009. Convoqué personnellement par Lorenzo et Franck Fertita, très fan de son style et du personnage, il gagne son super fight par une soumission expéditive en 2 minutes face à Ulysses Gomes, pourtant vainqueur de ce tournoi à 7 reprises. Son premier geste après cette victoire aura été de saluer les dirigeants de l’UFC, présents sur les bords du tatami, et de décliner poliment par la suite un contrat à l’UFC.

    Après cela Rumina, miné par plusieurs blessures, songe à arrêter sa carrière à un moment et se concentrer d’avantage sur la formation de jeunes combattants mais reviendra en -61kg et gagnera deux combats d’affilés contre Corey Grant et Ryuta Matsune, tous deux par KO ; ce dernier étant même la dernière victoire de sa carrière. Entre 2011 et 2012 Rumina, bien qu’assurant le combat principal des event auxquels il prend part, perd ses trois combats par KO contre Masakatsu Ueda (aujourd’hui champion Bantam Weight du ONE FC), l’inconnu Nico Verresen et Hideo Tokoro qui aura été son dernier adversaire.

    [img]http://cdn.efight.jp/wp-content/uploads/2014/05/0502_shooto.jpg[/img]

    Depuis cette dernière défaite en décembre 2012, Rumina n’a disputé aucun combat et n’a pas tenu à affronter d’adversaire en guise de jubilé (contrairement par exemple à Megumi Fujii l’an dernier), se contentant aujourd’hui d’une apparition triomphale dans un [b]cérémonial dédié spécialement à sa fabuleuse carrière [/b]juste avant le main event opposant son disciple Daiki Tsuchiya à Caol Uno (victoire de Uno par décision unanime). Ses anciens rivaux Takanori Gomi et Hayato « Mach » Sakurai sont montés sur le ring pour rendre un dernier hommage à la carrière de celui qui aura été et restera le symbole du Shooto à jamais.

    A la fin de cette cérémonie Rumina prend le micro : [i]« Cela fait 22 ans depuis mes débuts professionnels au Shooto. Si j’ai pu en arriver là je pense vraiment que c’est surtout grâce à vous, à ma famille et mes partenaires d’entrainement.[/i]
    [i]Je pense que le Shooto va perdurer. Rumina Sato prend ici sa retraite mais je suis convaincu que des combattants qui ont hérité de mes gènes du combat soutiendront le Shooto. Je compte moi aussi soutenir le développement des compétitions amateurs donc je vous prie de bien vouloir encourager encore longtemps le Shooto et Rumina Sato. Merci ! »[/i]

    [img]http://cdn.efight.jp/wp-content/uploads/2014/05/DSC_1652.jpg[/img]

    Ainsi s’achève la carrière d’un grand combattant qui sera resté fidèle au Shooto et dont le style de combat aura fait l’unanimité des fans de MMA du monde entier. Désormais il pourra se consacrer plus aisément à ses autres passions que sont le surf et la culture de légumes (dont il vante souvent les mérites sur son blog) en plus de diriger son ROOTS gym. Une chose est sûre, Rumina Sato restera une légende de l’histoire du MMA.

    Edit: Ajout de la vidéo de la cérémonie

    [media]https://www.youtube.com/watch?v=KcNYTmCFhRE[/media]

    ------------------------------------------------------------------
    Par Akira "Kappa" Hattori
    twitter: @akirakappa
  10. J
    Kappa a reçu une réaction de Corto51 pour a article, Dernière sortie pour Rumina Sato   
    Un de combattants les plus charismatiques du circuit MMA japonais, [b]Rumina Sato[/b], légende du Shooto, a pris sa retraite sportive aujourd’hui à l’issu d’un event du Shooto. Pour sa dernière apparition sur le ring du Shooto, Rumina Sato, 40 ans n’a pas combattu mais juste présent pour une cérémonie d’adieu en présence de nombreux amis pour clôturer solennellement une carrière riche en victoires et surtout une personnalité hors pair. Retour sur la vie de ce grand symbole du MMA japonais.

    [img]http://img.blog.boxerjuntaro.com/20120808_63186.jpg[/img]

    Rumina Sato a été et restera à jamais le symbole du Shooto où il a effectué l’essentiel de sa carrière, [b]refusant même à plusieurs reprises les avances d’autres grandes organisations comme le PRIDE ou l’UFC[/b]. Surnommé [b]« Moon Wolf »[/b] (loup de la lune) en raison de l’origine de son prénom, un mélange entre les mots Luna et Lupinus (respectivement « lune » et « loup » en latin) inventé par son père, cet homme a été le loup d’une seule organisation avec une ligne de conduite irréprochable qui lui a valu la sympathie des fans de MMA du monde entier. Considéré comme l’un des « 4 fantastiques du Shooto » à une époque en compagnie de Enson Inoue, Hayato « Mach » Sakurai et Noboru Asahi, Rumina Sato a débuté au Shooto en 1994 face à Michael McAuliffe qu’il bat au 2[sup]ème[/sup] round par soumission. S’en suivront alors 4 ans sans défaite mais ce qui impressionne le plus les fans de MMA de la première heure, ce sont son agressivité, son agilité et sa capacité à prendre le dessus sur l’adversaire pour le finaliser par soumission la pluapart du temps. Malgré ses deux premières défaites en 1998, Rumina marqua l’histoire du MMA au début de l’année suivante en s’imposant par une [b]Flying Armbar (clef de bras à la volée) en… 6 secondes[/b] face à Charles Taylor, la soumission la plus rapide du MMA encore à ce jour et loin d’être battue.

    [url="https://www.youtube.com/watch?v=SYnpgiDtUPI"][media]https://www.youtube.com/watch?v=SYnpgiDtUPI[/media][/url]

    Toutefois Rumina, malgré toute la renommée qu’il acquiert à cette période et en donnant une image beaucoup plus chic et glamour aux combattants, a du mal à s’imposer face à une génération montante de nouveaux talents et peine à gagner les titres qu’il mériterait tant. On retrouve parmi ces derniers des noms aujourd’hui connus comme Caol Uno, Takanori Gomi (qui l’ont tous les deux privé du titre -73kg du Shooto) ou encore Joachim Hansen et l’indétrônable Alexandre Franca « Pequeno » Nogueira. Bien que connaissant des difficultés contre les grands cadors de sa catégorie, Rumina n’hésite pas à descendre de catégorie et peaufiner sa préparation pour s’imposer contre des combattants de niveau très correct, et réussi même à s’emparer de la [b]ceinture Trans-Pacifique du Shooto en -65kg en 2005 [/b]; son seul titre de champion à ce jour, limite anecdotique.

    [media]https://www.youtube.com/watch?v=IYQBL64rnQc[/media]

    Car la suite de sa carrière s’avère beaucoup moins joyeux avec l’âge. Pendant que les champions du Shooto s’envolent vers d’autres grandes organisations (PRIDE, Hero’s, UFC et WEC) Rumina s’entête à ne combattre que dans son organisation mère, quitte à enchainer les défaites contre des combattants de haut niveau (Gilbert Melendez, Antonio Carvalho, Hatsu Hioki). Toutefois les dirigeants lui gardent une certaine confiance malgré un palmarès qui s’assombrit et lui donne une dernière chance de disputer un titre de champion en 2009 pour la catégorie -65kg, mais perd son duel face à Lion Takeshi par KO au premier Round. Toutefois sa seule consolation pendant cette période aura été son invitation au [b]Grapplers Quest[/b] en marge de l’UFC Fan Expo en juillet 2009. Convoqué personnellement par Lorenzo et Franck Fertita, très fan de son style et du personnage, il gagne son super fight par une soumission expéditive en 2 minutes face à Ulysses Gomes, pourtant vainqueur de ce tournoi à 7 reprises. Son premier geste après cette victoire aura été de saluer les dirigeants de l’UFC, présents sur les bords du tatami, et de décliner poliment par la suite un contrat à l’UFC.

    Après cela Rumina, miné par plusieurs blessures, songe à arrêter sa carrière à un moment et se concentrer d’avantage sur la formation de jeunes combattants mais reviendra en -61kg et gagnera deux combats d’affilés contre Corey Grant et Ryuta Matsune, tous deux par KO ; ce dernier étant même la dernière victoire de sa carrière. Entre 2011 et 2012 Rumina, bien qu’assurant le combat principal des event auxquels il prend part, perd ses trois combats par KO contre Masakatsu Ueda (aujourd’hui champion Bantam Weight du ONE FC), l’inconnu Nico Verresen et Hideo Tokoro qui aura été son dernier adversaire.

    [img]http://cdn.efight.jp/wp-content/uploads/2014/05/0502_shooto.jpg[/img]

    Depuis cette dernière défaite en décembre 2012, Rumina n’a disputé aucun combat et n’a pas tenu à affronter d’adversaire en guise de jubilé (contrairement par exemple à Megumi Fujii l’an dernier), se contentant aujourd’hui d’une apparition triomphale dans un [b]cérémonial dédié spécialement à sa fabuleuse carrière [/b]juste avant le main event opposant son disciple Daiki Tsuchiya à Caol Uno (victoire de Uno par décision unanime). Ses anciens rivaux Takanori Gomi et Hayato « Mach » Sakurai sont montés sur le ring pour rendre un dernier hommage à la carrière de celui qui aura été et restera le symbole du Shooto à jamais.

    A la fin de cette cérémonie Rumina prend le micro : [i]« Cela fait 22 ans depuis mes débuts professionnels au Shooto. Si j’ai pu en arriver là je pense vraiment que c’est surtout grâce à vous, à ma famille et mes partenaires d’entrainement.[/i]
    [i]Je pense que le Shooto va perdurer. Rumina Sato prend ici sa retraite mais je suis convaincu que des combattants qui ont hérité de mes gènes du combat soutiendront le Shooto. Je compte moi aussi soutenir le développement des compétitions amateurs donc je vous prie de bien vouloir encourager encore longtemps le Shooto et Rumina Sato. Merci ! »[/i]

    [img]http://cdn.efight.jp/wp-content/uploads/2014/05/DSC_1652.jpg[/img]

    Ainsi s’achève la carrière d’un grand combattant qui sera resté fidèle au Shooto et dont le style de combat aura fait l’unanimité des fans de MMA du monde entier. Désormais il pourra se consacrer plus aisément à ses autres passions que sont le surf et la culture de légumes (dont il vante souvent les mérites sur son blog) en plus de diriger son ROOTS gym. Une chose est sûre, Rumina Sato restera une légende de l’histoire du MMA.

    Edit: Ajout de la vidéo de la cérémonie

    [media]https://www.youtube.com/watch?v=KcNYTmCFhRE[/media]

    ------------------------------------------------------------------
    Par Akira "Kappa" Hattori
    twitter: @akirakappa
  11. J
    Kappa a reçu une réaction de Corto51 pour a article, Dernière sortie pour Rumina Sato   
    Un de combattants les plus charismatiques du circuit MMA japonais, [b]Rumina Sato[/b], légende du Shooto, a pris sa retraite sportive aujourd’hui à l’issu d’un event du Shooto. Pour sa dernière apparition sur le ring du Shooto, Rumina Sato, 40 ans n’a pas combattu mais juste présent pour une cérémonie d’adieu en présence de nombreux amis pour clôturer solennellement une carrière riche en victoires et surtout une personnalité hors pair. Retour sur la vie de ce grand symbole du MMA japonais.

    [img]http://img.blog.boxerjuntaro.com/20120808_63186.jpg[/img]

    Rumina Sato a été et restera à jamais le symbole du Shooto où il a effectué l’essentiel de sa carrière, [b]refusant même à plusieurs reprises les avances d’autres grandes organisations comme le PRIDE ou l’UFC[/b]. Surnommé [b]« Moon Wolf »[/b] (loup de la lune) en raison de l’origine de son prénom, un mélange entre les mots Luna et Lupinus (respectivement « lune » et « loup » en latin) inventé par son père, cet homme a été le loup d’une seule organisation avec une ligne de conduite irréprochable qui lui a valu la sympathie des fans de MMA du monde entier. Considéré comme l’un des « 4 fantastiques du Shooto » à une époque en compagnie de Enson Inoue, Hayato « Mach » Sakurai et Noboru Asahi, Rumina Sato a débuté au Shooto en 1994 face à Michael McAuliffe qu’il bat au 2[sup]ème[/sup] round par soumission. S’en suivront alors 4 ans sans défaite mais ce qui impressionne le plus les fans de MMA de la première heure, ce sont son agressivité, son agilité et sa capacité à prendre le dessus sur l’adversaire pour le finaliser par soumission la pluapart du temps. Malgré ses deux premières défaites en 1998, Rumina marqua l’histoire du MMA au début de l’année suivante en s’imposant par une [b]Flying Armbar (clef de bras à la volée) en… 6 secondes[/b] face à Charles Taylor, la soumission la plus rapide du MMA encore à ce jour et loin d’être battue.

    [url="https://www.youtube.com/watch?v=SYnpgiDtUPI"][media]https://www.youtube.com/watch?v=SYnpgiDtUPI[/media][/url]

    Toutefois Rumina, malgré toute la renommée qu’il acquiert à cette période et en donnant une image beaucoup plus chic et glamour aux combattants, a du mal à s’imposer face à une génération montante de nouveaux talents et peine à gagner les titres qu’il mériterait tant. On retrouve parmi ces derniers des noms aujourd’hui connus comme Caol Uno, Takanori Gomi (qui l’ont tous les deux privé du titre -73kg du Shooto) ou encore Joachim Hansen et l’indétrônable Alexandre Franca « Pequeno » Nogueira. Bien que connaissant des difficultés contre les grands cadors de sa catégorie, Rumina n’hésite pas à descendre de catégorie et peaufiner sa préparation pour s’imposer contre des combattants de niveau très correct, et réussi même à s’emparer de la [b]ceinture Trans-Pacifique du Shooto en -65kg en 2005 [/b]; son seul titre de champion à ce jour, limite anecdotique.

    [media]https://www.youtube.com/watch?v=IYQBL64rnQc[/media]

    Car la suite de sa carrière s’avère beaucoup moins joyeux avec l’âge. Pendant que les champions du Shooto s’envolent vers d’autres grandes organisations (PRIDE, Hero’s, UFC et WEC) Rumina s’entête à ne combattre que dans son organisation mère, quitte à enchainer les défaites contre des combattants de haut niveau (Gilbert Melendez, Antonio Carvalho, Hatsu Hioki). Toutefois les dirigeants lui gardent une certaine confiance malgré un palmarès qui s’assombrit et lui donne une dernière chance de disputer un titre de champion en 2009 pour la catégorie -65kg, mais perd son duel face à Lion Takeshi par KO au premier Round. Toutefois sa seule consolation pendant cette période aura été son invitation au [b]Grapplers Quest[/b] en marge de l’UFC Fan Expo en juillet 2009. Convoqué personnellement par Lorenzo et Franck Fertita, très fan de son style et du personnage, il gagne son super fight par une soumission expéditive en 2 minutes face à Ulysses Gomes, pourtant vainqueur de ce tournoi à 7 reprises. Son premier geste après cette victoire aura été de saluer les dirigeants de l’UFC, présents sur les bords du tatami, et de décliner poliment par la suite un contrat à l’UFC.

    Après cela Rumina, miné par plusieurs blessures, songe à arrêter sa carrière à un moment et se concentrer d’avantage sur la formation de jeunes combattants mais reviendra en -61kg et gagnera deux combats d’affilés contre Corey Grant et Ryuta Matsune, tous deux par KO ; ce dernier étant même la dernière victoire de sa carrière. Entre 2011 et 2012 Rumina, bien qu’assurant le combat principal des event auxquels il prend part, perd ses trois combats par KO contre Masakatsu Ueda (aujourd’hui champion Bantam Weight du ONE FC), l’inconnu Nico Verresen et Hideo Tokoro qui aura été son dernier adversaire.

    [img]http://cdn.efight.jp/wp-content/uploads/2014/05/0502_shooto.jpg[/img]

    Depuis cette dernière défaite en décembre 2012, Rumina n’a disputé aucun combat et n’a pas tenu à affronter d’adversaire en guise de jubilé (contrairement par exemple à Megumi Fujii l’an dernier), se contentant aujourd’hui d’une apparition triomphale dans un [b]cérémonial dédié spécialement à sa fabuleuse carrière [/b]juste avant le main event opposant son disciple Daiki Tsuchiya à Caol Uno (victoire de Uno par décision unanime). Ses anciens rivaux Takanori Gomi et Hayato « Mach » Sakurai sont montés sur le ring pour rendre un dernier hommage à la carrière de celui qui aura été et restera le symbole du Shooto à jamais.

