Jump to content

Archived

This topic is now archived and is closed to further replies.

Kappa

Résultats du ONE FC: A New Era (31/03/2019)

Recommended Posts

Voici les résultats du ONE FC: A New Era qui a eu lieu aujourd'hui, 31 mars 2019, au Ryogoku Stadium de Tokyo. Il s'agissait du premier event de l'organisation singapourienne qui pour le coup avait mis le paquet avec pas moins de 4 combats pour le titre ainsi que des combats du tournoi Fly Weight (-61,2kg) et Light Weight (-77,1kg) avec respectivement les débuts des anciens combattants de l'UFC, Demetrious Johnson et Eddie Alvarez.

Dz7IlB7W0AArVfD.jpg:large

1) MMA Light Weight (-77,1kg) Superfight: Chang Min Yoon bat Bala Shetty par Soumission (Rear Naked Choke) au 1er Round en 4'13"
2) Muay Thaï Bantam Weight (-65,8kg) Superfight: Panicos Yusuf bat Mohammed Bin Mahmoud par décision 3-0
3) MMA Feather Weight (-70,3kg) Superfight: Garry Tonon bat Anthony Engelen par TKO (GnP) au 1er Round en 4'12"
4) MMA Atom Weight (-52,5kg) féminin: Mei Yamaguchi bat Kseniya Lachkova par Soumission au 3ème Round en 3'18"
5) Kickboxing Fly Weight (-61,2kg) Superfight: Joseph Lasiri bat Hiroki Akimoto par décision 2-0
6) Muay ThaÏ Fly Weight (-61,2kg) Superfight: Rodtang Jitmuangnon bat Hakim Hamech par décision 2-1 
7) MMA Fly Weight (-61,2kg) GP 1/4 Finale: Kairat Akhmetov bat Reece McLaren par décision 3-0  
.8) MMA Fly Weight (-61,2kg) GP 1/4 Finale: Danny Kingad bat Senzo Ikeda par décision 3-0
9) Kickboxing Superfight -72,0kg: Yodsenklai Fairtex bat Andy Souwer par KO au 2ème Round en 0'50"
10) MMA Light Weight (-77,1kg) GP 1/4 Finale: Timofey Nastyukhin bat Eddie Alvarez par KO au 1er Round en 4'05"
11) MMA Fly Weight (-61,2kg) GP 1/4 Finale: Demetrious Johnson bat Yuya Wakamatsu par Soumission (Guillotine Choke) au 2ème Round en 2'14"
12) MMA Bantam Weight (-65,8kg) Championship: Bibiano Fernandes bat Kevin Bellingon au 3ème Round par Disqualification (coup de coude illégale à l'arrière du crâne de Bibiano qui n'arrive pas à se relever) et remporte le combat. Mais Bibiano n'est pas satisfait de la décision et quitte la cage sans même recevoir la ceinture.
13) MMA Middle Weight (-93,0kg) Championship: Aung La N Sang bat Ken Hasegawa par KO au 2ème Round en 4'41" et conserve sa ceinture Middle Weight du ONE FC
14) MMA féminin Straw Weight (-56,7kg) Championship: Xiong Jing Nan bat Angela Lee par TKO au 5ème Round en 1'39" et conserve sa ceinture Straw Weight féminin du ONE FC
15) MMA Light Weight (-77,1kg) Championship: Shinya Aoki bat Eduard Folayang par Soumission (Arm Triagle Choke) au 1er Round en 2'34" et devient le nouveau champion Light Weight du ONE FC

Share this post


Link to post
Share on other sites

Très content de la victoire de Yod ainsi que celle de Aoki !

Alvarez  était en haut du classement à l'ufc , il arrive au one fc  en tant que star et il se fait descendre comme ça par ko sacré surprise mais c'est ce qui fait la beauté du MMA ...

C'était cool de revoir Demetrious en action , très belle victoire !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mighty mouse est hallucinant, en plus d etre Ultra complet, quelle intelligence tactique, à ce niveau c est pas forcement courant et c est vraiment un plaisir de le voir. 

Alvarez a pris cher le pauvre, il c est fait brutalisé... je sais pas si c est le fait qu il a tjrs été inconstant ou qu il a sous estimé le niveau du One fc.. 

Sinon globalement le one fc n'a parfois rien à envier à l'ufc, leur carte sont parfois peut être moins alléchante sur le papier, enfin question médiatique, mais niveau qualité de combat on est souvent bien servi et le niveau technique est vraiment relevé. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bibano Ferandes a clairement abusé !!! Lui même a mis un paquet de coups derrière la tête et sur 2 coudes litigeux alors qu'il est au dessus (sans trop d'amplitude), il se tient direct la tête.

Je crois surtout qu'il n'a pas réussi à finir le fight quand il le pouvait, et qu'il a trouvé une porte de sortie idéale... Il est plus tout jeune pour ces caté légères, il doit songer à prendre sa retraite.

Sinon globalement, je trouve les combattants asiatique d'un très bon niveau. Mighty mouse n'était pas à la fête non plus dans son combat.

