Aller au contenu

L' annuaire des clubs est de retour, il ne reste plus qu'aux clubs à en faire la promotion, c'est simple, rapide et gratuit. Alors parlez-en dans vos clubs.

En savoir plus.

  • Nos choix

  • Le Jiu Jitsu peut changer le monde


    One Jiu-Jitsu
    Bonjour à tous, je lisais un article sur le site [url="http://jiujitsubrotherhood.com"]jiujitsubrotherhood.com[/url], écrit par [b]Nick Gregoriades[/b], ceinture noire de Roger Gracie, et je l'ai trouvé tout simplement excellent. Je suis complètement d'accord avec cet article, c'est pourquoi j'ai souhaité le traduire pour que tout le monde puisse en profiter. N'hésitez pas à partager votre opinion.

    [size="5"][b]Le Jiu Jitsu peut changer le monde[/b][/size]
    [i]Par Nicolas Gregoriades[/i]

    En regardant notre monde et son histoire, on peut remarquer que chaque lutte vient de la division. Guerre, préjugé, fanatisme, racisme – toutes ces maladies sociales qui nécessitent que leurs participants partagent la même fausse croyance : « tu es différent de moi ».

    Malgré le fait que les arts martiaux aient été créés et développés comme outils de guerre, dans leur évolution ils ont remplacé leur objectif initial et sont devenus des moyens de coopération et fraternité. Après ses combats, Genki Sudo, un des meilleurs combattants de la première génération du MMA, arborait une bannière disant : « WE ARE ALL ONE » (approximativement - Nous sommes tous qu’un). Il met en avant le principe primaire du mysticisme oriental – que chaque personne et toute chose sont connectées au niveau intrinsèque. Je crois que le Jiu Jitsu et les arts martiaux peuvent changer le monde, et qu’ils le feront en développant la conscience de cette interconnexion.

    J’ai vu de nombreux exemples de cette conscience pendant mon propre voyage dans les arts martiaux

    [b]Fraternité[/b]

    Il y a quelques années, quand je suis arrivé à Londres, j’ai rencontré l’un de mes meilleurs amis pour la première fois. Je suis un Sud Africain blanc de descendant Grec. Il est français, noir, des Antilles, ses grands parents ayant été amené à cause de l’esclavage. En surface, on ne pouvait pas être plus différent! Quand j’ai été présenté à Antony à l’académie Roger Gracie en 2004, il parlait très peu anglais et moi encore moins le français. Mais nous comprenions tous deux le Jiu Jitsu. Ca a détruit toutes les barrières qui auraient pu se dresser entre nous. C’est à travers cet art que notre amitié est née. Aujourd’hui, je le considère comme mon frère, quelqu’un à qui je confierais ma vie.

    A l’académie où j’enseigne, je tourne avec des gens qui viennent de Pologne, France, Canada, Croatie, Japon, Maroc et bien d’autres encore. Il faut l’admettre, Londres est une partie du monde très cosmopolite, mais je n’ai jamais rencontré d’autre institution ici ou ailleurs qui propose une telle diversité de nationalités, professions et culture que le Dojo. Des banquiers millionnaires qui tournent avec des éboueurs. Des champions du monde de Grappling qui s’entraînent avec des professeurs des écoles. Des musulmans qui apprennent aux cotés de Chrétiens. Sur le tapis, tous les stéréotypes et catégories s’effacent, et la camaraderie se développe.

    Les arts martiaux lient les gens. Le Jiu Jitsu s’est exporté initialement du Japon au Brésil et continue de se propager dans chaque endroit du globe. C’est un reflet de la nature de plus en plus globale et connectée de notre monde. Personnellement, je sais que je peux aller presque n’importe où dans le monde, Tokyo ou Buenos Aires, et tout ce que j’ai à faire est de trouver une académie locale de Jiu Jitsu. Là-bas je trouverais certainement un accueil chaleureux et un nouveau groupe d’amis. C’est de mon expérience que j’affirme que chaque pratiquant d’art martial ressent la même chose.

    Le Jiujitsuka réalise que le concept de « ton pays » et « mon pays » est dépassé, tout comme l’idée de « moi » contre « toi ». Tes partenaires d’entraînement et adversaires en compétition ne sont pas des gens qui sont en concurrence avec toi, ce sont des individus qui t’aide dans ton expérience de la vie et à apprendre sur toi-même.

    [b]Empathie et Humilité[/b]

    A travers le Jiu Jitsu, j’ai finalement compris que je ne suis pas différent des autres. Pas meilleur, pas pire. Les différences de taille, force et niveau technique, et les concepts de duels comme gagner ou perdre, nourrissent cette illusion de séparation. Certaines personnes seront forcément plus habiles que toi, et tu le seras certainement plus que d’autres. Mais dessous cette carapace physique, l’esprit interconnecté est général, et c’est là que nous sommes tous similaires. Le Jiu Jitsu et autres arts martiaux intenses physiquement peuvent nous aider à comprendre cela parce qu’ils exposent durement les limitations, et finalement, la mortalité de notre corps physique.

    Sur le tapis, nous avons tous fait face à notre propre faiblesse, et surpris par nos forces. L’être humain passe par une gamme complète de capacité physique, du berceau jusqu’à la tombe. Le voyage d’un pratiquant d’art martial est similaire. Comme un enfant, l’élève débutant est peu habile et n’a que très peu de connaissance. En route vers l’âge adulte, le corps de l’enfant grandit et développe sa conscience et sa force. De la même façon, à travers l’entraînement et l’expérience, le pratiquant d’art martial gagne en technique, compétences et capacités. Et à la fin, en vieillissant, les deux se dirigent vers un déclin de capacité et de forme physique.

    Dans une expression réduite et microcosmique d’une vie humaine, le pratiquant d’art martial expérimente ses vulnérabilités et capacités à chaque fois qu’il entre sur le tatami. Elles sont souvent confrontées dans leur état le plus viscéral et primaire. Les plus talentueux et forts gagnent en humilité face à des opposant supérieurs d’âge avancé. Les plus faibles et timides se surprennent eux-mêmes de leurs actes de courage. Quand tu partages ces expériences avec tes partenaires d’entraînement, un lien est formé entre toi et ton semblable. A travers le Jiu Jitsu, on peut arriver à réaliser que nous ne sommes tous qu’un (« We Are All One »).

    Alors la prochaine fois que tu es à ton académie, accorde autant de respect au débutant qu’à ton maître ceinture noire. Rappelle toi que, comme le monde lui-même, ils sont les miroirs de ton âme.

    [i]Nicolas Gregoriades, Londres, Septembre 2009.[/i]

    [b]Traduction par Vincent N. (BJJ Spirit), pour ikusa.fr[/b]

    {parse block="dossierjjb"}


    Retour utilisateur

    Commentaires recommandés



    Créer un compte ou se connecter pour commenter

    Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

    Créer un compte

    Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

    Créer un nouveau compte

    Se connecter

    Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

    Connectez-vous maintenant




© IKUSA 2003 - 2017 tous droits réservés

×