    A la fin de cette cérémonie Rumina prend le micro : [i]« Cela fait 22 ans depuis mes débuts professionnels au Shooto. Si j’ai pu en arriver là je pense vraiment que c’est surtout grâce à vous, à ma famille et mes partenaires d’entrainement.[/i]
    [i]Je pense que le Shooto va perdurer. Rumina Sato prend ici sa retraite mais je suis convaincu que des combattants qui ont hérité de mes gènes du combat soutiendront le Shooto. Je compte moi aussi soutenir le développement des compétitions amateurs donc je vous prie de bien vouloir encourager encore longtemps le Shooto et Rumina Sato. Merci ! »[/i]

    [img]http://cdn.efight.jp/wp-content/uploads/2014/05/DSC_1652.jpg[/img]

    Ainsi s’achève la carrière d’un grand combattant qui sera resté fidèle au Shooto et dont le style de combat aura fait l’unanimité des fans de MMA du monde entier. Désormais il pourra se consacrer plus aisément à ses autres passions que sont le surf et la culture de légumes (dont il vante souvent les mérites sur son blog) en plus de diriger son ROOTS gym. Une chose est sûre, Rumina Sato restera une légende de l’histoire du MMA.

    Edit: Ajout de la vidéo de la cérémonie

    [media]https://www.youtube.com/watch?v=KcNYTmCFhRE[/media]

    ------------------------------------------------------------------
    Par Akira "Kappa" Hattori
    twitter: @akirakappa
  12. J
    Kappa a reçu une réaction de Corto51 pour a article, Dernière sortie pour Rumina Sato   
    Un de combattants les plus charismatiques du circuit MMA japonais, [b]Rumina Sato[/b], légende du Shooto, a pris sa retraite sportive aujourd’hui à l’issu d’un event du Shooto. Pour sa dernière apparition sur le ring du Shooto, Rumina Sato, 40 ans n’a pas combattu mais juste présent pour une cérémonie d’adieu en présence de nombreux amis pour clôturer solennellement une carrière riche en victoires et surtout une personnalité hors pair. Retour sur la vie de ce grand symbole du MMA japonais.

    [img]http://img.blog.boxerjuntaro.com/20120808_63186.jpg[/img]

    Rumina Sato a été et restera à jamais le symbole du Shooto où il a effectué l’essentiel de sa carrière, [b]refusant même à plusieurs reprises les avances d’autres grandes organisations comme le PRIDE ou l’UFC[/b]. Surnommé [b]« Moon Wolf »[/b] (loup de la lune) en raison de l’origine de son prénom, un mélange entre les mots Luna et Lupinus (respectivement « lune » et « loup » en latin) inventé par son père, cet homme a été le loup d’une seule organisation avec une ligne de conduite irréprochable qui lui a valu la sympathie des fans de MMA du monde entier. Considéré comme l’un des « 4 fantastiques du Shooto » à une époque en compagnie de Enson Inoue, Hayato « Mach » Sakurai et Noboru Asahi, Rumina Sato a débuté au Shooto en 1994 face à Michael McAuliffe qu’il bat au 2[sup]ème[/sup] round par soumission. S’en suivront alors 4 ans sans défaite mais ce qui impressionne le plus les fans de MMA de la première heure, ce sont son agressivité, son agilité et sa capacité à prendre le dessus sur l’adversaire pour le finaliser par soumission la pluapart du temps. Malgré ses deux premières défaites en 1998, Rumina marqua l’histoire du MMA au début de l’année suivante en s’imposant par une [b]Flying Armbar (clef de bras à la volée) en… 6 secondes[/b] face à Charles Taylor, la soumission la plus rapide du MMA encore à ce jour et loin d’être battue.

    [url="https://www.youtube.com/watch?v=SYnpgiDtUPI"][media]https://www.youtube.com/watch?v=SYnpgiDtUPI[/media][/url]

    Toutefois Rumina, malgré toute la renommée qu’il acquiert à cette période et en donnant une image beaucoup plus chic et glamour aux combattants, a du mal à s’imposer face à une génération montante de nouveaux talents et peine à gagner les titres qu’il mériterait tant. On retrouve parmi ces derniers des noms aujourd’hui connus comme Caol Uno, Takanori Gomi (qui l’ont tous les deux privé du titre -73kg du Shooto) ou encore Joachim Hansen et l’indétrônable Alexandre Franca « Pequeno » Nogueira. Bien que connaissant des difficultés contre les grands cadors de sa catégorie, Rumina n’hésite pas à descendre de catégorie et peaufiner sa préparation pour s’imposer contre des combattants de niveau très correct, et réussi même à s’emparer de la [b]ceinture Trans-Pacifique du Shooto en -65kg en 2005 [/b]; son seul titre de champion à ce jour, limite anecdotique.

    [media]https://www.youtube.com/watch?v=IYQBL64rnQc[/media]

    Car la suite de sa carrière s’avère beaucoup moins joyeux avec l’âge. Pendant que les champions du Shooto s’envolent vers d’autres grandes organisations (PRIDE, Hero’s, UFC et WEC) Rumina s’entête à ne combattre que dans son organisation mère, quitte à enchainer les défaites contre des combattants de haut niveau (Gilbert Melendez, Antonio Carvalho, Hatsu Hioki). Toutefois les dirigeants lui gardent une certaine confiance malgré un palmarès qui s’assombrit et lui donne une dernière chance de disputer un titre de champion en 2009 pour la catégorie -65kg, mais perd son duel face à Lion Takeshi par KO au premier Round. Toutefois sa seule consolation pendant cette période aura été son invitation au [b]Grapplers Quest[/b] en marge de l’UFC Fan Expo en juillet 2009. Convoqué personnellement par Lorenzo et Franck Fertita, très fan de son style et du personnage, il gagne son super fight par une soumission expéditive en 2 minutes face à Ulysses Gomes, pourtant vainqueur de ce tournoi à 7 reprises. Son premier geste après cette victoire aura été de saluer les dirigeants de l’UFC, présents sur les bords du tatami, et de décliner poliment par la suite un contrat à l’UFC.

    Après cela Rumina, miné par plusieurs blessures, songe à arrêter sa carrière à un moment et se concentrer d’avantage sur la formation de jeunes combattants mais reviendra en -61kg et gagnera deux combats d’affilés contre Corey Grant et Ryuta Matsune, tous deux par KO ; ce dernier étant même la dernière victoire de sa carrière. Entre 2011 et 2012 Rumina, bien qu’assurant le combat principal des event auxquels il prend part, perd ses trois combats par KO contre Masakatsu Ueda (aujourd’hui champion Bantam Weight du ONE FC), l’inconnu Nico Verresen et Hideo Tokoro qui aura été son dernier adversaire.

    [img]http://cdn.efight.jp/wp-content/uploads/2014/05/0502_shooto.jpg[/img]

    Depuis cette dernière défaite en décembre 2012, Rumina n’a disputé aucun combat et n’a pas tenu à affronter d’adversaire en guise de jubilé (contrairement par exemple à Megumi Fujii l’an dernier), se contentant aujourd’hui d’une apparition triomphale dans un [b]cérémonial dédié spécialement à sa fabuleuse carrière [/b]juste avant le main event opposant son disciple Daiki Tsuchiya à Caol Uno (victoire de Uno par décision unanime). Ses anciens rivaux Takanori Gomi et Hayato « Mach » Sakurai sont montés sur le ring pour rendre un dernier hommage à la carrière de celui qui aura été et restera le symbole du Shooto à jamais.

    A la fin de cette cérémonie Rumina prend le micro : [i]« Cela fait 22 ans depuis mes débuts professionnels au Shooto. Si j’ai pu en arriver là je pense vraiment que c’est surtout grâce à vous, à ma famille et mes partenaires d’entrainement.[/i]
    [i]Je pense que le Shooto va perdurer. Rumina Sato prend ici sa retraite mais je suis convaincu que des combattants qui ont hérité de mes gènes du combat soutiendront le Shooto. Je compte moi aussi soutenir le développement des compétitions amateurs donc je vous prie de bien vouloir encourager encore longtemps le Shooto et Rumina Sato. Merci ! »[/i]

    [img]http://cdn.efight.jp/wp-content/uploads/2014/05/DSC_1652.jpg[/img]

    Ainsi s’achève la carrière d’un grand combattant qui sera resté fidèle au Shooto et dont le style de combat aura fait l’unanimité des fans de MMA du monde entier. Désormais il pourra se consacrer plus aisément à ses autres passions que sont le surf et la culture de légumes (dont il vante souvent les mérites sur son blog) en plus de diriger son ROOTS gym. Une chose est sûre, Rumina Sato restera une légende de l’histoire du MMA.

    Edit: Ajout de la vidéo de la cérémonie

    [media]https://www.youtube.com/watch?v=KcNYTmCFhRE[/media]

    ------------------------------------------------------------------
    Par Akira "Kappa" Hattori
    twitter: @akirakappa
  13. J
    Kappa a reçu une réaction de Corto51 pour a article, Dernière sortie pour Rumina Sato   
    Un de combattants les plus charismatiques du circuit MMA japonais, [b]Rumina Sato[/b], légende du Shooto, a pris sa retraite sportive aujourd’hui à l’issu d’un event du Shooto. Pour sa dernière apparition sur le ring du Shooto, Rumina Sato, 40 ans n’a pas combattu mais juste présent pour une cérémonie d’adieu en présence de nombreux amis pour clôturer solennellement une carrière riche en victoires et surtout une personnalité hors pair. Retour sur la vie de ce grand symbole du MMA japonais.

    [img]http://img.blog.boxerjuntaro.com/20120808_63186.jpg[/img]

    Rumina Sato a été et restera à jamais le symbole du Shooto où il a effectué l’essentiel de sa carrière, [b]refusant même à plusieurs reprises les avances d’autres grandes organisations comme le PRIDE ou l’UFC[/b]. Surnommé [b]« Moon Wolf »[/b] (loup de la lune) en raison de l’origine de son prénom, un mélange entre les mots Luna et Lupinus (respectivement « lune » et « loup » en latin) inventé par son père, cet homme a été le loup d’une seule organisation avec une ligne de conduite irréprochable qui lui a valu la sympathie des fans de MMA du monde entier. Considéré comme l’un des « 4 fantastiques du Shooto » à une époque en compagnie de Enson Inoue, Hayato « Mach » Sakurai et Noboru Asahi, Rumina Sato a débuté au Shooto en 1994 face à Michael McAuliffe qu’il bat au 2[sup]ème[/sup] round par soumission. S’en suivront alors 4 ans sans défaite mais ce qui impressionne le plus les fans de MMA de la première heure, ce sont son agressivité, son agilité et sa capacité à prendre le dessus sur l’adversaire pour le finaliser par soumission la pluapart du temps. Malgré ses deux premières défaites en 1998, Rumina marqua l’histoire du MMA au début de l’année suivante en s’imposant par une [b]Flying Armbar (clef de bras à la volée) en… 6 secondes[/b] face à Charles Taylor, la soumission la plus rapide du MMA encore à ce jour et loin d’être battue.

    [url="https://www.youtube.com/watch?v=SYnpgiDtUPI"][media]https://www.youtube.com/watch?v=SYnpgiDtUPI[/media][/url]

    Toutefois Rumina, malgré toute la renommée qu’il acquiert à cette période et en donnant une image beaucoup plus chic et glamour aux combattants, a du mal à s’imposer face à une génération montante de nouveaux talents et peine à gagner les titres qu’il mériterait tant. On retrouve parmi ces derniers des noms aujourd’hui connus comme Caol Uno, Takanori Gomi (qui l’ont tous les deux privé du titre -73kg du Shooto) ou encore Joachim Hansen et l’indétrônable Alexandre Franca « Pequeno » Nogueira. Bien que connaissant des difficultés contre les grands cadors de sa catégorie, Rumina n’hésite pas à descendre de catégorie et peaufiner sa préparation pour s’imposer contre des combattants de niveau très correct, et réussi même à s’emparer de la [b]ceinture Trans-Pacifique du Shooto en -65kg en 2005 [/b]; son seul titre de champion à ce jour, limite anecdotique.

    [media]https://www.youtube.com/watch?v=IYQBL64rnQc[/media]

    Car la suite de sa carrière s’avère beaucoup moins joyeux avec l’âge. Pendant que les champions du Shooto s’envolent vers d’autres grandes organisations (PRIDE, Hero’s, UFC et WEC) Rumina s’entête à ne combattre que dans son organisation mère, quitte à enchainer les défaites contre des combattants de haut niveau (Gilbert Melendez, Antonio Carvalho, Hatsu Hioki). Toutefois les dirigeants lui gardent une certaine confiance malgré un palmarès qui s’assombrit et lui donne une dernière chance de disputer un titre de champion en 2009 pour la catégorie -65kg, mais perd son duel face à Lion Takeshi par KO au premier Round. Toutefois sa seule consolation pendant cette période aura été son invitation au [b]Grapplers Quest[/b] en marge de l’UFC Fan Expo en juillet 2009. Convoqué personnellement par Lorenzo et Franck Fertita, très fan de son style et du personnage, il gagne son super fight par une soumission expéditive en 2 minutes face à Ulysses Gomes, pourtant vainqueur de ce tournoi à 7 reprises. Son premier geste après cette victoire aura été de saluer les dirigeants de l’UFC, présents sur les bords du tatami, et de décliner poliment par la suite un contrat à l’UFC.

    Après cela Rumina, miné par plusieurs blessures, songe à arrêter sa carrière à un moment et se concentrer d’avantage sur la formation de jeunes combattants mais reviendra en -61kg et gagnera deux combats d’affilés contre Corey Grant et Ryuta Matsune, tous deux par KO ; ce dernier étant même la dernière victoire de sa carrière. Entre 2011 et 2012 Rumina, bien qu’assurant le combat principal des event auxquels il prend part, perd ses trois combats par KO contre Masakatsu Ueda (aujourd’hui champion Bantam Weight du ONE FC), l’inconnu Nico Verresen et Hideo Tokoro qui aura été son dernier adversaire.

    [img]http://cdn.efight.jp/wp-content/uploads/2014/05/0502_shooto.jpg[/img]

    Depuis cette dernière défaite en décembre 2012, Rumina n’a disputé aucun combat et n’a pas tenu à affronter d’adversaire en guise de jubilé (contrairement par exemple à Megumi Fujii l’an dernier), se contentant aujourd’hui d’une apparition triomphale dans un [b]cérémonial dédié spécialement à sa fabuleuse carrière [/b]juste avant le main event opposant son disciple Daiki Tsuchiya à Caol Uno (victoire de Uno par décision unanime). Ses anciens rivaux Takanori Gomi et Hayato « Mach » Sakurai sont montés sur le ring pour rendre un dernier hommage à la carrière de celui qui aura été et restera le symbole du Shooto à jamais.

    A la fin de cette cérémonie Rumina prend le micro : [i]« Cela fait 22 ans depuis mes débuts professionnels au Shooto. Si j’ai pu en arriver là je pense vraiment que c’est surtout grâce à vous, à ma famille et mes partenaires d’entrainement.[/i]
    [i]Je pense que le Shooto va perdurer. Rumina Sato prend ici sa retraite mais je suis convaincu que des combattants qui ont hérité de mes gènes du combat soutiendront le Shooto. Je compte moi aussi soutenir le développement des compétitions amateurs donc je vous prie de bien vouloir encourager encore longtemps le Shooto et Rumina Sato. Merci ! »[/i]

    [img]http://cdn.efight.jp/wp-content/uploads/2014/05/DSC_1652.jpg[/img]

    Ainsi s’achève la carrière d’un grand combattant qui sera resté fidèle au Shooto et dont le style de combat aura fait l’unanimité des fans de MMA du monde entier. Désormais il pourra se consacrer plus aisément à ses autres passions que sont le surf et la culture de légumes (dont il vante souvent les mérites sur son blog) en plus de diriger son ROOTS gym. Une chose est sûre, Rumina Sato restera une légende de l’histoire du MMA.

    Edit: Ajout de la vidéo de la cérémonie

    [media]https://www.youtube.com/watch?v=KcNYTmCFhRE[/media]

    ------------------------------------------------------------------
    Par Akira "Kappa" Hattori
    twitter: @akirakappa
  14. J
    Kappa a reçu une réaction de Corto51 pour a article, Dernière sortie pour Rumina Sato   
    Un de combattants les plus charismatiques du circuit MMA japonais, [b]Rumina Sato[/b], légende du Shooto, a pris sa retraite sportive aujourd’hui à l’issu d’un event du Shooto. Pour sa dernière apparition sur le ring du Shooto, Rumina Sato, 40 ans n’a pas combattu mais juste présent pour une cérémonie d’adieu en présence de nombreux amis pour clôturer solennellement une carrière riche en victoires et surtout une personnalité hors pair. Retour sur la vie de ce grand symbole du MMA japonais.

    [img]http://img.blog.boxerjuntaro.com/20120808_63186.jpg[/img]

    Rumina Sato a été et restera à jamais le symbole du Shooto où il a effectué l’essentiel de sa carrière, [b]refusant même à plusieurs reprises les avances d’autres grandes organisations comme le PRIDE ou l’UFC[/b]. Surnommé [b]« Moon Wolf »[/b] (loup de la lune) en raison de l’origine de son prénom, un mélange entre les mots Luna et Lupinus (respectivement « lune » et « loup » en latin) inventé par son père, cet homme a été le loup d’une seule organisation avec une ligne de conduite irréprochable qui lui a valu la sympathie des fans de MMA du monde entier. Considéré comme l’un des « 4 fantastiques du Shooto » à une époque en compagnie de Enson Inoue, Hayato « Mach » Sakurai et Noboru Asahi, Rumina Sato a débuté au Shooto en 1994 face à Michael McAuliffe qu’il bat au 2[sup]ème[/sup] round par soumission. S’en suivront alors 4 ans sans défaite mais ce qui impressionne le plus les fans de MMA de la première heure, ce sont son agressivité, son agilité et sa capacité à prendre le dessus sur l’adversaire pour le finaliser par soumission la pluapart du temps. Malgré ses deux premières défaites en 1998, Rumina marqua l’histoire du MMA au début de l’année suivante en s’imposant par une [b]Flying Armbar (clef de bras à la volée) en… 6 secondes[/b] face à Charles Taylor, la soumission la plus rapide du MMA encore à ce jour et loin d’être battue.