Share this post


Link to post
Share on other sites
à l’instant, Oligator a dit :

Tonon quelle facilité...il s'est même permis de combattre avec son téléphone dans sa ceinture tout le combat (dans son dos)... hallucinant.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Certains combats étaient sympas mais malgré la carte (le meilleur qu'ils auraient pu proposer) le niveau en général n'atteint pas certaines organisations alors que le ONE se prétend être dans la cour des grands. Quand je vois l'adversaire d'Aoki je me dis qu'il (Aoki) a perdu 7 ans au ONE alors qu'il avait le potentiel d'aller à l'UFC et c'est bien dommage. 

Par contre cet event au Japon était une catastrophe au niveau des finances et de la communication.

Je suis parti à la chasse aux infos auprès de mes contacts, voulez-vous que je balance des dossiers ? :14beer:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 11 heures, Kappa a dit :

Certains combats étaient sympas mais malgré la carte (le meilleur qu'ils auraient pu proposer) le niveau en général n'atteint pas certaines organisations alors que le ONE se prétend être dans la cour des grands. Quand je vois l'adversaire d'Aoki je me dis qu'il (Aoki) a perdu 7 ans au ONE alors qu'il avait le potentiel d'aller à l'UFC et c'est bien dommage. 

Par contre cet event au Japon était une catastrophe au niveau des finances et de la communication.

Je suis parti à la chasse aux infos auprès de mes contacts, voulez-vous que je balance des dossiers ? :14beer:

Oui balances nous tes infos kappa😉

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bon allez je balance mais en plusieurs parties parce que résumer tout en un post est assez long et complexe (déjà qu'il y a beaucoup de choses à dire rien que dans cette partie 1, merci à ceux qui prennent le temps de tout lire en ce weekend sans UFC (donc avec du temps libre pour lire ce qui suit 😛 ).

Partie 1: Diviser le MMA japonais (et piquer les stars) pour mieux s'imposer 

Ce premier event au Japon a fait pas mal de mécontents car le ONE FC a essayé de semer la zizanie le MMA japonais en amont.

1) Tout d'abord, fin janvier, le ONE FC signe un accord avec le Shooto pour investir au niveau professionnel et amateur. Ce "partenariat" à sens unique a surtout pour but de "débaucher" les combattants avec du potentiel en leur promettant un salaire et une opportunité de venir à Singapour pour s'entraîner. De même, il prévoit que les champions du Shooto signeront automatiquement un contrat avec le ONE FC pour plusieurs combats. 
Puis en mars c'est au tour du Pancrase d'annoncer la signature d'un partenariat financier de 3 ans avec le ONE FC, avec les mêmes conditions qu'au Shooto concernant les combattants jugés talentueux et également pour les champions qui seront liés automatiquement par une clause d'exclusivité avec le ONE FC.

D'après les informations que j'ai eues, le Shoot et le Pancrase ont trouvé un accord financier d'environ 200 000$-250 000$ pour le financement de 10 à 12 events par an (20 000$ x 10 ou 12 events), une somme largement inférieure à ce que toucherait par exemple Demetrious Johnson pour un seul combat (je parlerai de l'aspect financier dans une autre partie).

Jusque-là le Shooto et le Pancrase autorisaient leurs combattants, et e particulier leurs champions, à signer dans d'autres organisations (UFC, RIZIN, DEEP, KOTC, PXC etc.) mais avec cet accord cela ferme la porte à beaucoup de possibilités, surtout ceux qui visaient le sommet, c'est à dire l'UFC. De ce fait beaucoup de combattants ont exprimé publiquement (ou en privé) leurs mécontentements face à cet accord décidé par les dirigeants du Shooto et du Pancrase sans aucune concertation. Par exemple, aucun sponsor n'imposerait à une organisation d'envoyer automatiquement leurs champions dans une autre organisation sous prétexte qu'ils donnent de l'argent, et encore moins contre l'avis des combattants qui avaient sûrement signé avec ces organisations en espérant pouvoir un jour réaliser le rêve de tout combattant de MMA: rejoindre l'UFC; et non pas le ONE FC (on ne va pas mentir). De plus, une fois qu'un combattant signe un contrat avec une organisation il est difficile de s'en défaire et en interne certains parlent d'une "clause d'esclavage". L'UFC a entendu cette nouvelle et a pris quelques dispositions en faisant signer le combattant Takashi Sato et bientôt Yoshinori Horie, tous deux issus du Pancrase. Le champion Fly Weight du Shooto, Hiromasa Ogikubo, a eu plus de chance car il avait signé avant cet accord un contrat de plusieurs combats avec le RIZIN l'an dernier et ne pourra donc pas rejoindre le ONE FC même en restant champion. Plusieurs combattants commencent à réfléchir sur une rupture de contrat avec le Shooto et le Pancrase mais les organisations qui peuvent les récupérer au Japon sont rares (RIZIN, DEEP, GRACHAN, ZST). Le Shooto et le Pancrase sont passés du côté obscur du ONE FC et la rupture avec les autres organisations (japonaises et américaines) est totale.

