Jump to content

Jimmy_Peters

Membre
  • Content Count

    1,579
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    69
  • IKU

    592 [ Donate ]

Jimmy_Peters last won the day on September 26 2018

Jimmy_Peters had the most liked content!

About Jimmy_Peters

  • Rank
    Membre
  • Birthday 06/11/1984

Profile Information

  • Sexe
    Homme

Recent Profile Visitors

11,023 profile views
  1. Jimmy_Peters

    Résultats du RIZIN 19 (12/10/2019)

    Matinée RIZIN -Pop corn avec l'ami @Kappa. Un petit coucou à @JoDrago avec cette victoire à l'instant de la séduisante Rena.
  2. Adesanya est fort mais il est pas imprenable. Il s'en prend quand même, il me laisse l'impression qu'il est quand même touchable et prenable.
  3. L'intelligence, la précision et le timing battront 9/10 la force brut et la recherche absolue d'arrachage de tête.
  4. Jérôme Le Banner, toujours aussi affûté et plus massif que jamais (121,2 kg, on ne l'avait plus vu à ce poids depuis ses années K-1) combattait à Nagoya le dimanche 28 juillet lors du HEAT 45 dans un combat de Kickboxing face au "Korean Bear", Jun Soo Lim. Voici la vidéo du combat.
  5. Omg ! J'avais pas vu un truc aussi sale depuis Hendo vs Bisping 1. La saleté du truc, fermage de bouche ! Un ko qui restera sans l'histoire, magnifique de fulgurance ! Je pense que le Askren l'ouvrira moins maintenant...
  6. Jimmy_Peters

    Des news de Jérôme Le Banner de retour en action !

    Concernant Aorigele, il me fait un peu peur ce gros plein de soupe. Il a quand même de sacré coups de massue et est rapide, il a 7 victoires par KO quand même. Il faudra combattre intelligemment, ça ferait plaisir de voir JLB avoir une petite victoire pour son premier combat de MMA en cage.
  7. Jimmy_Peters

    Des news de Jérôme Le Banner de retour en action !

    Il s'entretien bien, il a fait pas mal de crossfit à un moment et ses entraînements à la MMa Factory + une génétique avantageuse, c'est sur qu'il est limite plus affuté qu'à ses jeunes heures. Je pense qu'il pourrait combattre des adversaires un cran au dessus sans problème mais l'essentiel est ailleurs j'ai envie de dire à son âge. Au moins il est plus utilisé comme mascotte par des promoteurs qui lui ont fait faire des combats qu'il ne voulait peut-être pas faire, qui ne le motivait pas et qu'il avait quand même accepté pour rendre service et faire plaisir mais bon on a vu que c'était pas la meilleure option en 2014-2015 et que ça avait failli finir en eau de boudin...
  8. Et oui, Geronimo est toujours actif. A 46 ans il est toujours motivé et en très belle forme et ça se sent. Il s'entraîne régulièrement à la MMA Factory à Paris. Il a effectué 2 combats de Kickboxing et K-1 au Japon et en Suède récemment face à des adversaires à sa portée et a fait parler la foudre. Pas juste avec ses poings mais aussi à la puissance de ses gros coups de tibia qui ont fini ses 2 derniers adversaires... Jérôme Le Banner vs Jairo Kusunoki (Brésil) qui a eu lieu à Nagoya le 2 mars dernier lors du HEAT 44 (où Satoshi Ishii combattait également) Jérôme Le Banner vs Adnan Alic (Serbie) qui a eu lieu à Göteborg le 19 avril dernier lors du Bulldog Fight Night Media 2.0 Il se fait plaisir et continue de combattre. Il prépare son prochain combat qui se sera fera en MMA lors du ROAD FC 053 en Corée du Sud face à l'imposant chinois AORIGELE.
  9. Jimmy_Peters

    Badr Hari suspendu 19 mois pour dopage

    Arf, c'est triste, il a trop forcé sur la muscu et les produits les derniers temps. Il était particulièrement en mega forme contre Gerges, je comprends mieux maintenant.
  10. Jimmy_Peters

    SIANGBOXING Gym News Thread (for the fans)

    Je crois qu'Antoine avait dit qie si il n'avait pas eu l'opportunité du GLORY,il serait dejà en retraite des rings. J'espère qu'il reussira à s'imposer dans le circuit malgré le gros gros level. Sinon bien le reportage, je lai vu à la tv l'autre jour.
  11. Jimmy_Peters

    Le sujet du grand n'importe quoi!

    merde j'arrive pas à poster le gif/vidéo animé facebook que je voulais tant pis
  12. Jimmy_Peters

    Le sujet du grand n'importe quoi!