    [url="https://www.youtube.com/watch?v=SYnpgiDtUPI"][media]https://www.youtube.com/watch?v=SYnpgiDtUPI[/media][/url]

    Toutefois Rumina, malgré toute la renommée qu’il acquiert à cette période et en donnant une image beaucoup plus chic et glamour aux combattants, a du mal à s’imposer face à une génération montante de nouveaux talents et peine à gagner les titres qu’il mériterait tant. On retrouve parmi ces derniers des noms aujourd’hui connus comme Caol Uno, Takanori Gomi (qui l’ont tous les deux privé du titre -73kg du Shooto) ou encore Joachim Hansen et l’indétrônable Alexandre Franca « Pequeno » Nogueira. Bien que connaissant des difficultés contre les grands cadors de sa catégorie, Rumina n’hésite pas à descendre de catégorie et peaufiner sa préparation pour s’imposer contre des combattants de niveau très correct, et réussi même à s’emparer de la [b]ceinture Trans-Pacifique du Shooto en -65kg en 2005 [/b]; son seul titre de champion à ce jour, limite anecdotique.

    [media]https://www.youtube.com/watch?v=IYQBL64rnQc[/media]

    Car la suite de sa carrière s’avère beaucoup moins joyeux avec l’âge. Pendant que les champions du Shooto s’envolent vers d’autres grandes organisations (PRIDE, Hero’s, UFC et WEC) Rumina s’entête à ne combattre que dans son organisation mère, quitte à enchainer les défaites contre des combattants de haut niveau (Gilbert Melendez, Antonio Carvalho, Hatsu Hioki). Toutefois les dirigeants lui gardent une certaine confiance malgré un palmarès qui s’assombrit et lui donne une dernière chance de disputer un titre de champion en 2009 pour la catégorie -65kg, mais perd son duel face à Lion Takeshi par KO au premier Round. Toutefois sa seule consolation pendant cette période aura été son invitation au [b]Grapplers Quest[/b] en marge de l’UFC Fan Expo en juillet 2009. Convoqué personnellement par Lorenzo et Franck Fertita, très fan de son style et du personnage, il gagne son super fight par une soumission expéditive en 2 minutes face à Ulysses Gomes, pourtant vainqueur de ce tournoi à 7 reprises. Son premier geste après cette victoire aura été de saluer les dirigeants de l’UFC, présents sur les bords du tatami, et de décliner poliment par la suite un contrat à l’UFC.

    Après cela Rumina, miné par plusieurs blessures, songe à arrêter sa carrière à un moment et se concentrer d’avantage sur la formation de jeunes combattants mais reviendra en -61kg et gagnera deux combats d’affilés contre Corey Grant et Ryuta Matsune, tous deux par KO ; ce dernier étant même la dernière victoire de sa carrière. Entre 2011 et 2012 Rumina, bien qu’assurant le combat principal des event auxquels il prend part, perd ses trois combats par KO contre Masakatsu Ueda (aujourd’hui champion Bantam Weight du ONE FC), l’inconnu Nico Verresen et Hideo Tokoro qui aura été son dernier adversaire.

    [img]http://cdn.efight.jp/wp-content/uploads/2014/05/0502_shooto.jpg[/img]

    Depuis cette dernière défaite en décembre 2012, Rumina n’a disputé aucun combat et n’a pas tenu à affronter d’adversaire en guise de jubilé (contrairement par exemple à Megumi Fujii l’an dernier), se contentant aujourd’hui d’une apparition triomphale dans un [b]cérémonial dédié spécialement à sa fabuleuse carrière [/b]juste avant le main event opposant son disciple Daiki Tsuchiya à Caol Uno (victoire de Uno par décision unanime). Ses anciens rivaux Takanori Gomi et Hayato « Mach » Sakurai sont montés sur le ring pour rendre un dernier hommage à la carrière de celui qui aura été et restera le symbole du Shooto à jamais.

    A la fin de cette cérémonie Rumina prend le micro : [i]« Cela fait 22 ans depuis mes débuts professionnels au Shooto. Si j’ai pu en arriver là je pense vraiment que c’est surtout grâce à vous, à ma famille et mes partenaires d’entrainement.[/i]
    [i]Je pense que le Shooto va perdurer. Rumina Sato prend ici sa retraite mais je suis convaincu que des combattants qui ont hérité de mes gènes du combat soutiendront le Shooto. Je compte moi aussi soutenir le développement des compétitions amateurs donc je vous prie de bien vouloir encourager encore longtemps le Shooto et Rumina Sato. Merci ! »[/i]

    [img]http://cdn.efight.jp/wp-content/uploads/2014/05/DSC_1652.jpg[/img]

    Ainsi s’achève la carrière d’un grand combattant qui sera resté fidèle au Shooto et dont le style de combat aura fait l’unanimité des fans de MMA du monde entier. Désormais il pourra se consacrer plus aisément à ses autres passions que sont le surf et la culture de légumes (dont il vante souvent les mérites sur son blog) en plus de diriger son ROOTS gym. Une chose est sûre, Rumina Sato restera une légende de l’histoire du MMA.

    Edit: Ajout de la vidéo de la cérémonie

    [media]https://www.youtube.com/watch?v=KcNYTmCFhRE[/media]

    ------------------------------------------------------------------
    Par Akira "Kappa" Hattori
    twitter: @akirakappa
  15. J
    Kappa a reçu une réaction de Corto51 pour a article, Dernière sortie pour Rumina Sato   
    Un de combattants les plus charismatiques du circuit MMA japonais, [b]Rumina Sato[/b], légende du Shooto, a pris sa retraite sportive aujourd’hui à l’issu d’un event du Shooto. Pour sa dernière apparition sur le ring du Shooto, Rumina Sato, 40 ans n’a pas combattu mais juste présent pour une cérémonie d’adieu en présence de nombreux amis pour clôturer solennellement une carrière riche en victoires et surtout une personnalité hors pair. Retour sur la vie de ce grand symbole du MMA japonais.

    [img]http://img.blog.boxerjuntaro.com/20120808_63186.jpg[/img]

    Rumina Sato a été et restera à jamais le symbole du Shooto où il a effectué l’essentiel de sa carrière, [b]refusant même à plusieurs reprises les avances d’autres grandes organisations comme le PRIDE ou l’UFC[/b]. Surnommé [b]« Moon Wolf »[/b] (loup de la lune) en raison de l’origine de son prénom, un mélange entre les mots Luna et Lupinus (respectivement « lune » et « loup » en latin) inventé par son père, cet homme a été le loup d’une seule organisation avec une ligne de conduite irréprochable qui lui a valu la sympathie des fans de MMA du monde entier. Considéré comme l’un des « 4 fantastiques du Shooto » à une époque en compagnie de Enson Inoue, Hayato « Mach » Sakurai et Noboru Asahi, Rumina Sato a débuté au Shooto en 1994 face à Michael McAuliffe qu’il bat au 2[sup]ème[/sup] round par soumission. S’en suivront alors 4 ans sans défaite mais ce qui impressionne le plus les fans de MMA de la première heure, ce sont son agressivité, son agilité et sa capacité à prendre le dessus sur l’adversaire pour le finaliser par soumission la pluapart du temps. Malgré ses deux premières défaites en 1998, Rumina marqua l’histoire du MMA au début de l’année suivante en s’imposant par une [b]Flying Armbar (clef de bras à la volée) en… 6 secondes[/b] face à Charles Taylor, la soumission la plus rapide du MMA encore à ce jour et loin d’être battue.

    [url="https://www.youtube.com/watch?v=SYnpgiDtUPI"][media]https://www.youtube.com/watch?v=SYnpgiDtUPI[/media][/url]

    Toutefois Rumina, malgré toute la renommée qu’il acquiert à cette période et en donnant une image beaucoup plus chic et glamour aux combattants, a du mal à s’imposer face à une génération montante de nouveaux talents et peine à gagner les titres qu’il mériterait tant. On retrouve parmi ces derniers des noms aujourd’hui connus comme Caol Uno, Takanori Gomi (qui l’ont tous les deux privé du titre -73kg du Shooto) ou encore Joachim Hansen et l’indétrônable Alexandre Franca « Pequeno » Nogueira. Bien que connaissant des difficultés contre les grands cadors de sa catégorie, Rumina n’hésite pas à descendre de catégorie et peaufiner sa préparation pour s’imposer contre des combattants de niveau très correct, et réussi même à s’emparer de la [b]ceinture Trans-Pacifique du Shooto en -65kg en 2005 [/b]; son seul titre de champion à ce jour, limite anecdotique.

    [media]https://www.youtube.com/watch?v=IYQBL64rnQc[/media]

    Car la suite de sa carrière s’avère beaucoup moins joyeux avec l’âge. Pendant que les champions du Shooto s’envolent vers d’autres grandes organisations (PRIDE, Hero’s, UFC et WEC) Rumina s’entête à ne combattre que dans son organisation mère, quitte à enchainer les défaites contre des combattants de haut niveau (Gilbert Melendez, Antonio Carvalho, Hatsu Hioki). Toutefois les dirigeants lui gardent une certaine confiance malgré un palmarès qui s’assombrit et lui donne une dernière chance de disputer un titre de champion en 2009 pour la catégorie -65kg, mais perd son duel face à Lion Takeshi par KO au premier Round. Toutefois sa seule consolation pendant cette période aura été son invitation au [b]Grapplers Quest[/b] en marge de l’UFC Fan Expo en juillet 2009. Convoqué personnellement par Lorenzo et Franck Fertita, très fan de son style et du personnage, il gagne son super fight par une soumission expéditive en 2 minutes face à Ulysses Gomes, pourtant vainqueur de ce tournoi à 7 reprises. Son premier geste après cette victoire aura été de saluer les dirigeants de l’UFC, présents sur les bords du tatami, et de décliner poliment par la suite un contrat à l’UFC.

    Après cela Rumina, miné par plusieurs blessures, songe à arrêter sa carrière à un moment et se concentrer d’avantage sur la formation de jeunes combattants mais reviendra en -61kg et gagnera deux combats d’affilés contre Corey Grant et Ryuta Matsune, tous deux par KO ; ce dernier étant même la dernière victoire de sa carrière. Entre 2011 et 2012 Rumina, bien qu’assurant le combat principal des event auxquels il prend part, perd ses trois combats par KO contre Masakatsu Ueda (aujourd’hui champion Bantam Weight du ONE FC), l’inconnu Nico Verresen et Hideo Tokoro qui aura été son dernier adversaire.

    [img]http://cdn.efight.jp/wp-content/uploads/2014/05/0502_shooto.jpg[/img]

    Depuis cette dernière défaite en décembre 2012, Rumina n’a disputé aucun combat et n’a pas tenu à affronter d’adversaire en guise de jubilé (contrairement par exemple à Megumi Fujii l’an dernier), se contentant aujourd’hui d’une apparition triomphale dans un [b]cérémonial dédié spécialement à sa fabuleuse carrière [/b]juste avant le main event opposant son disciple Daiki Tsuchiya à Caol Uno (victoire de Uno par décision unanime). Ses anciens rivaux Takanori Gomi et Hayato « Mach » Sakurai sont montés sur le ring pour rendre un dernier hommage à la carrière de celui qui aura été et restera le symbole du Shooto à jamais.

    A la fin de cette cérémonie Rumina prend le micro : [i]« Cela fait 22 ans depuis mes débuts professionnels au Shooto. Si j’ai pu en arriver là je pense vraiment que c’est surtout grâce à vous, à ma famille et mes partenaires d’entrainement.[/i]
    [i]Je pense que le Shooto va perdurer. Rumina Sato prend ici sa retraite mais je suis convaincu que des combattants qui ont hérité de mes gènes du combat soutiendront le Shooto. Je compte moi aussi soutenir le développement des compétitions amateurs donc je vous prie de bien vouloir encourager encore longtemps le Shooto et Rumina Sato. Merci ! »[/i]

    [img]http://cdn.efight.jp/wp-content/uploads/2014/05/DSC_1652.jpg[/img]

    Ainsi s’achève la carrière d’un grand combattant qui sera resté fidèle au Shooto et dont le style de combat aura fait l’unanimité des fans de MMA du monde entier. Désormais il pourra se consacrer plus aisément à ses autres passions que sont le surf et la culture de légumes (dont il vante souvent les mérites sur son blog) en plus de diriger son ROOTS gym. Une chose est sûre, Rumina Sato restera une légende de l’histoire du MMA.

    Edit: Ajout de la vidéo de la cérémonie

    [media]https://www.youtube.com/watch?v=KcNYTmCFhRE[/media]

    ------------------------------------------------------------------
    Par Akira "Kappa" Hattori
    twitter: @akirakappa
  16. J
    Kappa a reçu une réaction de Corto51 pour a article, Dernière sortie pour Rumina Sato   
    Un de combattants les plus charismatiques du circuit MMA japonais, [b]Rumina Sato[/b], légende du Shooto, a pris sa retraite sportive aujourd’hui à l’issu d’un event du Shooto. Pour sa dernière apparition sur le ring du Shooto, Rumina Sato, 40 ans n’a pas combattu mais juste présent pour une cérémonie d’adieu en présence de nombreux amis pour clôturer solennellement une carrière riche en victoires et surtout une personnalité hors pair. Retour sur la vie de ce grand symbole du MMA japonais.

    [img]http://img.blog.boxerjuntaro.com/20120808_63186.jpg[/img]

    Rumina Sato a été et restera à jamais le symbole du Shooto où il a effectué l’essentiel de sa carrière, [b]refusant même à plusieurs reprises les avances d’autres grandes organisations comme le PRIDE ou l’UFC[/b]. Surnommé [b]« Moon Wolf »[/b] (loup de la lune) en raison de l’origine de son prénom, un mélange entre les mots Luna et Lupinus (respectivement « lune » et « loup » en latin) inventé par son père, cet homme a été le loup d’une seule organisation avec une ligne de conduite irréprochable qui lui a valu la sympathie des fans de MMA du monde entier. Considéré comme l’un des « 4 fantastiques du Shooto » à une époque en compagnie de Enson Inoue, Hayato « Mach » Sakurai et Noboru Asahi, Rumina Sato a débuté au Shooto en 1994 face à Michael McAuliffe qu’il bat au 2[sup]ème[/sup] round par soumission. S’en suivront alors 4 ans sans défaite mais ce qui impressionne le plus les fans de MMA de la première heure, ce sont son agressivité, son agilité et sa capacité à prendre le dessus sur l’adversaire pour le finaliser par soumission la pluapart du temps. Malgré ses deux premières défaites en 1998, Rumina marqua l’histoire du MMA au début de l’année suivante en s’imposant par une [b]Flying Armbar (clef de bras à la volée) en… 6 secondes[/b] face à Charles Taylor, la soumission la plus rapide du MMA encore à ce jour et loin d’être battue.

    [url="https://www.youtube.com/watch?v=SYnpgiDtUPI"][media]https://www.youtube.com/watch?v=SYnpgiDtUPI[/media][/url]

    Toutefois Rumina, malgré toute la renommée qu’il acquiert à cette période et en donnant une image beaucoup plus chic et glamour aux combattants, a du mal à s’imposer face à une génération montante de nouveaux talents et peine à gagner les titres qu’il mériterait tant. On retrouve parmi ces derniers des noms aujourd’hui connus comme Caol Uno, Takanori Gomi (qui l’ont tous les deux privé du titre -73kg du Shooto) ou encore Joachim Hansen et l’indétrônable Alexandre Franca « Pequeno » Nogueira. Bien que connaissant des difficultés contre les grands cadors de sa catégorie, Rumina n’hésite pas à descendre de catégorie et peaufiner sa préparation pour s’imposer contre des combattants de niveau très correct, et réussi même à s’emparer de la [b]ceinture Trans-Pacifique du Shooto en -65kg en 2005 [/b]; son seul titre de champion à ce jour, limite anecdotique.