2) La grande Lenne Hardt, annonceure vocale légendaire du PRIDE, du DREAM et du RIZIN a publié un message en japonais sur son compte Facebook le 5 Avril, quelques jours après l'event du ONE FC et qui disait:
"Bonjour à tous, au ONE FC ce n'était pas moi qui annonçait les combattants mais quelqu'un d'autre qui imitait mon style"

Et sur Instagram elle est énervée contre cette "contrefaçon" et le fait savoir:

En effet j'avais remarqué en suivant l'event du ONE FC que l'annonceure avait un style similaire de roulement de R mais qu'au niveau de la voix on aurait dit Lenne Hardt enrhumée (et en plus au lieu de son "frrrrom [nom du pays] celle-ci disait "representing [nom du pays]"). En réalité, Lenne Hardt avait reçu une proposition de la part du ONE FC en 2017 pour signer un contrat d'exclusivité avec eux (où elle assurait déjà l'annonce des combats depuis 2012) mais elle refusa. Elle préféra pouvoir exercer son talent dans divers events de MMA au Japon ou ailleurs (elle a déjà assuré l'annonce au Bellator, au Akhmat, au ROAD FC, au Legend FC en Chine, Arzalet Fighting au Kazakhstan entre autres) et par fidélité aux organisateurs du PRIDE qui lui a permis d'acquérir la notoriété (et donc les mêmes que ceux du RIZIN). De ce fait, le ONE FC, vexé, a pris depuis Mai 2017 une autre femme qui repompe le style Lenne Hardt (mais en moins bien car elle est irremplaçable). Cette révélation a mis en rogne pas mal de fans qui ont pris cette action du ONE FC comme une insulte de vouloir imiter cette femme, icône des events de MMA, et surtout ont eu l'impression de s'être fait avoir en croyant que Lenne Hardt faisait les annonces (un peu comme si des gens apprenaient qu'ils étaient allés à un concert et que ce n'était pas en réalité le groupe qui chantait). En attendant, Lenne Hardt fera péter sa voix ce weekend au QUINTET.

3) L'an dernier le RIZIN annonçait un combat Takanori Gomi VS Andy Souwer pour le RIZIN 11 du 29/07/2018. Mais quelques semaines plus tard, Andy Souwer, signe à la surprise générale un contrat exclusifs de 8 combats sur 2 ans avec le ONE FC, délaissant le RIZIN. Certes l'organisation japonaise avait obtenu un accord verbal de Souwer pour ce combat mais n'avait pas signé de contrat (les accords verbaux ont valeur de promesses dans certaines cultures et d'équivalent d'accords signés dans d'autres), de ce fait le ONE FC en a profité pour lui faire signer un contrat écrit. Mais ce n'est pas le seul combattant que le ONE FC tente de chiper au RIZIN car depuis l'an dernier le ONE FC fait le forcing pour certains (le RIZIN fait généralement signer pour un combat à chaque fois, sauf quelques exceptions donc en théories les combattants sont libres) dont RENA et Takanori Gomi (ce dernier pourrait signer avec le ONE FC).

Mais celui que le ONE FC désire par-dessus tout est... Tenshin Nasukawa! En effet, le ONE FC possède une section kickboxing et Muay Thaï qu'il aimerait bien développer d'autant plus que le ONE FC est diffusé en Asie du Sud-Est où le pied-poing est roi, et Nasukawa serait le protagoniste idéal pour représenter le pied-poing et aussi pour pénétrer le marché japonais, compte tenu de sa popularité. Ainsi lors de l'été 2018, le ONE FC a invité Tenshin Nasukawa à venir s'entraîner dans son centre d'entraînement Evolve Gym à Singapour et donner un stage. Mais à l'issue de cette visite, il a été annoncé sur Twitter comme avoir rejoint Evolve et figure même en tant qu'instructeur occasionnel du Gym (???), ce qui est faux (ou exagéré).
https://evolve-mma.com/instructors/tenshin-nasukawa/
Et Evolve Gym figurait même comme sponsor de Nasukawa pour son combat contre Mayweather (deuxième sponsor en haut sur la bannière que la Team déploie derrière le combattant).
maxresdefault.jpg

Bien évidemment Tenshin ne fait pas partie du ONE FC mais ce dernier profite bien de sa notoriété car faute d'avoir pu obtenir sa signature (non seulement Tenshin est sous contrat pour plusieurs combats avec le RIZIN, mais surtout avec l'organisation RISE), l'organisation singapourienne a fait signer le thaïlandais Rodtang Jitmuangnon qui avait mis en grande difficulté Tenshin lors d'une confrontation au Japon. Rodtang devait combattre Tenshin pour le tournoi -59kg du RISE qui a eu lieu le 10 mars dernier mais le ONE FC a mis son veto, prétextant que Rodtang avait un combat prochainement (c'était surtout pour faire chier le RISE même si Rodtang a effectivement combattu le 31 mars au ONE FC au Japon où Tenshin était présent en tant que spectateur). Et après l'event au Japon, le président du ONE FC, Yodchatri Sityodtong a déclaré qu'il envisagerait un Tenshin VS Rodtang 2 si cela était possible sauf qu'il a oublié de mentionner que c'était lui qui a empêché que ce combat se déroule au RISE et que Tenshin n'est pas sous contrat avec le ONE FC. A cette déclaration, le président du RIZIN, Nobuyuki sakakibara, a été un brin plus subtile en affirmant qu'il n'empêchait pas ses combattants d'aller combattre ailleurs si c'est dans une optique de progression mais que Tenshin et le RIZIN sont liés par un contrat et que annoncer publiquement une sollicitation pour leur combattant pouvait au pire aboutir à des problèmes juridiques...

Voila, fin de la partie 1, RDV pour la partie 2 consacrée aux retombées financières.