    Vincent Parisi et Pascal Soetens pour une séance de Cross Combat, ça se regarde Puis Soetens vs Khider dans une confrontation de styles sympa
  13. Jimmy_Peters

    Hommage à la carrière de Jérôme Le Banner !

    Je n'avais pas eu le temps de poursuivre la retro mais je vais mettre la suite bientôt. Voici un documentaire diffusé ce mois-ci sur La chaîne l'Equipe sur JLB et son duel contre Hoost. Le Banner : Un roi sans couronne
  14. Jimmy_Peters

    Hommage à la carrière de Jérôme Le Banner !

    GLORY 8 Tokyo : Le Banner n'a pas tremblé Article lavieestuncombat.wordpress.com Le 3 Mai, à Tokyo, à l’occasion de la 8ème édition du GLORY (la toute nouvelle et déjà prestigieuse organisation de kick-boxing), Jérôme "Géronimo" Le Banner remontait sur le ring pour un combat revanche face au Japonnais Koichi Pettas. Les deux hommes se connaissaient déjà et pour cause, le 31 Décembre 2012, toujours dans le cadre du GLORY, JLB avait forcé l’arbitre à interrompre le combat quelques secondes avant la fin du dernier round. La droite du Français n’avait laissé aucune chance au valeureux japonnais. Pas toujours connu et reconnu du grand public en France, c’est sur les rings étrangers que Le Banner s’est forgé un nom et une réputation. Nouveau combat donc et nouvelle préparation. C’est loin du célèbre Chakuriki Gym d’Amsterdam que le boxeur normand s’est préparé. Très pris par son emploi du temps, c’est vers la ville Marseille qu’il s’est tourné. Chez son son vieil ami et entraineur, Ali SADOK, JLB n’était pas en terre inconnue puisque les deux hommes se connaissent depuis de nombreuses années et ont remporté ensemble plusieurs victoires. A presque 41 ans (il les aura le 26 Décembre), "Géronimo" n’a pas tremblé. Vêtu d’un short frappé du coq tricolore, il s’impose à l’unanimité des juges au terme de 3 rounds très engagés. Les spectateurs français auront la chance de le voir à Tours, le 15 Juin prochain, à l’occasion du Time Fight 3. Pour Jérôme Le Banner, la vie est un combat. Le champion n’a toujours pas prévu de raccrocher les gants.
  15. Jimmy_Peters

    Hommage à la carrière de Jérôme Le Banner !