    [media]https://www.youtube.com/watch?v=IYQBL64rnQc[/media]

    Car la suite de sa carrière s’avère beaucoup moins joyeux avec l’âge. Pendant que les champions du Shooto s’envolent vers d’autres grandes organisations (PRIDE, Hero’s, UFC et WEC) Rumina s’entête à ne combattre que dans son organisation mère, quitte à enchainer les défaites contre des combattants de haut niveau (Gilbert Melendez, Antonio Carvalho, Hatsu Hioki). Toutefois les dirigeants lui gardent une certaine confiance malgré un palmarès qui s’assombrit et lui donne une dernière chance de disputer un titre de champion en 2009 pour la catégorie -65kg, mais perd son duel face à Lion Takeshi par KO au premier Round. Toutefois sa seule consolation pendant cette période aura été son invitation au [b]Grapplers Quest[/b] en marge de l’UFC Fan Expo en juillet 2009. Convoqué personnellement par Lorenzo et Franck Fertita, très fan de son style et du personnage, il gagne son super fight par une soumission expéditive en 2 minutes face à Ulysses Gomes, pourtant vainqueur de ce tournoi à 7 reprises. Son premier geste après cette victoire aura été de saluer les dirigeants de l’UFC, présents sur les bords du tatami, et de décliner poliment par la suite un contrat à l’UFC.

    Après cela Rumina, miné par plusieurs blessures, songe à arrêter sa carrière à un moment et se concentrer d’avantage sur la formation de jeunes combattants mais reviendra en -61kg et gagnera deux combats d’affilés contre Corey Grant et Ryuta Matsune, tous deux par KO ; ce dernier étant même la dernière victoire de sa carrière. Entre 2011 et 2012 Rumina, bien qu’assurant le combat principal des event auxquels il prend part, perd ses trois combats par KO contre Masakatsu Ueda (aujourd’hui champion Bantam Weight du ONE FC), l’inconnu Nico Verresen et Hideo Tokoro qui aura été son dernier adversaire.

    [img]http://cdn.efight.jp/wp-content/uploads/2014/05/0502_shooto.jpg[/img]

    Depuis cette dernière défaite en décembre 2012, Rumina n’a disputé aucun combat et n’a pas tenu à affronter d’adversaire en guise de jubilé (contrairement par exemple à Megumi Fujii l’an dernier), se contentant aujourd’hui d’une apparition triomphale dans un [b]cérémonial dédié spécialement à sa fabuleuse carrière [/b]juste avant le main event opposant son disciple Daiki Tsuchiya à Caol Uno (victoire de Uno par décision unanime). Ses anciens rivaux Takanori Gomi et Hayato « Mach » Sakurai sont montés sur le ring pour rendre un dernier hommage à la carrière de celui qui aura été et restera le symbole du Shooto à jamais.

    A la fin de cette cérémonie Rumina prend le micro : [i]« Cela fait 22 ans depuis mes débuts professionnels au Shooto. Si j’ai pu en arriver là je pense vraiment que c’est surtout grâce à vous, à ma famille et mes partenaires d’entrainement.[/i]
    [i]Je pense que le Shooto va perdurer. Rumina Sato prend ici sa retraite mais je suis convaincu que des combattants qui ont hérité de mes gènes du combat soutiendront le Shooto. Je compte moi aussi soutenir le développement des compétitions amateurs donc je vous prie de bien vouloir encourager encore longtemps le Shooto et Rumina Sato. Merci ! »[/i]

    [img]http://cdn.efight.jp/wp-content/uploads/2014/05/DSC_1652.jpg[/img]

    Ainsi s’achève la carrière d’un grand combattant qui sera resté fidèle au Shooto et dont le style de combat aura fait l’unanimité des fans de MMA du monde entier. Désormais il pourra se consacrer plus aisément à ses autres passions que sont le surf et la culture de légumes (dont il vante souvent les mérites sur son blog) en plus de diriger son ROOTS gym. Une chose est sûre, Rumina Sato restera une légende de l’histoire du MMA.

    Edit: Ajout de la vidéo de la cérémonie

    [media]https://www.youtube.com/watch?v=KcNYTmCFhRE[/media]

    ------------------------------------------------------------------
    Par Akira "Kappa" Hattori
    twitter: @akirakappa
  17. J
    Kappa a reçu une réaction de Corto51 pour a article, Dernière sortie pour Rumina Sato   
    Un de combattants les plus charismatiques du circuit MMA japonais, [b]Rumina Sato[/b], légende du Shooto, a pris sa retraite sportive aujourd’hui à l’issu d’un event du Shooto. Pour sa dernière apparition sur le ring du Shooto, Rumina Sato, 40 ans n’a pas combattu mais juste présent pour une cérémonie d’adieu en présence de nombreux amis pour clôturer solennellement une carrière riche en victoires et surtout une personnalité hors pair. Retour sur la vie de ce grand symbole du MMA japonais.

    [img]http://img.blog.boxerjuntaro.com/20120808_63186.jpg[/img]

    Rumina Sato a été et restera à jamais le symbole du Shooto où il a effectué l’essentiel de sa carrière, [b]refusant même à plusieurs reprises les avances d’autres grandes organisations comme le PRIDE ou l’UFC[/b]. Surnommé [b]« Moon Wolf »[/b] (loup de la lune) en raison de l’origine de son prénom, un mélange entre les mots Luna et Lupinus (respectivement « lune » et « loup » en latin) inventé par son père, cet homme a été le loup d’une seule organisation avec une ligne de conduite irréprochable qui lui a valu la sympathie des fans de MMA du monde entier. Considéré comme l’un des « 4 fantastiques du Shooto » à une époque en compagnie de Enson Inoue, Hayato « Mach » Sakurai et Noboru Asahi, Rumina Sato a débuté au Shooto en 1994 face à Michael McAuliffe qu’il bat au 2[sup]ème[/sup] round par soumission. S’en suivront alors 4 ans sans défaite mais ce qui impressionne le plus les fans de MMA de la première heure, ce sont son agressivité, son agilité et sa capacité à prendre le dessus sur l’adversaire pour le finaliser par soumission la pluapart du temps. Malgré ses deux premières défaites en 1998, Rumina marqua l’histoire du MMA au début de l’année suivante en s’imposant par une [b]Flying Armbar (clef de bras à la volée) en… 6 secondes[/b] face à Charles Taylor, la soumission la plus rapide du MMA encore à ce jour et loin d’être battue.

    [url="https://www.youtube.com/watch?v=SYnpgiDtUPI"][media]https://www.youtube.com/watch?v=SYnpgiDtUPI[/media][/url]

    Toutefois Rumina, malgré toute la renommée qu’il acquiert à cette période et en donnant une image beaucoup plus chic et glamour aux combattants, a du mal à s’imposer face à une génération montante de nouveaux talents et peine à gagner les titres qu’il mériterait tant. On retrouve parmi ces derniers des noms aujourd’hui connus comme Caol Uno, Takanori Gomi (qui l’ont tous les deux privé du titre -73kg du Shooto) ou encore Joachim Hansen et l’indétrônable Alexandre Franca « Pequeno » Nogueira. Bien que connaissant des difficultés contre les grands cadors de sa catégorie, Rumina n’hésite pas à descendre de catégorie et peaufiner sa préparation pour s’imposer contre des combattants de niveau très correct, et réussi même à s’emparer de la [b]ceinture Trans-Pacifique du Shooto en -65kg en 2005 [/b]; son seul titre de champion à ce jour, limite anecdotique.

    [media]https://www.youtube.com/watch?v=IYQBL64rnQc[/media]

    Car la suite de sa carrière s’avère beaucoup moins joyeux avec l’âge. Pendant que les champions du Shooto s’envolent vers d’autres grandes organisations (PRIDE, Hero’s, UFC et WEC) Rumina s’entête à ne combattre que dans son organisation mère, quitte à enchainer les défaites contre des combattants de haut niveau (Gilbert Melendez, Antonio Carvalho, Hatsu Hioki). Toutefois les dirigeants lui gardent une certaine confiance malgré un palmarès qui s’assombrit et lui donne une dernière chance de disputer un titre de champion en 2009 pour la catégorie -65kg, mais perd son duel face à Lion Takeshi par KO au premier Round. Toutefois sa seule consolation pendant cette période aura été son invitation au [b]Grapplers Quest[/b] en marge de l’UFC Fan Expo en juillet 2009. Convoqué personnellement par Lorenzo et Franck Fertita, très fan de son style et du personnage, il gagne son super fight par une soumission expéditive en 2 minutes face à Ulysses Gomes, pourtant vainqueur de ce tournoi à 7 reprises. Son premier geste après cette victoire aura été de saluer les dirigeants de l’UFC, présents sur les bords du tatami, et de décliner poliment par la suite un contrat à l’UFC.

    Après cela Rumina, miné par plusieurs blessures, songe à arrêter sa carrière à un moment et se concentrer d’avantage sur la formation de jeunes combattants mais reviendra en -61kg et gagnera deux combats d’affilés contre Corey Grant et Ryuta Matsune, tous deux par KO ; ce dernier étant même la dernière victoire de sa carrière. Entre 2011 et 2012 Rumina, bien qu’assurant le combat principal des event auxquels il prend part, perd ses trois combats par KO contre Masakatsu Ueda (aujourd’hui champion Bantam Weight du ONE FC), l’inconnu Nico Verresen et Hideo Tokoro qui aura été son dernier adversaire.

    [img]http://cdn.efight.jp/wp-content/uploads/2014/05/0502_shooto.jpg[/img]

    Depuis cette dernière défaite en décembre 2012, Rumina n’a disputé aucun combat et n’a pas tenu à affronter d’adversaire en guise de jubilé (contrairement par exemple à Megumi Fujii l’an dernier), se contentant aujourd’hui d’une apparition triomphale dans un [b]cérémonial dédié spécialement à sa fabuleuse carrière [/b]juste avant le main event opposant son disciple Daiki Tsuchiya à Caol Uno (victoire de Uno par décision unanime). Ses anciens rivaux Takanori Gomi et Hayato « Mach » Sakurai sont montés sur le ring pour rendre un dernier hommage à la carrière de celui qui aura été et restera le symbole du Shooto à jamais.

    A la fin de cette cérémonie Rumina prend le micro : [i]« Cela fait 22 ans depuis mes débuts professionnels au Shooto. Si j’ai pu en arriver là je pense vraiment que c’est surtout grâce à vous, à ma famille et mes partenaires d’entrainement.[/i]
    [i]Je pense que le Shooto va perdurer. Rumina Sato prend ici sa retraite mais je suis convaincu que des combattants qui ont hérité de mes gènes du combat soutiendront le Shooto. Je compte moi aussi soutenir le développement des compétitions amateurs donc je vous prie de bien vouloir encourager encore longtemps le Shooto et Rumina Sato. Merci ! »[/i]

    [img]http://cdn.efight.jp/wp-content/uploads/2014/05/DSC_1652.jpg[/img]

    Ainsi s’achève la carrière d’un grand combattant qui sera resté fidèle au Shooto et dont le style de combat aura fait l’unanimité des fans de MMA du monde entier. Désormais il pourra se consacrer plus aisément à ses autres passions que sont le surf et la culture de légumes (dont il vante souvent les mérites sur son blog) en plus de diriger son ROOTS gym. Une chose est sûre, Rumina Sato restera une légende de l’histoire du MMA.

    Edit: Ajout de la vidéo de la cérémonie

    [media]https://www.youtube.com/watch?v=KcNYTmCFhRE[/media]

    ------------------------------------------------------------------
    Par Akira "Kappa" Hattori
    twitter: @akirakappa
  18. J
    Kappa a reçu une réaction de Corto51 pour a article, Dernière sortie pour Rumina Sato   
    Un de combattants les plus charismatiques du circuit MMA japonais, [b]Rumina Sato[/b], légende du Shooto, a pris sa retraite sportive aujourd’hui à l’issu d’un event du Shooto. Pour sa dernière apparition sur le ring du Shooto, Rumina Sato, 40 ans n’a pas combattu mais juste présent pour une cérémonie d’adieu en présence de nombreux amis pour clôturer solennellement une carrière riche en victoires et surtout une personnalité hors pair. Retour sur la vie de ce grand symbole du MMA japonais.

    [img]http://img.blog.boxerjuntaro.com/20120808_63186.jpg[/img]

    Rumina Sato a été et restera à jamais le symbole du Shooto où il a effectué l’essentiel de sa carrière, [b]refusant même à plusieurs reprises les avances d’autres grandes organisations comme le PRIDE ou l’UFC[/b]. Surnommé [b]« Moon Wolf »[/b] (loup de la lune) en raison de l’origine de son prénom, un mélange entre les mots Luna et Lupinus (respectivement « lune » et « loup » en latin) inventé par son père, cet homme a été le loup d’une seule organisation avec une ligne de conduite irréprochable qui lui a valu la sympathie des fans de MMA du monde entier. Considéré comme l’un des « 4 fantastiques du Shooto » à une époque en compagnie de Enson Inoue, Hayato « Mach » Sakurai et Noboru Asahi, Rumina Sato a débuté au Shooto en 1994 face à Michael McAuliffe qu’il bat au 2[sup]ème[/sup] round par soumission. S’en suivront alors 4 ans sans défaite mais ce qui impressionne le plus les fans de MMA de la première heure, ce sont son agressivité, son agilité et sa capacité à prendre le dessus sur l’adversaire pour le finaliser par soumission la pluapart du temps. Malgré ses deux premières défaites en 1998, Rumina marqua l’histoire du MMA au début de l’année suivante en s’imposant par une [b]Flying Armbar (clef de bras à la volée) en… 6 secondes[/b] face à Charles Taylor, la soumission la plus rapide du MMA encore à ce jour et loin d’être battue.

    [url="https://www.youtube.com/watch?v=SYnpgiDtUPI"][media]https://www.youtube.com/watch?v=SYnpgiDtUPI[/media][/url]

    Toutefois Rumina, malgré toute la renommée qu’il acquiert à cette période et en donnant une image beaucoup plus chic et glamour aux combattants, a du mal à s’imposer face à une génération montante de nouveaux talents et peine à gagner les titres qu’il mériterait tant. On retrouve parmi ces derniers des noms aujourd’hui connus comme Caol Uno, Takanori Gomi (qui l’ont tous les deux privé du titre -73kg du Shooto) ou encore Joachim Hansen et l’indétrônable Alexandre Franca « Pequeno » Nogueira. Bien que connaissant des difficultés contre les grands cadors de sa catégorie, Rumina n’hésite pas à descendre de catégorie et peaufiner sa préparation pour s’imposer contre des combattants de niveau très correct, et réussi même à s’emparer de la [b]ceinture Trans-Pacifique du Shooto en -65kg en 2005 [/b]; son seul titre de champion à ce jour, limite anecdotique.

    [media]https://www.youtube.com/watch?v=IYQBL64rnQc[/media]

    Car la suite de sa carrière s’avère beaucoup moins joyeux avec l’âge. Pendant que les champions du Shooto s’envolent vers d’autres grandes organisations (PRIDE, Hero’s, UFC et WEC) Rumina s’entête à ne combattre que dans son organisation mère, quitte à enchainer les défaites contre des combattants de haut niveau (Gilbert Melendez, Antonio Carvalho, Hatsu Hioki). Toutefois les dirigeants lui gardent une certaine confiance malgré un palmarès qui s’assombrit et lui donne une dernière chance de disputer un titre de champion en 2009 pour la catégorie -65kg, mais perd son duel face à Lion Takeshi par KO au premier Round. Toutefois sa seule consolation pendant cette période aura été son invitation au [b]Grapplers Quest[/b] en marge de l’UFC Fan Expo en juillet 2009. Convoqué personnellement par Lorenzo et Franck Fertita, très fan de son style et du personnage, il gagne son super fight par une soumission expéditive en 2 minutes face à Ulysses Gomes, pourtant vainqueur de ce tournoi à 7 reprises. Son premier geste après cette victoire aura été de saluer les dirigeants de l’UFC, présents sur les bords du tatami, et de décliner poliment par la suite un contrat à l’UFC.

    Après cela Rumina, miné par plusieurs blessures, songe à arrêter sa carrière à un moment et se concentrer d’avantage sur la formation de jeunes combattants mais reviendra en -61kg et gagnera deux combats d’affilés contre Corey Grant et Ryuta Matsune, tous deux par KO ; ce dernier étant même la dernière victoire de sa carrière. Entre 2011 et 2012 Rumina, bien qu’assurant le combat principal des event auxquels il prend part, perd ses trois combats par KO contre Masakatsu Ueda (aujourd’hui champion Bantam Weight du ONE FC), l’inconnu Nico Verresen et Hideo Tokoro qui aura été son dernier adversaire.

    [img]http://cdn.efight.jp/wp-content/uploads/2014/05/0502_shooto.jpg[/img]

    Depuis cette dernière défaite en décembre 2012, Rumina n’a disputé aucun combat et n’a pas tenu à affronter d’adversaire en guise de jubilé (contrairement par exemple à Megumi Fujii l’an dernier), se contentant aujourd’hui d’une apparition triomphale dans un [b]cérémonial dédié spécialement à sa fabuleuse carrière [/b]juste avant le main event opposant son disciple Daiki Tsuchiya à Caol Uno (victoire de Uno par décision unanime). Ses anciens rivaux Takanori Gomi et Hayato « Mach » Sakurai sont montés sur le ring pour rendre un dernier hommage à la carrière de celui qui aura été et restera le symbole du Shooto à jamais.