P.S: @kissifrot a eu la réponse de sa requête dans un autre post ;) 
@Matsuda tu ne l'avais pas vu venir tout ça hein :) 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Partie 2: Les conséquences financières

Pour son premier event au Japon, le ONE FC a mis les bouchées doubles en mettant une carte avec probablement ses meilleurs combattants. Mais combien est ce que cela a rapporté à l'organisation singapourienne?

Oui le ONE FC a le don pour attirer beaucoup d'investisseurs au fil des ans mais d'un autre côté il reste une organisation avec de gros déficits financiers. Comme l'avait souligné le très bon site Bloody Elbow dans une enquête menée l'an dernier (en se procurant les comptes du ONE FC directement auprès de la bourse de Singapour) et que j'avais complété dans un post sur un autre sujet (voir lien ci-dessous), le ONE FC utilise une méthode bien scrupuleuse qui consiste à rembourser les anciens investisseurs avec intérêts grâce aux fonds injectés par les nouveaux investisseurs tout en continuant à attirer d'autres à coup de promesses, en faisant passer le ONE FC comme l'une des plus grandes organisations de MMA du monde (le Président Chatri Sidtyotong a tendance à souvent se comparer à l'UFC dans ses discours). Bref, une méthode à la Bernard Madoff, assez dangereuse lorsque l'on sait que tout le château de carte peut s'écrouler du jour au lendemain si les investisseurs arrêtaient d'injecter les fonds. Ci-dessous les bilans comptables du ONE FC:

Mais revenons à cet event organisé au Japon et les répercussions financières sur le ONE FC. 

1) Les salaires

Ce qui détermine une grande partie des dépenses d'une organisation lors d'un event de MMA est tout d'abord le salaire des combattants. Au ONE FC, les salaires sont très disparates entre les combattants très "privilégiés" et les combattants lambdas (surtout ceux d'Asie du sud-est), ce qui est aussi le cas dans toutes les organisations comme le Bellator où les combattants de l'undercard ne touchent qu'une misère. 

J'ai obtenu une information par une personne bien renseignée qu'Eddie Alvarez avait signé avec le ONE FC pour 2 ans et 6 combats avec une prime de... 900 000$ par combat. En plus de cela il a du signer également pour avoir un rôle d'ambassadeur de l'organisation et une prime à la signature, ce qui lui donc permis de garnir son porte-monnaie. Sinon, quand l'UFC a proposé à Alvarez de signer avec eux un nouveau contrat, la somme suggérée par combat était de 430 000$ + 500 000$ de prime de victoire, soit quasiment la somme qu'il touche au ONE FC même s'il perd. Mais lorsque l'on songe à la richesse de la catégorie Light Weight actuel à l'UFC (Khabib, McGregor, Nate Diaz, Gaethje, Poirier, Cerrone) Alvarez a peut être choisi le bon moment pour partir. 

Et pour Demetrious Johnson je ne connais pas le montant mais c'est sûr et certain qu'il touche autant, voir plus qu'Eddie Alvarez car en plus d'être un nom plus prestigieux (plus de titres défendus), il possède l'avantage d'avoir son entraîneur Matt Hume (l'arbitre américain qui officiait au PRIDE) qui cumule les fonctions de vice-président exécutif et matchmaker du ONE FC, et qui a sûrement dû lui négocier un juteux contrat. De ce fait je pense que Demetrious Johnson doit toucher entre 1M$ et 1,5M$ pour chaque combat.

De ce fait rien que pour ces deux stars qui ont combattu dans cet event, le ONE FC a dû débourser un peu plus de 2M$. A cela il faut ajouter Aoki, un des plus gros salaires du ONE FC depuis 2012 (il doit toucher un salaire à 6 chiffres), et d'autres "privilégiés" qui ont soit signé des contrats d'exclusivités pour plusieurs combats (Souwer, Yodsenklai, Tonon, Rodtang, Bibiano) ou alors sont "appréciés" par le ONE FC (Angela Lee qui appartient à Evolve Gym, le centre d'entraînement du ONE FC, et Wakamatsu car il fait partie de Tribe Tokyo, le gym de Ryo Chonan, qui n'est autre que le représentant du ONE FC au Japon). A titre de comparaison, le birman Aung La N Sang, champion Middle et Light Heavy Weight de l'organisation n'a touché pour cet event que 50 000$ de prime de combat + 50 000$ de prime de victoire

Je pense qu'au total au moins 5M$ ont été dépensés rien que pour les primes attribués au combattants, sans tenir compte bien sûr des frais de transport pour faire venir eux, leur team et les loger pendant une semaine au Japon. 

2) La promotion

La publicité est un élément essentiel pour la promotion d'un event sur un sol étranger, surtout pour la première fois, en vu de marquer son empreinte dans la tête d'un public pas encore familier. Le ONE FC n'a pas dérogé aux règles, d'autant plus que l'organisation est connue pour pratiquer la surenchère dans ses communications quitte à se montrer plus gros qu'il ne l'est. Pour promouvoir son premier event au Japon le ONE FC a dépensé énormément d'argent pour la publicité. Outre le fait qu'il se soit associé avec une entreprise de communication (Kyodo) pour se montrer sur diverses affiches publicitaires, le ONE FC s'est également servi des médias en déboursant des sommes conséquentes. Ici je parlerai uniquement de la forme (les outils médiatiques) plutôt que du fond (la communication promotionnelle) qui fera l'objet de la partie 3.