    Jérôme Le Banner "Je suis béni" Interview La Provence - 25 Avril 2013 - Par Dalila Bezzah De passage à Marseille chez ses amis organisateurs de l'Urban Boxing United, le multiple champion du monde de K1 a prouvé qu'il n'avait rien perdu de son aura. C'est le silence qui se remarque le plus. Parce qu'il ne dure pas lorsque vous engagez une conversation avec Jérôme Le Banner... Il se pose juste sur la question : "Que seriez-vous devenu si vous n'aviez pas été boxeur ?" Le multiple champion du monde de boxe thaï et de K1 n'a cette fois plus les mots, et encore moins d'idée. De passage à Marseille où il a rencontré ses amis organisateurs de l'Urban Boxing United (le 18 mai au Dôme de Marseille), Jérôme Le Banner est apparu affûté, conséquence des entraînements auxquels il s'astreint encore et toujours, même à 40 ans. Sa riche carrière n'est pas encore finie : dans un mois au Japon, puis Tours et Saint-Tropez, la tournée d'adieux n'est pas pour demain : "Si tu attaques ça, c'est comme si tu étais déjà mort," plaide-t-il. La semaine dernière, lorsqu'il a débarqué du train qui le conduisait à Marseille, il a pu mesurer combien il était encore présent dans les esprits, assailli par des demandes d'autographes et de photos à la gare Saint-Charles. Rien à voir avec sa Normandie natale et Le Havre "où personne ne sait qui je suis," assure-t-il. "Sans doute qu'en allant à la pêche, j'ai dû vendre du poisson pas frais aux Havrais ! Il y a des blocages mais je ne m'en plains pas. Ne pas avoir été une star dans ma ville m'a poussé à aller voir ailleurs. Je ne finirai pas portier après avoir été l'idole du journal régional !" Le Banner, mis au judo dès l'âge de six ans parce qu'il était turbulent, en rigole aujourd'hui parce que la première victoire sur cet environnement hostile lui a ouvert les yeux : "Quand je vois d'où je viens, je me rends compte que je suis béni." Pas des Dieux, puisqu'il ne goûte que modérément les références religieuses : "Pourquoi met-on les gens dans des tiroirs ? La religion est interprétée par des hommes, les plus gros menteurs du monde ! Je crois en une force supérieure, mais pas divine. Au Japon, j'ai compris comment je fonctionnais. Je réagis aux sens, aux vents, aux saisons. Après tout, nous ne sommes que des cellules..." Jérôme Le Banner va réaliser un rêve entre septembre et décembre : il va boxer à New York, soit à Newark soit dans le mythique Madison Square Garden. Plus tard, dans la conversation, le mot reviendra, avec ce mélange d'anglais qu'il utilise régulièrement : "I'm blessed (ndlr : béni) parce que j'ai toujours gardé la foi dans mon sport. Certains ont la vocation d'être prêtre, d'autres de consacrer leur vie à la recherche, moi je suis fait pour la boxe. Je ne crois qu'en une seule chose, mon étoile." Et en ses amis aussi : Ali Sadok son coach de Font-Vert et ses neveux, Rani et Samir Berbachi, qui ont réalisé également une carrière plus qu'honorable en pieds poings. "Ali est un extraterrestre. Il croit d'ailleurs dans ses choses bizarres, aux ovnis. Il considère que nous ne sommes pas seuls dans l'univers. D'ailleurs, je l'appelle Ali-en (ndlr : alien signifie étranger en anglais). C'est quelqu'un avec qui j'ai tout partagé, au Japon, aux USA, partout..." Jusqu'à la chambre, puisque Jérôme a régulièrement insisté pour ne pas dormir seul ; il lui fallait toujours Ali avec lui : "Il m'a manqué quelque chose dans mon enfance, reconnaît-il. Mes parents n'ont pas dû jouer leur rôle parfaitement. Avec Ali et ses neveux, j'ai trouvé plus qu'une famille. Rani, on l'appelle Bouddha. Il me connaît mieux que moi-même. C'est à la fois mon fils et mon père. Vous ne pouvez pas imaginer combien je suis fier de les voir à l'OM, lui et son frère Samir (ndlr : ils sont chargés de la sécurité des joueurs)." "Le soir d'un Le Havre - OM, j'ai vu Rani diriger la manoeuvre du départ des joueurs. On l'écoute, c'est une mascotte. Il est monté dans le bus olympien et c'est lui qui a donné le ton. Je me suis dit : 'putain, c'est ton pote qui fait tout.' J'étais si fier que j'en ai pleuré." Une amitié indéfectible unit Rani et Samir Berbachi à Jérôme. Le colosse fait aussi pleurer, notamment des chirurgiens qui se cassent le nez sur son cas. Victime d'une hernie cervicale, promis à l'opération, incapable de bouger le bras droit il y a quelques mois, il a assuré sa propre médication en portant des boîtes de petits pois : deux kilos, puis trois, jusqu'à retrouver la plénitude de ses moyens. À ce jour, les médecins cherchent encore le pourquoi du comment. Formidable pied de nez aux toubibs qui ont déconseillé à sa mère, il y a des années de cela, d'avoir un deuxième enfant : "On lui a dit que j'en valais trois à l'époque. Elle a renoncé..." Qu'importe le frère qu'il n'a jamais eu. Jérôme s'est choisi une nouvelle famille à Font-Vert, une cité des quartiers Nord de Marseille, en plus de celle qu'il a créée. Marié à Mélissa, papa d'une fillette née d'une première union, il protège son petit monde avec tendresse, férocité parfois. "La seule chose qui pourrait me faire dégoupiller, c'est qu'on s'en prenne à ma femme, ma fille ou la mère de ma fille. Je pense être capable de tout." Même sur le ton badin, dans le flot continu des paroles, l'avertissement fait frémir. On ne rigole pas toujours avec Le Banner. Sa deuxième carrière au cinéma “Les rôles de grosses cuisses sans cervelle, c’est amusant” C’est en participant au fil “Astérix aux Jeux Olympiques” que Jérôme est pleinement entré dans le monde du cinéma. “On me propose toujours des rôles de grosses cuisses sans cervelle. Au hasard... C’est amusant. Avec Clovis Cornillac, Alain Delon et Gérard Depardieu, j’ai beaucoup appris durant les quatres mois passés ensemble. Cornillac m’a fait découvrir des tas d’auteurs : Douglas Kennedy, Rabelais, Stein beck...” Il s’est rapproché de Depardieu, dont il considère aujourd’hui l’exil comme normal : “Il a bien raison. En France, tu es payé en brut, en net et quand c’est fini, tu t’aperçois que ça dure encore, puisqu’il faut payer les impôts ! Et dans le même temps votre patron paye le double des charges, pour à l’arrivée, vous payer encore moins !” Avant le tournage, Jérôme Le Banner était sur le point de refaire son nez, cassé à sept reprises. Il en a été dissuadé par Thomas Langman, le producteur. “Dernièrement en Roumanie, on est venu me saluer. J’étais étonné. On m’avait reconnu grâce à mon nez. Je lui trouve une forme de virgule Nike...”

© IKUSA 2003 - 2018 tous droits réservés

×