    A la fin de cette cérémonie Rumina prend le micro : [i]« Cela fait 22 ans depuis mes débuts professionnels au Shooto. Si j’ai pu en arriver là je pense vraiment que c’est surtout grâce à vous, à ma famille et mes partenaires d’entrainement.[/i]
    [i]Je pense que le Shooto va perdurer. Rumina Sato prend ici sa retraite mais je suis convaincu que des combattants qui ont hérité de mes gènes du combat soutiendront le Shooto. Je compte moi aussi soutenir le développement des compétitions amateurs donc je vous prie de bien vouloir encourager encore longtemps le Shooto et Rumina Sato. Merci ! »[/i]

    [img]http://cdn.efight.jp/wp-content/uploads/2014/05/DSC_1652.jpg[/img]

    Ainsi s’achève la carrière d’un grand combattant qui sera resté fidèle au Shooto et dont le style de combat aura fait l’unanimité des fans de MMA du monde entier. Désormais il pourra se consacrer plus aisément à ses autres passions que sont le surf et la culture de légumes (dont il vante souvent les mérites sur son blog) en plus de diriger son ROOTS gym. Une chose est sûre, Rumina Sato restera une légende de l’histoire du MMA.

    Edit: Ajout de la vidéo de la cérémonie

    [media]https://www.youtube.com/watch?v=KcNYTmCFhRE[/media]

    ------------------------------------------------------------------
    Par Akira "Kappa" Hattori
    twitter: @akirakappa
  19. J
    Kappa a reçu une réaction de Corto51 pour a article, Dernière sortie pour Rumina Sato   
    Un de combattants les plus charismatiques du circuit MMA japonais, [b]Rumina Sato[/b], légende du Shooto, a pris sa retraite sportive aujourd’hui à l’issu d’un event du Shooto. Pour sa dernière apparition sur le ring du Shooto, Rumina Sato, 40 ans n’a pas combattu mais juste présent pour une cérémonie d’adieu en présence de nombreux amis pour clôturer solennellement une carrière riche en victoires et surtout une personnalité hors pair. Retour sur la vie de ce grand symbole du MMA japonais.

    [img]http://img.blog.boxerjuntaro.com/20120808_63186.jpg[/img]

    Rumina Sato a été et restera à jamais le symbole du Shooto où il a effectué l’essentiel de sa carrière, [b]refusant même à plusieurs reprises les avances d’autres grandes organisations comme le PRIDE ou l’UFC[/b]. Surnommé [b]« Moon Wolf »[/b] (loup de la lune) en raison de l’origine de son prénom, un mélange entre les mots Luna et Lupinus (respectivement « lune » et « loup » en latin) inventé par son père, cet homme a été le loup d’une seule organisation avec une ligne de conduite irréprochable qui lui a valu la sympathie des fans de MMA du monde entier. Considéré comme l’un des « 4 fantastiques du Shooto » à une époque en compagnie de Enson Inoue, Hayato « Mach » Sakurai et Noboru Asahi, Rumina Sato a débuté au Shooto en 1994 face à Michael McAuliffe qu’il bat au 2[sup]ème[/sup] round par soumission. S’en suivront alors 4 ans sans défaite mais ce qui impressionne le plus les fans de MMA de la première heure, ce sont son agressivité, son agilité et sa capacité à prendre le dessus sur l’adversaire pour le finaliser par soumission la pluapart du temps. Malgré ses deux premières défaites en 1998, Rumina marqua l’histoire du MMA au début de l’année suivante en s’imposant par une [b]Flying Armbar (clef de bras à la volée) en… 6 secondes[/b] face à Charles Taylor, la soumission la plus rapide du MMA encore à ce jour et loin d’être battue.

    [url="https://www.youtube.com/watch?v=SYnpgiDtUPI"][media]https://www.youtube.com/watch?v=SYnpgiDtUPI[/media][/url]

    Toutefois Rumina, malgré toute la renommée qu’il acquiert à cette période et en donnant une image beaucoup plus chic et glamour aux combattants, a du mal à s’imposer face à une génération montante de nouveaux talents et peine à gagner les titres qu’il mériterait tant. On retrouve parmi ces derniers des noms aujourd’hui connus comme Caol Uno, Takanori Gomi (qui l’ont tous les deux privé du titre -73kg du Shooto) ou encore Joachim Hansen et l’indétrônable Alexandre Franca « Pequeno » Nogueira. Bien que connaissant des difficultés contre les grands cadors de sa catégorie, Rumina n’hésite pas à descendre de catégorie et peaufiner sa préparation pour s’imposer contre des combattants de niveau très correct, et réussi même à s’emparer de la [b]ceinture Trans-Pacifique du Shooto en -65kg en 2005 [/b]; son seul titre de champion à ce jour, limite anecdotique.

    [media]https://www.youtube.com/watch?v=IYQBL64rnQc[/media]

    Car la suite de sa carrière s’avère beaucoup moins joyeux avec l’âge. Pendant que les champions du Shooto s’envolent vers d’autres grandes organisations (PRIDE, Hero’s, UFC et WEC) Rumina s’entête à ne combattre que dans son organisation mère, quitte à enchainer les défaites contre des combattants de haut niveau (Gilbert Melendez, Antonio Carvalho, Hatsu Hioki). Toutefois les dirigeants lui gardent une certaine confiance malgré un palmarès qui s’assombrit et lui donne une dernière chance de disputer un titre de champion en 2009 pour la catégorie -65kg, mais perd son duel face à Lion Takeshi par KO au premier Round. Toutefois sa seule consolation pendant cette période aura été son invitation au [b]Grapplers Quest[/b] en marge de l’UFC Fan Expo en juillet 2009. Convoqué personnellement par Lorenzo et Franck Fertita, très fan de son style et du personnage, il gagne son super fight par une soumission expéditive en 2 minutes face à Ulysses Gomes, pourtant vainqueur de ce tournoi à 7 reprises. Son premier geste après cette victoire aura été de saluer les dirigeants de l’UFC, présents sur les bords du tatami, et de décliner poliment par la suite un contrat à l’UFC.

    Après cela Rumina, miné par plusieurs blessures, songe à arrêter sa carrière à un moment et se concentrer d’avantage sur la formation de jeunes combattants mais reviendra en -61kg et gagnera deux combats d’affilés contre Corey Grant et Ryuta Matsune, tous deux par KO ; ce dernier étant même la dernière victoire de sa carrière. Entre 2011 et 2012 Rumina, bien qu’assurant le combat principal des event auxquels il prend part, perd ses trois combats par KO contre Masakatsu Ueda (aujourd’hui champion Bantam Weight du ONE FC), l’inconnu Nico Verresen et Hideo Tokoro qui aura été son dernier adversaire.

    [img]http://cdn.efight.jp/wp-content/uploads/2014/05/0502_shooto.jpg[/img]

    Depuis cette dernière défaite en décembre 2012, Rumina n’a disputé aucun combat et n’a pas tenu à affronter d’adversaire en guise de jubilé (contrairement par exemple à Megumi Fujii l’an dernier), se contentant aujourd’hui d’une apparition triomphale dans un [b]cérémonial dédié spécialement à sa fabuleuse carrière [/b]juste avant le main event opposant son disciple Daiki Tsuchiya à Caol Uno (victoire de Uno par décision unanime). Ses anciens rivaux Takanori Gomi et Hayato « Mach » Sakurai sont montés sur le ring pour rendre un dernier hommage à la carrière de celui qui aura été et restera le symbole du Shooto à jamais.

    A la fin de cette cérémonie Rumina prend le micro : [i]« Cela fait 22 ans depuis mes débuts professionnels au Shooto. Si j’ai pu en arriver là je pense vraiment que c’est surtout grâce à vous, à ma famille et mes partenaires d’entrainement.[/i]
    [i]Je pense que le Shooto va perdurer. Rumina Sato prend ici sa retraite mais je suis convaincu que des combattants qui ont hérité de mes gènes du combat soutiendront le Shooto. Je compte moi aussi soutenir le développement des compétitions amateurs donc je vous prie de bien vouloir encourager encore longtemps le Shooto et Rumina Sato. Merci ! »[/i]

    [img]http://cdn.efight.jp/wp-content/uploads/2014/05/DSC_1652.jpg[/img]

    Ainsi s’achève la carrière d’un grand combattant qui sera resté fidèle au Shooto et dont le style de combat aura fait l’unanimité des fans de MMA du monde entier. Désormais il pourra se consacrer plus aisément à ses autres passions que sont le surf et la culture de légumes (dont il vante souvent les mérites sur son blog) en plus de diriger son ROOTS gym. Une chose est sûre, Rumina Sato restera une légende de l’histoire du MMA.

    Edit: Ajout de la vidéo de la cérémonie

    [media]https://www.youtube.com/watch?v=KcNYTmCFhRE[/media]

    ------------------------------------------------------------------
    Par Akira "Kappa" Hattori
    twitter: @akirakappa
  20. J
    Kappa a reçu une réaction de Karaml357 pour a article, Merci Megumi Fujii !   
    Megumi Fujii, l'une de meilleures combattantes de MMA a tiré sa révérence le 5 octobre dernier à l'issu de son dernier combat. Retour en exclusivité sur sa vie et sa formidable carrière.

    [img]http://www1.cdn.sherdog.com/_images/pictures/20110720023335_110709212627.JPG[/img]

    Passer à deux doigts de la victoire. Ironiquement c’est sur cette note malheureuse et que [b]Megumi Fujii[/b] a mis un terme à sa carrière de combattante le 5 octobre dernier lors du Vale Tudo Japan 3, un événement presque organisé juste pour célébrer [b]son formidable palmarès (26 victoires et 3 défaites)[/b]. Mais voilà son adversaire Jessica Aguilar lui a malencontreusement et involontairement mis le doigt dans l’œil, dans le sens propre du terme. Deux « Eye Poke »qui égratignent la cornée de l’œil droit de Fujii, saignement, vérification du docteur et arrêt du combat entre le deuxième et le dernier round. Cinq dernières minutes qui n’auront jamais lieu, faute à pas de chance. Pourtant Fujii aurait pu remporter cette victoire si elle avait arrêté lors de la vérification de l’œil au premier round, mais la passion du MMA et sa volonté de combattre pour ses fans étaient tellement fortes qu’[b]elle a insisté pour continuer contre l'avis des médecins[/b], hélas.

    Une combattante hors norme qui part sur une défaite amère que personne n’arrive encore à digérer. Car Fujii était incontestablement la plus grande combattante que le MMA ait connue, bien avant que les Ronda Rousey, Gina Carano ou Cristiane Cyborg. Pourtant rien ne destinait Fujii à une si grande carrière, si ce n’est qu’elle a toujours été une combattante née, aussi bien sur un ring, une cage, un tatami ou dans sa vie.

    [img]http://amd.c.yimg.jp/im_siggVoMEQFgYvF4NgPlLT9WTWg---x300-y450-q90/amd/20130910-00000000-spnavi-000-0-view.jpg[/img]

    Sortie prématurément du ventre de sa mère avec seulement 1,7kg Megumi Fujii avait été placée immédiatement dans [b]une couveuse à sa naissance et aurait pu perdre la vie à tout moment[/b]. Mais Megumi a lutté pour survivre, le premier grand combat de sa vie, et est devenue une petite fille en pleine santé. A 3 ans, elle commence le judo sous l’influence de son père, 7[sup]ème[/sup] Dan, mais sa nature de gentille fille prend souvent le dessus à tel point qu’elle a refusé un jour de soumettre son adversaire sous prétexte que celle-ci se ferait frapper par son coach en cas de défaite. La petite Megumi, grande amatrice de chats, grandit tout en gardant cette humilité et cette gentillesse qui la caractérise.

    Pour ses études universitaires elle quitte sa ville natale pour s’installer à Tokyo et continue le judo. 3 fois quart de finaliste des championnats japonais de judo universitaire en moins de 52kg, elle doit néanmoins arrêter la pratique de ce sport en même temps que la fin de ses études et resta 3[sup]ème[/sup] Dan. Elle commence alors à travailler dans une agence de management pour les célébrités, une carrière qui n’a pas duré longtemps car l’amour pour les sports de combats était bien plus fort que tout. A 23 ans elle commence [b]le sambo, discipline dans laquelle elle remporte le championnat du Japon 8 années consécutives entre 1998 et 2005[/b] (et 4 fois finaliste du championnat du monde), et obtient en parallèle sa ceinture noire de JJB avec deux championnats du Japon (2002 et 2003) et deux titres de championne aux championnats panaméricains (2004 et 2006).

    [img]http://www2.cdn.sherdog.com/_images/pictures/20110102060931_101230_182052untitled.JPG[/img]

    Mais sa véritable heure de gloire arrive avec la découverte du MMA. Pour ses débuts en août 2004 au Smackgirl, organisation 100% féminine à l’époque, elle s’impose facilement en à peine 40 secondes dans le premier round face à Yumi Matsumoto. Trois mois plus tard elle gagne par décision unanime face à l’une des meilleures combattantes de l’époque, l’américaine Erica Montoya, ancien commentateur éphémère de l’UFC. Dès lors Fujii ne perd aucun combat, devient la coqueluche du public par son style de combat et ses victoires [b](16 victoires dans le premier round, toutes par soumission dont 7 en moins d’une minute !)[/b] au point d’être surnommée « la reine des victoires éclaires ». Un surnom parmi d’autres plus affectueux comme [b]« Fujimegu »[/b] mais celui qu’elle affectionnera en particulier est [b]« Mega Megu »[/b], attribué par son grand ami Josh Barnett. Smackgirl, Shooto, Bodog Fight, Jewels… les organisations s’enchainent et Fujii accumule les victoires ce qui lui vaut d’être considérée en 2009 et 2010 comme étant la [b]« Pound for Pound » féminin[/b] (meilleure combattante toutes catégories confondues) par divers médias spécialisés. Normal à l’époque avec sa vingtaine de victoires consécutives (et aucune défaite) dont 3 seulement à la décision.

    Un peu moins de réussite en kickboxing avec une défaite pour son seul combat en Shootboxing mais peu importe, en contrepartie Fujii termine 3[sup]ème[/sup] de l’ADCC en 2005 (-60kg défaite face à Kyra Gracie en demi-finale) et 2007 (-55kg) et remporte également deux fois le Smackgirl Grappling Queen Tournament en 2006 et 2007 ; ses seules titres en professionnel.

    [media]http://www.youtube.com/watch?v=iVCI2Jgu0zU[/media]

    Mais à la fin de l’année 2009 le doute s’installe : les principales organisations japonaises de MMA disparaissent. Les combattantes peinent à exprimer leurs talents d’autant plus que les grosses écuries comme le DREAM ou l’UFC étaient réticents aux combats féminins. [b]Fujii s’est retrouvé dans une impasse et avoue même avoir songé à tout arrêter[/b]. Mais coup du sort le Bellator, deuxième organisation aux Etats-Unis, la contacte en vue de son tournoi féminin en 115 lbs (52kg). Changement de cap, de continent et direction les Etats-Unis pour Fujii qui effectue une entrée fracassante au Bellator avec une victoire par TKO, la première de sa carrière, sur Sarah Schneider, puis en battant respectivement Carla Esparza (quart de finale) et Lisa Ellis (demi-finale) par clef de bras lors du tournoi féminin. Le public adore son style, sa bonne humeur et... sa tablette de chocolat abdominale. En finale Fujii est logiquement donnée favorite face à Zoila Frausto mais trop grosse pression ou stratégie payante de son adversaire qui lui assène dès le premier round un high kick sur le visage. Fujii pousse avec son style toujours aussi agressif mais Frausto résiste et le combat se termine. Décision partagée 2-1 et victoire attribuée à Frausto alors même que les commentateurs du Bellator et une grande partie du public voyaient la victoire de Fujii. La série de 22 victoires consécutives s’est arrêté ce soir d’octobre 2010 sur cette [b]défaite (très) controversée[/b]. Un choc pour bons nombres de fan de MMA.

    Une première défaite qui a été sans aucun doute un tournant de sa carrière mais Fujii ne baisse pas la tête en affirmant que [i]la défaite était dû au fait qu’elle n’a pas été assez forte et que les 5 mois qu’elle a passé pour ce tournoi lui avaient redonné goût pour le MMA[/i], elle qui pensait tout arrêter. Fujii continue de combattre après cette déroute mais malgré ses trois victoires (Emi Fujino, Mika Nagano et Karla Benitez) seule la dernière a été par soumission, sa marque de fabrique. Mai 2012, retour au Bellator pour affronter dans un combat sans titre l’américaine Jessica Aguilar et nouvelle défaite, la deuxième de sa carrière, mais cette fois-ci sans conteste par décision unanime. Fujii a 38 ans et sa combativité n’est plus comme avant et songe de plus en plus à sa retraite sportive.