Tout d'abord il faut savoir que le ONE FC a eu droit à deux retransmissions TV au Japon (3 si on compte celui payant sur l'application portable du ONE FC). Tout d'abord sur une chaîne de TV en ligne, ABEMA TV (visionnable uniquement du Japon) et TV Tokyo, une chaîne locale mais retransmis dans tout le Japon sous différents noms régionaux (un peu à l'image de France 3 qui s'appelle Paris-Ile de France, Auvergne Rhône-Alpes, France 3 Bretagne etc selon le lieu). Autant dire que ce ne sont pas des chaînes de TV majeures. Mais il faut savoir que pour bénéficier d'une diffusion TV il y existe deux possibilités: 
- la chaîne demande à pouvoir diffuser l'event en question en achetant les droits (RIZIN avec Fuji TV par exemple)
- l'event (les organisateurs) achète une case de diffusion à la chaîne TV pour être retransmis
Et dans le cas du ONE FC, ABEMA a retransmis l'intégralité de cet event de 15h30 à 22h en direct (le droit de diffusion est quasiment gratuit) et TV Tokyo a acheté une case de diffusion de 22h54 à 0h18 (soit 84 minutes en 2ème partie de soirée) pour qu'un highlight de l'event soit retransmis. L'avantage avec ABEMA est que, s'agissant d'un Web TV, le nombre de personnes visionnant la chaîne est écrite en haut de l'écran et au total, lors du main event il y avait environ 500 000 streamers (à titre de comparaison, le dernier event du K-1 affichait 4M de téléspectateurs lors du combat principal de Takeru et en face à la même heure le RISE en comptait 1M pour celui de Tenshin). Quant à la diffusion sur TV Tokyo, compte tenu de l'horaire et du peu de public habituellement, l'audience n'a pas du être au beau fixe. Mais pour le peu de retentissement que cela a eu le ONE FC a quand même du verser quelques centaines de milliers de dollars (eh oui même pour une petite chaîne, les 2ème partie de soirée ont un certain coût). A titre d'informations, un dessin animé qui voudrait acheter une case de diffusion de 30 minutes après minuit doit débourser 100 000$ sur une chaîne de la capitale pour tout le mois (4 diffusions).

Depuis que le ONE FC a annoncé la tenue de son premier event au Japon l'an dernier, les sites d'actualité sportives et les sites spécialisés en MMA au Japon n'ont cessé de faire l'éloge de l'organisation et de multiplier les articles, en particulier ces deux derniers mois. Pourtant ces journalistes spécialisés connaissent bien les dessous du rouage de cette organisation et les déficits qu'il cumule. En creusant un peu plus il s'avère que le ONE FC utilise la stratégie du Barter ou Bartering pour mettre les médias de son côté. 

Citation

 

Le Bartering késako? 

Pour faire simple, la stratégie du Bartering consiste en un échange de bons procédés où une entreprise, en l'occurrence ici le ONE FC, finance un média en échange d'une exposition médiatique ou/et d'un espace publicitaire. 

Par exemple le ONE FC demande à un journaliste d'un média A d'acheter pour 10 000 euros de billets pour l'event. En contrepartie, le ONE FC verse 15 000 euros à ce même média pour acheter un espace publicitaire dans leur magazine, pour financer le site internet, ou pour subventionner la publication. 
Au final le média A fait 5 000 euros de bénéfices. En revanche, le ONE FC perd  5 000 euros mais peut déclarer un chiffre d'affaire de 10 000 euros de vente de billets (sans mentionner la dépense de 15 000) dans sa comptabilité. En répétant ce procédé de Bartering, même si le ONE FC est déficitaire (dans ses dépenses), il peut faire croire à une croissance du chiffre d'affaire d'année en année.

Pour les médias, même si les articles du ONE FC ne contribuent à doper les ventes des journaux ou des magazines, rien qu'en écrivant un article sur le ONE FC, ils perçoivent de l'argent. De même pour les sites internet spécialisés, rien qu'en publiant des articles sur le ONE FC l'organisation les rémunère. Donc un business gagnant-gagnant des deux côtés avec le ONE FC qui est assuré d'avoir de bonnes publicités pour l'organisation en plus de pouvoir déclarer un chiffre d'affaire positif, et un moyen pour les médias de s'assurer une rentrée d'argent facile. Même si les articles semblent avoir été écrit en toute impartialité, il y a dessous un certain parti pris et une publicité cachée pour exposer davantage le ONE FC.

 

Attention, ce système de Bartering est monnaie courante dans le monde de la publicité donc l'initiative en soi n'est pas à blâmer. En revanche, le problème réside dans le fait que 66% du chiffre d'affaire du ONE FC provient du Bartering. Cela veut dire que même si le ONE FC déclare par exemple 1M$ de chiffre d'affaire pour l'année, en réalité il ne réalise que 340 000$ de chiffre d'affaire propre car sur les 660 000$ gagnés grâce aux médias, se cachent des dépenses beaucoup plus importantes derrière.