    [media]http://www.youtube.com/watch?v=23QcDMTOaV0[/media]

    Mais avant cela, le 24 décembre 2012, au Vale Tudo Japan 1, elle affronte l’autre meilleure combattante japonaise du moment, Mei Yamaguchi pour une victoire par décision unanime à l’issue d’un combat considéré comme le meilleur de l’event. Au final [b]Megumi Fujii n’aura jamais perdu contre une combattante japonaise[/b] et confirme au moins qu’elle était la meilleure dans son pays. Mais voilà un jour vient le temps où il faut savoir dire stop, de raccrocher les gants et de passer à une nouvelle étape de la vie après qu’on ait tout donné sur un ring ou dans une cage, qu’on a eu la carrière et la reconnaissance que l’on mérite. Lors de l’entracte du Vale Tudo Japan 2, Fujii fait une apparition dans la cage pour annoncer qu’elle effectuerait le dernier combat de sa carrière lors du Vale Tudo Japan 3, à la grande surprise des fans. La suite malheureuse on la connait… Mais personne ne lui en voudra, même son adversaire, Jessica Aguilar, a déclaré qu’elle ne méritait pas la victoire. Un sentiment d’inachevé restera probablement pour une meilleure fin de carrière que [b]cette pionnière du MMA féminin[/b] aurait méritée.

    Mais [b]Megumi Fujii[/b] restera une combattante dans l’âme, elle qui connait l'importance de la vie et qui se réjouit à tout moment d’avoir pu grandir en bonne santé et d’être devenue forte. La plus forte.


    [b]Bonus 1: Le combat Megumi Fujii VS Jessica Aguilar[/b]

    [media]http://www.youtube.com/watch?v=O5Ikv9r1eYc[/media]

    [b]Bonus 2: La cérémonie de retraite de Fujii.[/b]

    [media]http://www.youtube.com/watch?v=E8AiqM-kQxI[/media]

    -----------------------------------------

    Par Akira « Kappa » Hattori
    Twitter : akirakappa
    Mail : akira (a) ikusa.fr
  21. J
    Kappa a reçu une réaction de Karaml357 pour a article, Merci Megumi Fujii !   
    Megumi Fujii, l'une de meilleures combattantes de MMA a tiré sa révérence le 5 octobre dernier à l'issu de son dernier combat. Retour en exclusivité sur sa vie et sa formidable carrière.

    [img]http://www1.cdn.sherdog.com/_images/pictures/20110720023335_110709212627.JPG[/img]

    Passer à deux doigts de la victoire. Ironiquement c’est sur cette note malheureuse et que [b]Megumi Fujii[/b] a mis un terme à sa carrière de combattante le 5 octobre dernier lors du Vale Tudo Japan 3, un événement presque organisé juste pour célébrer [b]son formidable palmarès (26 victoires et 3 défaites)[/b]. Mais voilà son adversaire Jessica Aguilar lui a malencontreusement et involontairement mis le doigt dans l’œil, dans le sens propre du terme. Deux « Eye Poke »qui égratignent la cornée de l’œil droit de Fujii, saignement, vérification du docteur et arrêt du combat entre le deuxième et le dernier round. Cinq dernières minutes qui n’auront jamais lieu, faute à pas de chance. Pourtant Fujii aurait pu remporter cette victoire si elle avait arrêté lors de la vérification de l’œil au premier round, mais la passion du MMA et sa volonté de combattre pour ses fans étaient tellement fortes qu’[b]elle a insisté pour continuer contre l'avis des médecins[/b], hélas.

    Une combattante hors norme qui part sur une défaite amère que personne n’arrive encore à digérer. Car Fujii était incontestablement la plus grande combattante que le MMA ait connue, bien avant que les Ronda Rousey, Gina Carano ou Cristiane Cyborg. Pourtant rien ne destinait Fujii à une si grande carrière, si ce n’est qu’elle a toujours été une combattante née, aussi bien sur un ring, une cage, un tatami ou dans sa vie.

    [img]http://amd.c.yimg.jp/im_siggVoMEQFgYvF4NgPlLT9WTWg---x300-y450-q90/amd/20130910-00000000-spnavi-000-0-view.jpg[/img]

    Sortie prématurément du ventre de sa mère avec seulement 1,7kg Megumi Fujii avait été placée immédiatement dans [b]une couveuse à sa naissance et aurait pu perdre la vie à tout moment[/b]. Mais Megumi a lutté pour survivre, le premier grand combat de sa vie, et est devenue une petite fille en pleine santé. A 3 ans, elle commence le judo sous l’influence de son père, 7[sup]ème[/sup] Dan, mais sa nature de gentille fille prend souvent le dessus à tel point qu’elle a refusé un jour de soumettre son adversaire sous prétexte que celle-ci se ferait frapper par son coach en cas de défaite. La petite Megumi, grande amatrice de chats, grandit tout en gardant cette humilité et cette gentillesse qui la caractérise.

    Pour ses études universitaires elle quitte sa ville natale pour s’installer à Tokyo et continue le judo. 3 fois quart de finaliste des championnats japonais de judo universitaire en moins de 52kg, elle doit néanmoins arrêter la pratique de ce sport en même temps que la fin de ses études et resta 3[sup]ème[/sup] Dan. Elle commence alors à travailler dans une agence de management pour les célébrités, une carrière qui n’a pas duré longtemps car l’amour pour les sports de combats était bien plus fort que tout. A 23 ans elle commence [b]le sambo, discipline dans laquelle elle remporte le championnat du Japon 8 années consécutives entre 1998 et 2005[/b] (et 4 fois finaliste du championnat du monde), et obtient en parallèle sa ceinture noire de JJB avec deux championnats du Japon (2002 et 2003) et deux titres de championne aux championnats panaméricains (2004 et 2006).

    [img]http://www2.cdn.sherdog.com/_images/pictures/20110102060931_101230_182052untitled.JPG[/img]

    Mais sa véritable heure de gloire arrive avec la découverte du MMA. Pour ses débuts en août 2004 au Smackgirl, organisation 100% féminine à l’époque, elle s’impose facilement en à peine 40 secondes dans le premier round face à Yumi Matsumoto. Trois mois plus tard elle gagne par décision unanime face à l’une des meilleures combattantes de l’époque, l’américaine Erica Montoya, ancien commentateur éphémère de l’UFC. Dès lors Fujii ne perd aucun combat, devient la coqueluche du public par son style de combat et ses victoires [b](16 victoires dans le premier round, toutes par soumission dont 7 en moins d’une minute !)[/b] au point d’être surnommée « la reine des victoires éclaires ». Un surnom parmi d’autres plus affectueux comme [b]« Fujimegu »[/b] mais celui qu’elle affectionnera en particulier est [b]« Mega Megu »[/b], attribué par son grand ami Josh Barnett. Smackgirl, Shooto, Bodog Fight, Jewels… les organisations s’enchainent et Fujii accumule les victoires ce qui lui vaut d’être considérée en 2009 et 2010 comme étant la [b]« Pound for Pound » féminin[/b] (meilleure combattante toutes catégories confondues) par divers médias spécialisés. Normal à l’époque avec sa vingtaine de victoires consécutives (et aucune défaite) dont 3 seulement à la décision.

    Un peu moins de réussite en kickboxing avec une défaite pour son seul combat en Shootboxing mais peu importe, en contrepartie Fujii termine 3[sup]ème[/sup] de l’ADCC en 2005 (-60kg défaite face à Kyra Gracie en demi-finale) et 2007 (-55kg) et remporte également deux fois le Smackgirl Grappling Queen Tournament en 2006 et 2007 ; ses seules titres en professionnel.

    [media]http://www.youtube.com/watch?v=iVCI2Jgu0zU[/media]

    Mais à la fin de l’année 2009 le doute s’installe : les principales organisations japonaises de MMA disparaissent. Les combattantes peinent à exprimer leurs talents d’autant plus que les grosses écuries comme le DREAM ou l’UFC étaient réticents aux combats féminins. [b]Fujii s’est retrouvé dans une impasse et avoue même avoir songé à tout arrêter[/b]. Mais coup du sort le Bellator, deuxième organisation aux Etats-Unis, la contacte en vue de son tournoi féminin en 115 lbs (52kg). Changement de cap, de continent et direction les Etats-Unis pour Fujii qui effectue une entrée fracassante au Bellator avec une victoire par TKO, la première de sa carrière, sur Sarah Schneider, puis en battant respectivement Carla Esparza (quart de finale) et Lisa Ellis (demi-finale) par clef de bras lors du tournoi féminin. Le public adore son style, sa bonne humeur et... sa tablette de chocolat abdominale. En finale Fujii est logiquement donnée favorite face à Zoila Frausto mais trop grosse pression ou stratégie payante de son adversaire qui lui assène dès le premier round un high kick sur le visage. Fujii pousse avec son style toujours aussi agressif mais Frausto résiste et le combat se termine. Décision partagée 2-1 et victoire attribuée à Frausto alors même que les commentateurs du Bellator et une grande partie du public voyaient la victoire de Fujii. La série de 22 victoires consécutives s’est arrêté ce soir d’octobre 2010 sur cette [b]défaite (très) controversée[/b]. Un choc pour bons nombres de fan de MMA.

    Une première défaite qui a été sans aucun doute un tournant de sa carrière mais Fujii ne baisse pas la tête en affirmant que [i]la défaite était dû au fait qu’elle n’a pas été assez forte et que les 5 mois qu’elle a passé pour ce tournoi lui avaient redonné goût pour le MMA[/i], elle qui pensait tout arrêter. Fujii continue de combattre après cette déroute mais malgré ses trois victoires (Emi Fujino, Mika Nagano et Karla Benitez) seule la dernière a été par soumission, sa marque de fabrique. Mai 2012, retour au Bellator pour affronter dans un combat sans titre l’américaine Jessica Aguilar et nouvelle défaite, la deuxième de sa carrière, mais cette fois-ci sans conteste par décision unanime. Fujii a 38 ans et sa combativité n’est plus comme avant et songe de plus en plus à sa retraite sportive.

    [media]http://www.youtube.com/watch?v=23QcDMTOaV0[/media]

    Mais avant cela, le 24 décembre 2012, au Vale Tudo Japan 1, elle affronte l’autre meilleure combattante japonaise du moment, Mei Yamaguchi pour une victoire par décision unanime à l’issue d’un combat considéré comme le meilleur de l’event. Au final [b]Megumi Fujii n’aura jamais perdu contre une combattante japonaise[/b] et confirme au moins qu’elle était la meilleure dans son pays. Mais voilà un jour vient le temps où il faut savoir dire stop, de raccrocher les gants et de passer à une nouvelle étape de la vie après qu’on ait tout donné sur un ring ou dans une cage, qu’on a eu la carrière et la reconnaissance que l’on mérite. Lors de l’entracte du Vale Tudo Japan 2, Fujii fait une apparition dans la cage pour annoncer qu’elle effectuerait le dernier combat de sa carrière lors du Vale Tudo Japan 3, à la grande surprise des fans. La suite malheureuse on la connait… Mais personne ne lui en voudra, même son adversaire, Jessica Aguilar, a déclaré qu’elle ne méritait pas la victoire. Un sentiment d’inachevé restera probablement pour une meilleure fin de carrière que [b]cette pionnière du MMA féminin[/b] aurait méritée.

    Mais [b]Megumi Fujii[/b] restera une combattante dans l’âme, elle qui connait l'importance de la vie et qui se réjouit à tout moment d’avoir pu grandir en bonne santé et d’être devenue forte. La plus forte.


    [b]Bonus 1: Le combat Megumi Fujii VS Jessica Aguilar[/b]

    [media]http://www.youtube.com/watch?v=O5Ikv9r1eYc[/media]

    [b]Bonus 2: La cérémonie de retraite de Fujii.[/b]

    [media]http://www.youtube.com/watch?v=E8AiqM-kQxI[/media]

    -----------------------------------------

    Par Akira « Kappa » Hattori
    Twitter : akirakappa
    Mail : akira (a) ikusa.fr
  22. J
    Kappa a reçu une réaction de Karaml357 pour a article, Merci Megumi Fujii !   
    Megumi Fujii, l'une de meilleures combattantes de MMA a tiré sa révérence le 5 octobre dernier à l'issu de son dernier combat. Retour en exclusivité sur sa vie et sa formidable carrière.

    [img]http://www1.cdn.sherdog.com/_images/pictures/20110720023335_110709212627.JPG[/img]

    Passer à deux doigts de la victoire. Ironiquement c’est sur cette note malheureuse et que [b]Megumi Fujii[/b] a mis un terme à sa carrière de combattante le 5 octobre dernier lors du Vale Tudo Japan 3, un événement presque organisé juste pour célébrer [b]son formidable palmarès (26 victoires et 3 défaites)[/b]. Mais voilà son adversaire Jessica Aguilar lui a malencontreusement et involontairement mis le doigt dans l’œil, dans le sens propre du terme. Deux « Eye Poke »qui égratignent la cornée de l’œil droit de Fujii, saignement, vérification du docteur et arrêt du combat entre le deuxième et le dernier round. Cinq dernières minutes qui n’auront jamais lieu, faute à pas de chance. Pourtant Fujii aurait pu remporter cette victoire si elle avait arrêté lors de la vérification de l’œil au premier round, mais la passion du MMA et sa volonté de combattre pour ses fans étaient tellement fortes qu’[b]elle a insisté pour continuer contre l'avis des médecins[/b], hélas.

    Une combattante hors norme qui part sur une défaite amère que personne n’arrive encore à digérer. Car Fujii était incontestablement la plus grande combattante que le MMA ait connue, bien avant que les Ronda Rousey, Gina Carano ou Cristiane Cyborg. Pourtant rien ne destinait Fujii à une si grande carrière, si ce n’est qu’elle a toujours été une combattante née, aussi bien sur un ring, une cage, un tatami ou dans sa vie.

    [img]http://amd.c.yimg.jp/im_siggVoMEQFgYvF4NgPlLT9WTWg---x300-y450-q90/amd/20130910-00000000-spnavi-000-0-view.jpg[/img]

    Sortie prématurément du ventre de sa mère avec seulement 1,7kg Megumi Fujii avait été placée immédiatement dans [b]une couveuse à sa naissance et aurait pu perdre la vie à tout moment[/b]. Mais Megumi a lutté pour survivre, le premier grand combat de sa vie, et est devenue une petite fille en pleine santé. A 3 ans, elle commence le judo sous l’influence de son père, 7[sup]ème[/sup] Dan, mais sa nature de gentille fille prend souvent le dessus à tel point qu’elle a refusé un jour de soumettre son adversaire sous prétexte que celle-ci se ferait frapper par son coach en cas de défaite. La petite Megumi, grande amatrice de chats, grandit tout en gardant cette humilité et cette gentillesse qui la caractérise.

    Pour ses études universitaires elle quitte sa ville natale pour s’installer à Tokyo et continue le judo. 3 fois quart de finaliste des championnats japonais de judo universitaire en moins de 52kg, elle doit néanmoins arrêter la pratique de ce sport en même temps que la fin de ses études et resta 3[sup]ème[/sup] Dan. Elle commence alors à travailler dans une agence de management pour les célébrités, une carrière qui n’a pas duré longtemps car l’amour pour les sports de combats était bien plus fort que tout. A 23 ans elle commence [b]le sambo, discipline dans laquelle elle remporte le championnat du Japon 8 années consécutives entre 1998 et 2005[/b] (et 4 fois finaliste du championnat du monde), et obtient en parallèle sa ceinture noire de JJB avec deux championnats du Japon (2002 et 2003) et deux titres de championne aux championnats panaméricains (2004 et 2006).

    [img]http://www2.cdn.sherdog.com/_images/pictures/20110102060931_101230_182052untitled.JPG[/img]

    Mais sa véritable heure de gloire arrive avec la découverte du MMA. Pour ses débuts en août 2004 au Smackgirl, organisation 100% féminine à l’époque, elle s’impose facilement en à peine 40 secondes dans le premier round face à Yumi Matsumoto. Trois mois plus tard elle gagne par décision unanime face à l’une des meilleures combattantes de l’époque, l’américaine Erica Montoya, ancien commentateur éphémère de l’UFC. Dès lors Fujii ne perd aucun combat, devient la coqueluche du public par son style de combat et ses victoires [b](16 victoires dans le premier round, toutes par soumission dont 7 en moins d’une minute !)[/b] au point d’être surnommée « la reine des victoires éclaires ». Un surnom parmi d’autres plus affectueux comme [b]« Fujimegu »[/b] mais celui qu’elle affectionnera en particulier est [b]« Mega Megu »[/b], attribué par son grand ami Josh Barnett. Smackgirl, Shooto, Bodog Fight, Jewels… les organisations s’enchainent et Fujii accumule les victoires ce qui lui vaut d’être considérée en 2009 et 2010 comme étant la [b]« Pound for Pound » féminin[/b] (meilleure combattante toutes catégories confondues) par divers médias spécialisés. Normal à l’époque avec sa vingtaine de victoires consécutives (et aucune défaite) dont 3 seulement à la décision.

    Un peu moins de réussite en kickboxing avec une défaite pour son seul combat en Shootboxing mais peu importe, en contrepartie Fujii termine 3[sup]ème[/sup] de l’ADCC en 2005 (-60kg défaite face à Kyra Gracie en demi-finale) et 2007 (-55kg) et remporte également deux fois le Smackgirl Grappling Queen Tournament en 2006 et 2007 ; ses seules titres en professionnel.