Ce système de Bartering du ONE FC, ainsi que certains chiffres ont été dévoilés par l'enquête de Bloody Elbow sur les finances de l'organisation singapourienne et que les transactions pour le Bartering en 2017 étaient de 10 747 348$.
Source: https://www.bloodyelbow.com/2018/10/17/17976862/one-championship-look-finances-mma-one-fc-losses

Et donc le ONE FC a versé des sommes assez conséquentes à plusieurs médias (surtout internet) pour faire sa promotion et est même allé jusqu'à ressusciter un célèbre magazine japonais de sport de combatGONKAKU, (avec 25 pages sur 180 consacrées au ONE FC) dont la publication était suspendu depuis deux ans en raison de la crise qui touche l'édition papier. L'éditeur dudit magazine a publié en plus de cela un numéro spécial consacré au ONE FC avec interview du président, des combattants, des agents et tout pour vanter les mérites de l'organisation, sûrement un échange de bon procédé avec un "sponsoring" conséquent pour remettre le magazine à flot.

D'ailleurs les sites internet spécialisés vantant la "réussite" de l'event fleurissent depuis la semaine dernière, ce qui suggère des grosses dépenses financières de la part du ONE FC (au moins 1M$ à 2M$) en cumulant tous les médias (TV, internet, magazine).

3) Les bénéfices

Assez parlé des dépenses engendrés par le ONE FC et passons aux recettes engendrés par le ONE FC pour cet event. Les revenus d'un event de MMA sont généralement déterminés par:
- les revenus TV (publicités)
- la vente des billets et du merchandising
- le sponsoring
Comme mentionné plus haut, le ONE FC a offert les droits de diffusion à ABEMA TV pour bénéficier d'une exposition au Japon et a acheté la case de diffusion à Tokyo TV pour une somme importante, ce qui fait qu'il n'y a aucune recette sur ce point. 

Concernant la vente des billets, il faut savoir que le ONE FC avait loué le Ryogoku Kokugikan, la salle où se déroule les grands tournois de sumo sur Tokyo et qui peut possède une capacité de 11 000 spectateurs. Mais il s'avère que le ONE FC, sachant qu'il ne pourrait pas remplir la salle, a distribué un nombre important d'invitations, même pour les places les plus chers, donnant même plusieurs tickets à des combattants du Pancrase et du Shooto et des journalistes pour qu'ils viennent assister à plusieurs et faire croire que la salle était bien remplie. J'ai des amis qui n'ont eu aucun mal à obtenir ces invitations gratuitement, dont un qui a bénéficié d'une place à 400 euros pas loin de la cage. Et d'après leurs dires, la salle était assez remplie mais il y a eu tellement d'invitations distribués que les places qui se sont réellement vendus doivent tourner aux alentours des 2000 à 3000 tickets sur les 9000 places. Et, de ce fait les bénéfices liés à la billetterie doivent tourner autour des 300 000$. En tout cas les organisateurs ont été fiers d'annoncer que l'event a fait "salle comble".

Concernant les sponsors, généralement lorsque l'on jette un coup d'oeil sur le ring ou la cage on aperçoit les noms des sponsors majeurs inscrits sur le sol ou alors sur les poteaux qui structurent les cages. Or en observant la cage de cet event on note la présence en grand de Tokyo TV et ABEMA TV, mais comme dit précédemment, ce sont des partenaires diffuseurs et non des sponsors financiers, ainsi que le nom d'un gym chinois, Sitebeat.com (élaboration de sites internet), Fairtex et d'autres sociétés qu'on n'arrive pas à distinguer clairement (Global Citizen). En somme, les sponsors n'ont pas eu l'air de se bousculer au portillon pour soutenir l'event du ONE FC, en tout cas très peu d'entreprises japonaises. De ce fait sur le point du sponsoring le ONE FC n'a pas gagné beaucoup.

Ainsi l'event n'a pratiquement pas engendré de recettes au ONE FC, si l'on compte par exemple le tarif de location du Ryogoku ou encore le paiement de la boîte de sécurité (mise en place de détecteurs de métaux, ce qui a beaucoup surpris les japonais car il n'y a jamais de fouilles à l'entrée d'un event de MMA). 

4) Bilan, positif ou négatif?

Mais à quoi cela à servi d'avoir autant de déficit sur un event, surtout en proposant une carte pareil et en ramenant les plus grandes stars que l'organisation comptait? 
Petit récapitulatif:
- Le ONE a dépensé des millions pour les salaires des combattants, 5M$ environ
- A utilisé le système de Bartering pour payer les médias (TV, internet et magazine), au moins 1M$
- N'a pratiquement généré aucun bénéfice sur son event
Si on ajoute à cela les autres frais (location de la salle, les allers-retours pour les conférences de presse, les frais réels, la rémunération des responsables du ONE FC au Japon etc.) on peut estimer que le ONE FC a dépensé près de 7,5M$ pour cet event au Japon, tandis que les bénéfices ne doivent pas atteindre les 500 000$.

Dans l'histoire du MMA il semblerait qu'une telle perte financière soit un record sur un seul event et creuse encore plus le déficit du ONE FC qui s'élevait l'an dernier à 69M$ (l'UFC avant de remonter la pente avec le TUF était à 44M$ de déficit). Cependant, ces pertes ont vite été comblés par l'argent injecté par les différents investisseurs (dont un investissement de 166M$ l'an dernier, d'après eux).

Le ONE FC savait depuis le début qu'il ne réussirait pas à faire de bénéfices sur cet event et était prêt à tout miser quitte à avoir un gros déficit car l'objectif de l'organisation basée à Singapour est en fait d'attirer de nouveaux investisseurs qui miseront leurs fonds sur le ONE FC. Et quoi de mieux pour persuader qu'une vitrine comme montrer qu'ils ont pu organiser un event au Japon, avec des noms prestigieux, et retransmis sur deux chaînes TV et avec toute l'exposition médiatique qu'ils ont eu sur internet et dans les magazines (sans mentionner les dessous analysés dans cette partie 2).

Car oui, la finalité du ONE FC sur le court terme est de monter sa valeur marchande et espérer se faire racheter un jour par un gros repreneur. D'ailleurs dans le milieu du MMA, une rumeur prétend que le président du ONE FC aurait proposé à l'UFC de racheter l'organisation pour 2,5 Milliards $ (+prise en charge des dettes du ONE FC) mais Dana White lui a rit au nez et a coupé court à la discussion, estimant que le ONE FC ne valait pas autant (l'UFC a été racheté par WME-IMG pour 4,2 Milliards $). Mais à un tel prix il est difficile d'envisager un repreneur pour le ONE FC, surtout dans le milieu du MMA.

Merci d'avoir tout lu jusqu'à la fin, la partie 3 sera consacrée à la communication du ONE FC.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, Kappa a dit :

Merci d'avoir tout lu jusqu'à la fin, la partie 3 sera consacrée à la communication du ONE FC.

Vu les infos que tu nous donne ça sent vraiment pas bon pour la survie du ONE FC. Allez Kappa dit que tu roules pour le RiZiN 😉.

D'un autre coté, les Japonnais font beaucoup de connerie et continu avec le RiZiN (ex:  Money Mayweather pour une histoire d'ego). Entre le K-1, le Pride, le Sengoku, le Dream question finance peu mieux faire...

Gagner de l'argent dans le sport de mon point de vue est impossible, alors le MMA... Toute l’économie est basé sur des investisseurs/pubs et non sur les billets vendu PPV ou gradin.

L'ufc a juste réussi un tour de Maitre en créant le fightpass qui leur a permis de mettre la mains sur le MMA américain et même mondial. Pareil pour le PP ou beaucoup d'orga passe par ce media. C'est coup de maitre qui pèse et qui va continuer à peser lourds sur les retransmissions. A mon avis ça les a sauvé de la banqueroute.

L'ufc ne ce fait pas chier, ils ont leur plateforme et les orga viennent leur manger dans la mains. Ils ne sont pas sorti de Saint-cyr mais la culture américaine fait qu'il sente toujours les bons coup avant les autres et il n’hésite pas a mettre les moyens pour y réussir.  Les américains sont déjà en 3.0 alors que certains pays sont encore en WAP (ex France).

L'amerique a cette capacité a prendre toujours le train en marche. En France on ce demande encore si il faut légaliser le MMA ! Quant il vont ouvrir les vannes en France, les prometteurs vont naturellement ce tourner vers le fightpass pour les retransmissions. Et ce serrais complétement logique financierement et pour l'exposition mediatique. Qui va pleurer C+, L'equipe TV, drahi...

Ce type de plateforme sera incontournables dans quelques années (fightpass, netflix..) et ils vont bouffer le marché si ce n'est pas déjà le cas.

Le fightpass peux retransmettre dans quelques années du foot Européen qui sait ? Quant aux pays Européens ils seront toujours sur le brexit !

Je tiens a préciser que je suis a du tout pro amerloque, je ne fait que constater.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 07.04.2019 à 04:53, Kappa a dit :

La grande Lenne Hardt, annonceure vocale légendaire du PRIDE, du DREAM et du RIZIN a publié un message en japonais sur son compte Facebook le 5 Avril, quelques jours après l'event du ONE FC et qui disait:
"Bonjour à tous, au ONE FC ce n'était pas moi qui annonçait les combattants mais quelqu'un d'autre qui imitait mon style"

J'ai regarder l'event et je me suis posé la question, le style y etait la mais pas la voix !

Alors la je ne vais pas être pote avec le ONE FC, c'est un sacrilège.

On ne peux pas faire cela a cette icône, un scandale. En plus ils font ça au Japon quel HONTE !

Super combat du Mighty Mouse avec une réel opposition. Je ne souvient pas qu'il est eu un combat aussi difficiles sur ces dernières années a l'ufc. Je suis fan cette catégorie et rien que pour cela je vais suivre le ONE attentivement. Quel intensité avec des transitions de ouf. 😀

Déçu par la perf d'Eddie, il s'est fait manger par la pression de événement et par les parpaings de l’École Russes.

Super content pour Shinya qui a fait le taf comme dans les plus grandes années.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 05.04.2019 à 18:20, Kappa a dit :

Certains combats étaient sympas mais malgré la carte (le meilleur qu'ils auraient pu proposer) le niveau en général n'atteint pas certaines organisations alors que le ONE se prétend être dans la cour des grands. Quand je vois l'adversaire d'Aoki je me dis qu'il (Aoki) a perdu 7 ans au ONE alors qu'il avait le potentiel d'aller à l'UFC et c'est bien dommage. 

Par contre cet event au Japon était une catastrophe au niveau des finances et de la communication.