    [media]http://www.youtube.com/watch?v=iVCI2Jgu0zU[/media]

    Mais à la fin de l’année 2009 le doute s’installe : les principales organisations japonaises de MMA disparaissent. Les combattantes peinent à exprimer leurs talents d’autant plus que les grosses écuries comme le DREAM ou l’UFC étaient réticents aux combats féminins. [b]Fujii s’est retrouvé dans une impasse et avoue même avoir songé à tout arrêter[/b]. Mais coup du sort le Bellator, deuxième organisation aux Etats-Unis, la contacte en vue de son tournoi féminin en 115 lbs (52kg). Changement de cap, de continent et direction les Etats-Unis pour Fujii qui effectue une entrée fracassante au Bellator avec une victoire par TKO, la première de sa carrière, sur Sarah Schneider, puis en battant respectivement Carla Esparza (quart de finale) et Lisa Ellis (demi-finale) par clef de bras lors du tournoi féminin. Le public adore son style, sa bonne humeur et... sa tablette de chocolat abdominale. En finale Fujii est logiquement donnée favorite face à Zoila Frausto mais trop grosse pression ou stratégie payante de son adversaire qui lui assène dès le premier round un high kick sur le visage. Fujii pousse avec son style toujours aussi agressif mais Frausto résiste et le combat se termine. Décision partagée 2-1 et victoire attribuée à Frausto alors même que les commentateurs du Bellator et une grande partie du public voyaient la victoire de Fujii. La série de 22 victoires consécutives s’est arrêté ce soir d’octobre 2010 sur cette [b]défaite (très) controversée[/b]. Un choc pour bons nombres de fan de MMA.

    Une première défaite qui a été sans aucun doute un tournant de sa carrière mais Fujii ne baisse pas la tête en affirmant que [i]la défaite était dû au fait qu’elle n’a pas été assez forte et que les 5 mois qu’elle a passé pour ce tournoi lui avaient redonné goût pour le MMA[/i], elle qui pensait tout arrêter. Fujii continue de combattre après cette déroute mais malgré ses trois victoires (Emi Fujino, Mika Nagano et Karla Benitez) seule la dernière a été par soumission, sa marque de fabrique. Mai 2012, retour au Bellator pour affronter dans un combat sans titre l’américaine Jessica Aguilar et nouvelle défaite, la deuxième de sa carrière, mais cette fois-ci sans conteste par décision unanime. Fujii a 38 ans et sa combativité n’est plus comme avant et songe de plus en plus à sa retraite sportive.

    [media]http://www.youtube.com/watch?v=23QcDMTOaV0[/media]

    Mais avant cela, le 24 décembre 2012, au Vale Tudo Japan 1, elle affronte l’autre meilleure combattante japonaise du moment, Mei Yamaguchi pour une victoire par décision unanime à l’issue d’un combat considéré comme le meilleur de l’event. Au final [b]Megumi Fujii n’aura jamais perdu contre une combattante japonaise[/b] et confirme au moins qu’elle était la meilleure dans son pays. Mais voilà un jour vient le temps où il faut savoir dire stop, de raccrocher les gants et de passer à une nouvelle étape de la vie après qu’on ait tout donné sur un ring ou dans une cage, qu’on a eu la carrière et la reconnaissance que l’on mérite. Lors de l’entracte du Vale Tudo Japan 2, Fujii fait une apparition dans la cage pour annoncer qu’elle effectuerait le dernier combat de sa carrière lors du Vale Tudo Japan 3, à la grande surprise des fans. La suite malheureuse on la connait… Mais personne ne lui en voudra, même son adversaire, Jessica Aguilar, a déclaré qu’elle ne méritait pas la victoire. Un sentiment d’inachevé restera probablement pour une meilleure fin de carrière que [b]cette pionnière du MMA féminin[/b] aurait méritée.

    Mais [b]Megumi Fujii[/b] restera une combattante dans l’âme, elle qui connait l'importance de la vie et qui se réjouit à tout moment d’avoir pu grandir en bonne santé et d’être devenue forte. La plus forte.


    [b]Bonus 1: Le combat Megumi Fujii VS Jessica Aguilar[/b]

    [media]http://www.youtube.com/watch?v=O5Ikv9r1eYc[/media]

    [b]Bonus 2: La cérémonie de retraite de Fujii.[/b]

    [media]http://www.youtube.com/watch?v=E8AiqM-kQxI[/media]

    -----------------------------------------

    Par Akira « Kappa » Hattori
    Twitter : akirakappa
    Mail : akira (a) ikusa.fr
  23. J
    Kappa a reçu une réaction de Karaml357 pour a article, Merci Megumi Fujii !   
    Megumi Fujii, l'une de meilleures combattantes de MMA a tiré sa révérence le 5 octobre dernier à l'issu de son dernier combat. Retour en exclusivité sur sa vie et sa formidable carrière.

    [img]http://www1.cdn.sherdog.com/_images/pictures/20110720023335_110709212627.JPG[/img]

    Passer à deux doigts de la victoire. Ironiquement c’est sur cette note malheureuse et que [b]Megumi Fujii[/b] a mis un terme à sa carrière de combattante le 5 octobre dernier lors du Vale Tudo Japan 3, un événement presque organisé juste pour célébrer [b]son formidable palmarès (26 victoires et 3 défaites)[/b]. Mais voilà son adversaire Jessica Aguilar lui a malencontreusement et involontairement mis le doigt dans l’œil, dans le sens propre du terme. Deux « Eye Poke »qui égratignent la cornée de l’œil droit de Fujii, saignement, vérification du docteur et arrêt du combat entre le deuxième et le dernier round. Cinq dernières minutes qui n’auront jamais lieu, faute à pas de chance. Pourtant Fujii aurait pu remporter cette victoire si elle avait arrêté lors de la vérification de l’œil au premier round, mais la passion du MMA et sa volonté de combattre pour ses fans étaient tellement fortes qu’[b]elle a insisté pour continuer contre l'avis des médecins[/b], hélas.

    Une combattante hors norme qui part sur une défaite amère que personne n’arrive encore à digérer. Car Fujii était incontestablement la plus grande combattante que le MMA ait connue, bien avant que les Ronda Rousey, Gina Carano ou Cristiane Cyborg. Pourtant rien ne destinait Fujii à une si grande carrière, si ce n’est qu’elle a toujours été une combattante née, aussi bien sur un ring, une cage, un tatami ou dans sa vie.

    [img]http://amd.c.yimg.jp/im_siggVoMEQFgYvF4NgPlLT9WTWg---x300-y450-q90/amd/20130910-00000000-spnavi-000-0-view.jpg[/img]

    Sortie prématurément du ventre de sa mère avec seulement 1,7kg Megumi Fujii avait été placée immédiatement dans [b]une couveuse à sa naissance et aurait pu perdre la vie à tout moment[/b]. Mais Megumi a lutté pour survivre, le premier grand combat de sa vie, et est devenue une petite fille en pleine santé. A 3 ans, elle commence le judo sous l’influence de son père, 7[sup]ème[/sup] Dan, mais sa nature de gentille fille prend souvent le dessus à tel point qu’elle a refusé un jour de soumettre son adversaire sous prétexte que celle-ci se ferait frapper par son coach en cas de défaite. La petite Megumi, grande amatrice de chats, grandit tout en gardant cette humilité et cette gentillesse qui la caractérise.

    Pour ses études universitaires elle quitte sa ville natale pour s’installer à Tokyo et continue le judo. 3 fois quart de finaliste des championnats japonais de judo universitaire en moins de 52kg, elle doit néanmoins arrêter la pratique de ce sport en même temps que la fin de ses études et resta 3[sup]ème[/sup] Dan. Elle commence alors à travailler dans une agence de management pour les célébrités, une carrière qui n’a pas duré longtemps car l’amour pour les sports de combats était bien plus fort que tout. A 23 ans elle commence [b]le sambo, discipline dans laquelle elle remporte le championnat du Japon 8 années consécutives entre 1998 et 2005[/b] (et 4 fois finaliste du championnat du monde), et obtient en parallèle sa ceinture noire de JJB avec deux championnats du Japon (2002 et 2003) et deux titres de championne aux championnats panaméricains (2004 et 2006).

    [img]http://www2.cdn.sherdog.com/_images/pictures/20110102060931_101230_182052untitled.JPG[/img]

    Mais sa véritable heure de gloire arrive avec la découverte du MMA. Pour ses débuts en août 2004 au Smackgirl, organisation 100% féminine à l’époque, elle s’impose facilement en à peine 40 secondes dans le premier round face à Yumi Matsumoto. Trois mois plus tard elle gagne par décision unanime face à l’une des meilleures combattantes de l’époque, l’américaine Erica Montoya, ancien commentateur éphémère de l’UFC. Dès lors Fujii ne perd aucun combat, devient la coqueluche du public par son style de combat et ses victoires [b](16 victoires dans le premier round, toutes par soumission dont 7 en moins d’une minute !)[/b] au point d’être surnommée « la reine des victoires éclaires ». Un surnom parmi d’autres plus affectueux comme [b]« Fujimegu »[/b] mais celui qu’elle affectionnera en particulier est [b]« Mega Megu »[/b], attribué par son grand ami Josh Barnett. Smackgirl, Shooto, Bodog Fight, Jewels… les organisations s’enchainent et Fujii accumule les victoires ce qui lui vaut d’être considérée en 2009 et 2010 comme étant la [b]« Pound for Pound » féminin[/b] (meilleure combattante toutes catégories confondues) par divers médias spécialisés. Normal à l’époque avec sa vingtaine de victoires consécutives (et aucune défaite) dont 3 seulement à la décision.

    Un peu moins de réussite en kickboxing avec une défaite pour son seul combat en Shootboxing mais peu importe, en contrepartie Fujii termine 3[sup]ème[/sup] de l’ADCC en 2005 (-60kg défaite face à Kyra Gracie en demi-finale) et 2007 (-55kg) et remporte également deux fois le Smackgirl Grappling Queen Tournament en 2006 et 2007 ; ses seules titres en professionnel.

    [media]http://www.youtube.com/watch?v=iVCI2Jgu0zU[/media]

    Mais à la fin de l’année 2009 le doute s’installe : les principales organisations japonaises de MMA disparaissent. Les combattantes peinent à exprimer leurs talents d’autant plus que les grosses écuries comme le DREAM ou l’UFC étaient réticents aux combats féminins. [b]Fujii s’est retrouvé dans une impasse et avoue même avoir songé à tout arrêter[/b]. Mais coup du sort le Bellator, deuxième organisation aux Etats-Unis, la contacte en vue de son tournoi féminin en 115 lbs (52kg). Changement de cap, de continent et direction les Etats-Unis pour Fujii qui effectue une entrée fracassante au Bellator avec une victoire par TKO, la première de sa carrière, sur Sarah Schneider, puis en battant respectivement Carla Esparza (quart de finale) et Lisa Ellis (demi-finale) par clef de bras lors du tournoi féminin. Le public adore son style, sa bonne humeur et... sa tablette de chocolat abdominale. En finale Fujii est logiquement donnée favorite face à Zoila Frausto mais trop grosse pression ou stratégie payante de son adversaire qui lui assène dès le premier round un high kick sur le visage. Fujii pousse avec son style toujours aussi agressif mais Frausto résiste et le combat se termine. Décision partagée 2-1 et victoire attribuée à Frausto alors même que les commentateurs du Bellator et une grande partie du public voyaient la victoire de Fujii. La série de 22 victoires consécutives s’est arrêté ce soir d’octobre 2010 sur cette [b]défaite (très) controversée[/b]. Un choc pour bons nombres de fan de MMA.

    Une première défaite qui a été sans aucun doute un tournant de sa carrière mais Fujii ne baisse pas la tête en affirmant que [i]la défaite était dû au fait qu’elle n’a pas été assez forte et que les 5 mois qu’elle a passé pour ce tournoi lui avaient redonné goût pour le MMA[/i], elle qui pensait tout arrêter. Fujii continue de combattre après cette déroute mais malgré ses trois victoires (Emi Fujino, Mika Nagano et Karla Benitez) seule la dernière a été par soumission, sa marque de fabrique. Mai 2012, retour au Bellator pour affronter dans un combat sans titre l’américaine Jessica Aguilar et nouvelle défaite, la deuxième de sa carrière, mais cette fois-ci sans conteste par décision unanime. Fujii a 38 ans et sa combativité n’est plus comme avant et songe de plus en plus à sa retraite sportive.

    [media]http://www.youtube.com/watch?v=23QcDMTOaV0[/media]

    Mais avant cela, le 24 décembre 2012, au Vale Tudo Japan 1, elle affronte l’autre meilleure combattante japonaise du moment, Mei Yamaguchi pour une victoire par décision unanime à l’issue d’un combat considéré comme le meilleur de l’event. Au final [b]Megumi Fujii n’aura jamais perdu contre une combattante japonaise[/b] et confirme au moins qu’elle était la meilleure dans son pays. Mais voilà un jour vient le temps où il faut savoir dire stop, de raccrocher les gants et de passer à une nouvelle étape de la vie après qu’on ait tout donné sur un ring ou dans une cage, qu’on a eu la carrière et la reconnaissance que l’on mérite. Lors de l’entracte du Vale Tudo Japan 2, Fujii fait une apparition dans la cage pour annoncer qu’elle effectuerait le dernier combat de sa carrière lors du Vale Tudo Japan 3, à la grande surprise des fans. La suite malheureuse on la connait… Mais personne ne lui en voudra, même son adversaire, Jessica Aguilar, a déclaré qu’elle ne méritait pas la victoire. Un sentiment d’inachevé restera probablement pour une meilleure fin de carrière que [b]cette pionnière du MMA féminin[/b] aurait méritée.

    Mais [b]Megumi Fujii[/b] restera une combattante dans l’âme, elle qui connait l'importance de la vie et qui se réjouit à tout moment d’avoir pu grandir en bonne santé et d’être devenue forte. La plus forte.


    [b]Bonus 1: Le combat Megumi Fujii VS Jessica Aguilar[/b]

    [media]http://www.youtube.com/watch?v=O5Ikv9r1eYc[/media]

    [b]Bonus 2: La cérémonie de retraite de Fujii.[/b]

    [media]http://www.youtube.com/watch?v=E8AiqM-kQxI[/media]

    -----------------------------------------

    Par Akira « Kappa » Hattori
    Twitter : akirakappa
    Mail : akira (a) ikusa.fr
  24. J
    Kappa a reçu une réaction de Karaml357 pour a article, Merci Megumi Fujii !   
    Megumi Fujii, l'une de meilleures combattantes de MMA a tiré sa révérence le 5 octobre dernier à l'issu de son dernier combat. Retour en exclusivité sur sa vie et sa formidable carrière.

    [img]http://www1.cdn.sherdog.com/_images/pictures/20110720023335_110709212627.JPG[/img]

    Passer à deux doigts de la victoire. Ironiquement c’est sur cette note malheureuse et que [b]Megumi Fujii[/b] a mis un terme à sa carrière de combattante le 5 octobre dernier lors du Vale Tudo Japan 3, un événement presque organisé juste pour célébrer [b]son formidable palmarès (26 victoires et 3 défaites)[/b]. Mais voilà son adversaire Jessica Aguilar lui a malencontreusement et involontairement mis le doigt dans l’œil, dans le sens propre du terme. Deux « Eye Poke »qui égratignent la cornée de l’œil droit de Fujii, saignement, vérification du docteur et arrêt du combat entre le deuxième et le dernier round. Cinq dernières minutes qui n’auront jamais lieu, faute à pas de chance. Pourtant Fujii aurait pu remporter cette victoire si elle avait arrêté lors de la vérification de l’œil au premier round, mais la passion du MMA et sa volonté de combattre pour ses fans étaient tellement fortes qu’[b]elle a insisté pour continuer contre l'avis des médecins[/b], hélas.

    Une combattante hors norme qui part sur une défaite amère que personne n’arrive encore à digérer. Car Fujii était incontestablement la plus grande combattante que le MMA ait connue, bien avant que les Ronda Rousey, Gina Carano ou Cristiane Cyborg. Pourtant rien ne destinait Fujii à une si grande carrière, si ce n’est qu’elle a toujours été une combattante née, aussi bien sur un ring, une cage, un tatami ou dans sa vie.

    [img]http://amd.c.yimg.jp/im_siggVoMEQFgYvF4NgPlLT9WTWg---x300-y450-q90/amd/20130910-00000000-spnavi-000-0-view.jpg[/img]

    Sortie prématurément du ventre de sa mère avec seulement 1,7kg Megumi Fujii avait été placée immédiatement dans [b]une couveuse à sa naissance et aurait pu perdre la vie à tout moment[/b]. Mais Megumi a lutté pour survivre, le premier grand combat de sa vie, et est devenue une petite fille en pleine santé. A 3 ans, elle commence le judo sous l’influence de son père, 7[sup]ème[/sup] Dan, mais sa nature de gentille fille prend souvent le dessus à tel point qu’elle a refusé un jour de soumettre son adversaire sous prétexte que celle-ci se ferait frapper par son coach en cas de défaite. La petite Megumi, grande amatrice de chats, grandit tout en gardant cette humilité et cette gentillesse qui la caractérise.