Je suis parti à la chasse aux infos auprès de mes contacts, voulez-vous que je balance des dossiers ? :14beer:

Je te trouve bien dur avec l'adversaire d'Aoki, qui l'avait d'ailleurs déjà battu par tko. C'était donc une revanche pour Aoki, et  il a pris pas mal de coups au début du combat !!!

Moi à l'inverse, je trouve le niveau du One fc très bon, aussi bien en kick boxing qu'en mma. 

Alvarez qui était bien classé à été complètement dominé du début à la fin de son combat. 

Demetrious Johnson n'a pas déroulé comme il a l'habitude de le faire. Ces combattants américains permettent justement de jauger le niveau, qui n'est pas aussi mauvais que certains combats pour le titre one fc ont pu laisser croire (exemple Kadestam).

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, strikeufc a dit :

Je te trouve bien dur avec l'adversaire d'Aoki, qui l'avait d'ailleurs déjà battu par tko. C'était donc une revanche pour Aoki, et  il a pris pas mal de coups au début du combat !!!

Moi à l'inverse, je trouve le niveau du One fc très bon, aussi bien en kick boxing qu'en mma. 

Alvarez qui était bien classé à été complètement dominé du début à la fin de son combat. 

Demetrious Johnson n'a pas déroulé comme il a l'habitude de le faire. Ces combattants américains permettent justement de jauger le niveau, qui n'est pas aussi mauvais que certains combats pour le titre one fc ont pu laisser croire (exemple Kadestam).

Attention je n'ai jamais dit que le niveau du ONE FC était mauvais, juste qu'il n'est pas au niveau de certaines organisations du top niveau mondial.

Les combats de kickboxing sont très bons (vu les noms des combattants sous contrat ce n'est pas étonnant) même si j'ai encore un peu de mal avec le pied-poing en mitaines dans une cage. Et les combats en MMA sont d'un bon niveau mais ce sont les combattants pris individuellement qui n'auraient pas le niveau pour accéder à l'UFC sauf quelques uns (hormis Alvarez, Northcutt et DJ qui sont des récents recrues de l'organisation US). Je vois mal par exemple Aung La N Sang avoir le niveau de l'UFC.

D'ailleurs de mémoire, il n'y a jamais eu de combattants du ONE FC qui est passé à l'UFC à l'exception de Leandro Issa qui n'y est pas resté très longtemps (2 victoires, 3 défaites à l'UFC). D'ailleurs on raconte qu'Issa, qui est prof de JJB à Evolve Gym, a pu faire ses débuts à l'UFC Singapour en 2014 en échange du sponsoring d'Evolve (donc en indirectement le ONE FC était sponsor de l'UFC, la preuve avec l'image ci-dessous du combat Holloway VS Chope).

Chope_vs._Holloway_15.1388866926.jpg

Nastyukhin qui bat Alvarez c'est vrai que c'était une belle surprise pour montrer que le ONE FC possède d'autres bons combattants. Mais la très respectée Newsletter "Wresstling Observer" de Dave Meltzer (une référence pour les news en MMA) de cette semaine, révèle que la côte pour la victoire de Nastyukhin était de 9 contre 1 avant l'event mais juste avant le combat, de nombreuses mises auraient été enregistrées pour Nastyukhin, faisant basculer la côte à 3 contre 1! On ne connaît pas la raison mais il se serait passé quelque chose qui aurait poussé les parieurs à miser sur la victoire du russe. Une histoire bizarre.

Et enfin, pour Ed Folayang, j'allais répondre aussi à @JoDrago qui m'a piqué sur le sujet mais pour moi lors du premier combat Aoki VS Folayang, Aoki a dominé les  deux premiers rounds (au sol) avant de se prendre comme à son habitude un coup en contre dès le début du combat (comme contre Mach Sakurai ou Jienotsu Nagashima) donc Folayang était déjà à sa portée. Et puis, c'est pas bien les sté... #TeamLakay #Belingon #Kingad #OupsJenDisTrop

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 07.04.2019 à 04:53, Kappa a dit :

Bon allez je balance mais en plusieurs parties parce que résumer tout en un post est assez long et complexe (déjà qu'il y a beaucoup de choses à dire rien que dans cette partie 1, merci à ceux qui prennent le temps de tout lire en ce weekend sans UFC (donc avec du temps libre pour lire ce qui suit 😛 ).

[...]

Voila, fin de la partie 1, RDV pour la partie 2 consacrée aux retombées financières.

P.S: @kissifrot a eu la réponse de sa requête dans un autre post ;) 
@Matsuda tu ne l'avais pas vu venir tout ça hein :) 

Aha non je dois avouer ! Mais qu'importe, je reste satisfait car si on compare la situation à une dizaine d'années, même si c'est loin d'être une synecure, le Mma japonais semble avoir (presque) la seconde vie qu'on attendait. Je dis ça parce qu'aujourd'hui il y a vraiment des supers stars (Horiguchi,  Tenshin) et franchement c'est cool. Leur fight en kick c'était cool à regarder. Après les guerres entre organisations... Moi je voulais un partenariat OFC/Rizin pour une revanche "Dj -Kyoji" sur un ring avec stomp. .. Mais ça va pas se faire si je comprends bien 😯

Share this post


Link to post
Share on other sites

© IKUSA 2003 - 2018 tous droits réservés

×