    Pour ses études universitaires elle quitte sa ville natale pour s’installer à Tokyo et continue le judo. 3 fois quart de finaliste des championnats japonais de judo universitaire en moins de 52kg, elle doit néanmoins arrêter la pratique de ce sport en même temps que la fin de ses études et resta 3[sup]ème[/sup] Dan. Elle commence alors à travailler dans une agence de management pour les célébrités, une carrière qui n’a pas duré longtemps car l’amour pour les sports de combats était bien plus fort que tout. A 23 ans elle commence [b]le sambo, discipline dans laquelle elle remporte le championnat du Japon 8 années consécutives entre 1998 et 2005[/b] (et 4 fois finaliste du championnat du monde), et obtient en parallèle sa ceinture noire de JJB avec deux championnats du Japon (2002 et 2003) et deux titres de championne aux championnats panaméricains (2004 et 2006).

    [img]http://www2.cdn.sherdog.com/_images/pictures/20110102060931_101230_182052untitled.JPG[/img]

    Mais sa véritable heure de gloire arrive avec la découverte du MMA. Pour ses débuts en août 2004 au Smackgirl, organisation 100% féminine à l’époque, elle s’impose facilement en à peine 40 secondes dans le premier round face à Yumi Matsumoto. Trois mois plus tard elle gagne par décision unanime face à l’une des meilleures combattantes de l’époque, l’américaine Erica Montoya, ancien commentateur éphémère de l’UFC. Dès lors Fujii ne perd aucun combat, devient la coqueluche du public par son style de combat et ses victoires [b](16 victoires dans le premier round, toutes par soumission dont 7 en moins d’une minute !)[/b] au point d’être surnommée « la reine des victoires éclaires ». Un surnom parmi d’autres plus affectueux comme [b]« Fujimegu »[/b] mais celui qu’elle affectionnera en particulier est [b]« Mega Megu »[/b], attribué par son grand ami Josh Barnett. Smackgirl, Shooto, Bodog Fight, Jewels… les organisations s’enchainent et Fujii accumule les victoires ce qui lui vaut d’être considérée en 2009 et 2010 comme étant la [b]« Pound for Pound » féminin[/b] (meilleure combattante toutes catégories confondues) par divers médias spécialisés. Normal à l’époque avec sa vingtaine de victoires consécutives (et aucune défaite) dont 3 seulement à la décision.

    Un peu moins de réussite en kickboxing avec une défaite pour son seul combat en Shootboxing mais peu importe, en contrepartie Fujii termine 3[sup]ème[/sup] de l’ADCC en 2005 (-60kg défaite face à Kyra Gracie en demi-finale) et 2007 (-55kg) et remporte également deux fois le Smackgirl Grappling Queen Tournament en 2006 et 2007 ; ses seules titres en professionnel.

    [media]http://www.youtube.com/watch?v=iVCI2Jgu0zU[/media]

    Mais à la fin de l’année 2009 le doute s’installe : les principales organisations japonaises de MMA disparaissent. Les combattantes peinent à exprimer leurs talents d’autant plus que les grosses écuries comme le DREAM ou l’UFC étaient réticents aux combats féminins. [b]Fujii s’est retrouvé dans une impasse et avoue même avoir songé à tout arrêter[/b]. Mais coup du sort le Bellator, deuxième organisation aux Etats-Unis, la contacte en vue de son tournoi féminin en 115 lbs (52kg). Changement de cap, de continent et direction les Etats-Unis pour Fujii qui effectue une entrée fracassante au Bellator avec une victoire par TKO, la première de sa carrière, sur Sarah Schneider, puis en battant respectivement Carla Esparza (quart de finale) et Lisa Ellis (demi-finale) par clef de bras lors du tournoi féminin. Le public adore son style, sa bonne humeur et... sa tablette de chocolat abdominale. En finale Fujii est logiquement donnée favorite face à Zoila Frausto mais trop grosse pression ou stratégie payante de son adversaire qui lui assène dès le premier round un high kick sur le visage. Fujii pousse avec son style toujours aussi agressif mais Frausto résiste et le combat se termine. Décision partagée 2-1 et victoire attribuée à Frausto alors même que les commentateurs du Bellator et une grande partie du public voyaient la victoire de Fujii. La série de 22 victoires consécutives s’est arrêté ce soir d’octobre 2010 sur cette [b]défaite (très) controversée[/b]. Un choc pour bons nombres de fan de MMA.

    Une première défaite qui a été sans aucun doute un tournant de sa carrière mais Fujii ne baisse pas la tête en affirmant que [i]la défaite était dû au fait qu’elle n’a pas été assez forte et que les 5 mois qu’elle a passé pour ce tournoi lui avaient redonné goût pour le MMA[/i], elle qui pensait tout arrêter. Fujii continue de combattre après cette déroute mais malgré ses trois victoires (Emi Fujino, Mika Nagano et Karla Benitez) seule la dernière a été par soumission, sa marque de fabrique. Mai 2012, retour au Bellator pour affronter dans un combat sans titre l’américaine Jessica Aguilar et nouvelle défaite, la deuxième de sa carrière, mais cette fois-ci sans conteste par décision unanime. Fujii a 38 ans et sa combativité n’est plus comme avant et songe de plus en plus à sa retraite sportive.

    [media]http://www.youtube.com/watch?v=23QcDMTOaV0[/media]

    Mais avant cela, le 24 décembre 2012, au Vale Tudo Japan 1, elle affronte l’autre meilleure combattante japonaise du moment, Mei Yamaguchi pour une victoire par décision unanime à l’issue d’un combat considéré comme le meilleur de l’event. Au final [b]Megumi Fujii n’aura jamais perdu contre une combattante japonaise[/b] et confirme au moins qu’elle était la meilleure dans son pays. Mais voilà un jour vient le temps où il faut savoir dire stop, de raccrocher les gants et de passer à une nouvelle étape de la vie après qu’on ait tout donné sur un ring ou dans une cage, qu’on a eu la carrière et la reconnaissance que l’on mérite. Lors de l’entracte du Vale Tudo Japan 2, Fujii fait une apparition dans la cage pour annoncer qu’elle effectuerait le dernier combat de sa carrière lors du Vale Tudo Japan 3, à la grande surprise des fans. La suite malheureuse on la connait… Mais personne ne lui en voudra, même son adversaire, Jessica Aguilar, a déclaré qu’elle ne méritait pas la victoire. Un sentiment d’inachevé restera probablement pour une meilleure fin de carrière que [b]cette pionnière du MMA féminin[/b] aurait méritée.

    Mais [b]Megumi Fujii[/b] restera une combattante dans l’âme, elle qui connait l'importance de la vie et qui se réjouit à tout moment d’avoir pu grandir en bonne santé et d’être devenue forte. La plus forte.


    [b]Bonus 1: Le combat Megumi Fujii VS Jessica Aguilar[/b]

    [media]http://www.youtube.com/watch?v=O5Ikv9r1eYc[/media]

    [b]Bonus 2: La cérémonie de retraite de Fujii.[/b]

    [media]http://www.youtube.com/watch?v=E8AiqM-kQxI[/media]

    -----------------------------------------

    Par Akira « Kappa » Hattori
    Twitter : akirakappa
    Mail : akira (a) ikusa.fr
  25. J
    Kappa a reçu une réaction de Karaml357 pour a article, Merci Megumi Fujii !   
    Megumi Fujii, l'une de meilleures combattantes de MMA a tiré sa révérence le 5 octobre dernier à l'issu de son dernier combat. Retour en exclusivité sur sa vie et sa formidable carrière.

    [img]http://www1.cdn.sherdog.com/_images/pictures/20110720023335_110709212627.JPG[/img]

    Passer à deux doigts de la victoire. Ironiquement c’est sur cette note malheureuse et que [b]Megumi Fujii[/b] a mis un terme à sa carrière de combattante le 5 octobre dernier lors du Vale Tudo Japan 3, un événement presque organisé juste pour célébrer [b]son formidable palmarès (26 victoires et 3 défaites)[/b]. Mais voilà son adversaire Jessica Aguilar lui a malencontreusement et involontairement mis le doigt dans l’œil, dans le sens propre du terme. Deux « Eye Poke »qui égratignent la cornée de l’œil droit de Fujii, saignement, vérification du docteur et arrêt du combat entre le deuxième et le dernier round. Cinq dernières minutes qui n’auront jamais lieu, faute à pas de chance. Pourtant Fujii aurait pu remporter cette victoire si elle avait arrêté lors de la vérification de l’œil au premier round, mais la passion du MMA et sa volonté de combattre pour ses fans étaient tellement fortes qu’[b]elle a insisté pour continuer contre l'avis des médecins[/b], hélas.

    Une combattante hors norme qui part sur une défaite amère que personne n’arrive encore à digérer. Car Fujii était incontestablement la plus grande combattante que le MMA ait connue, bien avant que les Ronda Rousey, Gina Carano ou Cristiane Cyborg. Pourtant rien ne destinait Fujii à une si grande carrière, si ce n’est qu’elle a toujours été une combattante née, aussi bien sur un ring, une cage, un tatami ou dans sa vie.

    [img]http://amd.c.yimg.jp/im_siggVoMEQFgYvF4NgPlLT9WTWg---x300-y450-q90/amd/20130910-00000000-spnavi-000-0-view.jpg[/img]

    Sortie prématurément du ventre de sa mère avec seulement 1,7kg Megumi Fujii avait été placée immédiatement dans [b]une couveuse à sa naissance et aurait pu perdre la vie à tout moment[/b]. Mais Megumi a lutté pour survivre, le premier grand combat de sa vie, et est devenue une petite fille en pleine santé. A 3 ans, elle commence le judo sous l’influence de son père, 7[sup]ème[/sup] Dan, mais sa nature de gentille fille prend souvent le dessus à tel point qu’elle a refusé un jour de soumettre son adversaire sous prétexte que celle-ci se ferait frapper par son coach en cas de défaite. La petite Megumi, grande amatrice de chats, grandit tout en gardant cette humilité et cette gentillesse qui la caractérise.

    Pour ses études universitaires elle quitte sa ville natale pour s’installer à Tokyo et continue le judo. 3 fois quart de finaliste des championnats japonais de judo universitaire en moins de 52kg, elle doit néanmoins arrêter la pratique de ce sport en même temps que la fin de ses études et resta 3[sup]ème[/sup] Dan. Elle commence alors à travailler dans une agence de management pour les célébrités, une carrière qui n’a pas duré longtemps car l’amour pour les sports de combats était bien plus fort que tout. A 23 ans elle commence [b]le sambo, discipline dans laquelle elle remporte le championnat du Japon 8 années consécutives entre 1998 et 2005[/b] (et 4 fois finaliste du championnat du monde), et obtient en parallèle sa ceinture noire de JJB avec deux championnats du Japon (2002 et 2003) et deux titres de championne aux championnats panaméricains (2004 et 2006).

    [img]http://www2.cdn.sherdog.com/_images/pictures/20110102060931_101230_182052untitled.JPG[/img]

    Mais sa véritable heure de gloire arrive avec la découverte du MMA. Pour ses débuts en août 2004 au Smackgirl, organisation 100% féminine à l’époque, elle s’impose facilement en à peine 40 secondes dans le premier round face à Yumi Matsumoto. Trois mois plus tard elle gagne par décision unanime face à l’une des meilleures combattantes de l’époque, l’américaine Erica Montoya, ancien commentateur éphémère de l’UFC. Dès lors Fujii ne perd aucun combat, devient la coqueluche du public par son style de combat et ses victoires [b](16 victoires dans le premier round, toutes par soumission dont 7 en moins d’une minute !)[/b] au point d’être surnommée « la reine des victoires éclaires ». Un surnom parmi d’autres plus affectueux comme [b]« Fujimegu »[/b] mais celui qu’elle affectionnera en particulier est [b]« Mega Megu »[/b], attribué par son grand ami Josh Barnett. Smackgirl, Shooto, Bodog Fight, Jewels… les organisations s’enchainent et Fujii accumule les victoires ce qui lui vaut d’être considérée en 2009 et 2010 comme étant la [b]« Pound for Pound » féminin[/b] (meilleure combattante toutes catégories confondues) par divers médias spécialisés. Normal à l’époque avec sa vingtaine de victoires consécutives (et aucune défaite) dont 3 seulement à la décision.

    Un peu moins de réussite en kickboxing avec une défaite pour son seul combat en Shootboxing mais peu importe, en contrepartie Fujii termine 3[sup]ème[/sup] de l’ADCC en 2005 (-60kg défaite face à Kyra Gracie en demi-finale) et 2007 (-55kg) et remporte également deux fois le Smackgirl Grappling Queen Tournament en 2006 et 2007 ; ses seules titres en professionnel.

    [media]http://www.youtube.com/watch?v=iVCI2Jgu0zU[/media]

    Mais à la fin de l’année 2009 le doute s’installe : les principales organisations japonaises de MMA disparaissent. Les combattantes peinent à exprimer leurs talents d’autant plus que les grosses écuries comme le DREAM ou l’UFC étaient réticents aux combats féminins. [b]Fujii s’est retrouvé dans une impasse et avoue même avoir songé à tout arrêter[/b]. Mais coup du sort le Bellator, deuxième organisation aux Etats-Unis, la contacte en vue de son tournoi féminin en 115 lbs (52kg). Changement de cap, de continent et direction les Etats-Unis pour Fujii qui effectue une entrée fracassante au Bellator avec une victoire par TKO, la première de sa carrière, sur Sarah Schneider, puis en battant respectivement Carla Esparza (quart de finale) et Lisa Ellis (demi-finale) par clef de bras lors du tournoi féminin. Le public adore son style, sa bonne humeur et... sa tablette de chocolat abdominale. En finale Fujii est logiquement donnée favorite face à Zoila Frausto mais trop grosse pression ou stratégie payante de son adversaire qui lui assène dès le premier round un high kick sur le visage. Fujii pousse avec son style toujours aussi agressif mais Frausto résiste et le combat se termine. Décision partagée 2-1 et victoire attribuée à Frausto alors même que les commentateurs du Bellator et une grande partie du public voyaient la victoire de Fujii. La série de 22 victoires consécutives s’est arrêté ce soir d’octobre 2010 sur cette [b]défaite (très) controversée[/b]. Un choc pour bons nombres de fan de MMA.

    Une première défaite qui a été sans aucun doute un tournant de sa carrière mais Fujii ne baisse pas la tête en affirmant que [i]la défaite était dû au fait qu’elle n’a pas été assez forte et que les 5 mois qu’elle a passé pour ce tournoi lui avaient redonné goût pour le MMA[/i], elle qui pensait tout arrêter. Fujii continue de combattre après cette déroute mais malgré ses trois victoires (Emi Fujino, Mika Nagano et Karla Benitez) seule la dernière a été par soumission, sa marque de fabrique. Mai 2012, retour au Bellator pour affronter dans un combat sans titre l’américaine Jessica Aguilar et nouvelle défaite, la deuxième de sa carrière, mais cette fois-ci sans conteste par décision unanime. Fujii a 38 ans et sa combativité n’est plus comme avant et songe de plus en plus à sa retraite sportive.

    [media]http://www.youtube.com/watch?v=23QcDMTOaV0[/media]

    Mais avant cela, le 24 décembre 2012, au Vale Tudo Japan 1, elle affronte l’autre meilleure combattante japonaise du moment, Mei Yamaguchi pour une victoire par décision unanime à l’issue d’un combat considéré comme le meilleur de l’event. Au final [b]Megumi Fujii n’aura jamais perdu contre une combattante japonaise[/b] et confirme au moins qu’elle était la meilleure dans son pays. Mais voilà un jour vient le temps où il faut savoir dire stop, de raccrocher les gants et de passer à une nouvelle étape de la vie après qu’on ait tout donné sur un ring ou dans une cage, qu’on a eu la carrière et la reconnaissance que l’on mérite. Lors de l’entracte du Vale Tudo Japan 2, Fujii fait une apparition dans la cage pour annoncer qu’elle effectuerait le dernier combat de sa carrière lors du Vale Tudo Japan 3, à la grande surprise des fans. La suite malheureuse on la connait… Mais personne ne lui en voudra, même son adversaire, Jessica Aguilar, a déclaré qu’elle ne méritait pas la victoire. Un sentiment d’inachevé restera probablement pour une meilleure fin de carrière que [b]cette pionnière du MMA féminin[/b] aurait méritée.

    Mais [b]Megumi Fujii[/b] restera une combattante dans l’âme, elle qui connait l'importance de la vie et qui se réjouit à tout moment d’avoir pu grandir en bonne santé et d’être devenue forte. La plus forte.


    [b]Bonus 1: Le combat Megumi Fujii VS Jessica Aguilar[/b]

    [media]http://www.youtube.com/watch?v=O5Ikv9r1eYc[/media]

    [b]Bonus 2: La cérémonie de retraite de Fujii.[/b]

    [media]http://www.youtube.com/watch?v=E8AiqM-kQxI[/media]

    -----------------------------------------

    Par Akira « Kappa » Hattori
    Twitter : akirakappa
    Mail : akira (a) ikusa.fr

© IKUSA 2003 - 2017 tous droits réservés

×