Jump to content

pele-landi-jons75

Membre
  • Content Count

    2,341
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    134
  • IKU

    1,255 [ Donate ]

pele-landi-jons75 last won the day on October 9

pele-landi-jons75 had the most liked content!

1 Follower

About pele-landi-jons75

  • Rank
    Membre

Profile Information

  • Sexe
    Not Telling

Recent Profile Visitors

17,310 profile views
  1. Anderson silva faut pas oublier l'immense carrière et sa domination au point ou il se servait de l'octogone pour faire des essaie pour la science . il était super complet debout et au sol .
  2. Il part de l'UFC au top de sa forme et avec les honneurs , il aurait pu faire 2-3 combat en plus, il a que 32 ans mais les relations avec l'UFC n'ont jamais été bonne .
  3. pele-landi-jons75

    Ikusa me manque ...

    C'est pas l'année des Kevin lol , hier sur twiter ..
  4. pele-landi-jons75

    Officiel Le Bellator arrive à Paris le 10 Octobre 2020

    il peut s'en problème participer a danse avec les stars
  5. pele-landi-jons75

    Officiel Le Bellator arrive à Paris le 10 Octobre 2020

    quand Scott Cocker va savoir que c'est le fedé de boxe qui donne les autorisations officielles lol parce que en interwiew ils citent tout le temps que c'est la féde de kickboxing oui surement pour remplir la salle des le debut de l'event
  6. pele-landi-jons75

    Ikusa me manque ...

    C'est pas facile de suivre l' évolution des combattants aujourd’hui , j'ai l'impression qu'il ya un event UFC chaque semaine lol , des combattants qui arrivent de partout dans le monde , des fois avec des stats très moyen . alors que quand j'ai commencé a m’intéresser au MMA il ya 20 ans , pour etre recruté par l'UFC fallait vraiment avoir fait ses preuves , y’ avait peu de places a prendre. Ngannou avant d’être recruté par l'UFC il avait fait 2 combat un en Suisse l'autre a Bahreïn au moyen orient et 1 an plus tard il combat pour la ceinture , ça va très vite maintenant . Dana White il disait en interview qu'il y' avait 600 combattants/combattantes sous contrat a l'UFC...
  7. pele-landi-jons75

    Officiel Le Bellator arrive à Paris le 10 Octobre 2020

    A l'epoque en 2010 avec quelques membres de Ikusa il y avait eu une petite sortie sympa pour aller voir un 100 % fight. yavais moi , cheickbaleze, shoga, Kaoklai . Bakki la carte était pas mal avec tout les spécialiste mma francais , Gary KONO ,Xavier FOUPA-POKAM, Mathias RICCIO , seydina SECK, Fayçal HUCIN, Yves LANDU , Araik MARGARIAN, Karim GHAJJI, au bord du ring y'avais Cheick Kongo , Cyrille Snake, Karl Amoussou ,Christian M'Pumbu. Je me souviens y'avais eu la police qui avait débarqué pour faire annuler le show . tout le public sifflé lol une autre époque maintenant c'est légalisé.
  8. Deux jours avant le Bellator, c’est bien le MMA GP qui à marquer les débuts du MMA en France. Le « Mixed Martial Arts Grand Prix » a eu lieu au Palais des Sports de Vitry-Sur-Seine, avec la volonté de mettre en avant les talents français. Fondé par Eric Konako, bien connu des amateurs de pieds-poings en tant que promoteur du Muay Thai Grand Prix ; et Abdel Khaznadji, derrière la team Obyfight, l'organisation entend faire parler d'elle. Alors que nous verrons que le plateau de combattants est intéressant, la jeune ligue a surtout réussi à sécuriser un accord de diffusion mondial avec... l'UFC Fight Pass, la plus grande plateforme de sports de combat au monde ; quelques jours seulement avant l’événement. Pour les dirigeants, il était important, sinon crucial qu'une entreprise locale ouvre le marché français, avant l'arrivée des géants américains. Premier événement de MMA en France depuis la légalisation de la discipline, le MMA GP, qui aurait pu ne jamais avoir lieu, était une sacrée expérience. L’histoire retiendra que c’est au Palais des Sports de Vitry-sur-Seine que le premier événement de MMA en France s’est déroulé… et dans une sacrée ambiance, avec un public particulièrement bouillant ! La Ministre des Sports, Roxana Maracineanu avait même fait le déplacement, « pour envoyer un message ». C’est réussi. Le MMA pourra compter sur elle. Au premier rang, la Ministre a assisté à l’ensemble des combats et communié avec les combattants notamment Laetitia Blot et Mickael Lebout pour de très belles images. Karim Ghajji pour le combat de la soirée : Multiple champion du monde de kickboxing, Karim Ghajji était attendu ; il n’a pas déçu. Le « BOSS2FIN » a même offert au public le combat de la soirée. Face à un Brésilien à l’aise debout, l’ancien champion du Bellator Kickboxing a dû aller au bout de lui-même pour s’imposer par étranglement au deuxième round. Le Français a notamment survécu à un knock-down et un violent ground and pound en début de combat. Pour sa première en MMA, le monsieur a été héroïque. Le MMA GP aurait pu ne pas avoir lieu : Si les Français ont cartonné dans la cage avec quatre victoires et un match nul, ce qui a entouré l’arène fut un peu plus rocambolesque… l’événement aurait tout simplement pu ne pas avoir lieu. En dernière minute, tout a failli être annulé. Comme lors de la grande première d’Ares, comme lors de la grande première du Bellator (comme révélé par Scott Coker dans notre interview), la cage a causé quelques maux de tête aux organisateurs. En effet, cette dernière était assez « douteuse » en termes de qualité. Ne souhaitant pas prendre de risques, la décision fut prise de faire les deux premiers combats en deux rounds. D’abord retardée, la diffusion sur l’UFC Fight Pass a elle aussi bien eu lieu. Finalement (et heureusement), les artistes martiaux ont été expéditifs et si le combat Fall vs. Di Franco a donné quelques sueurs froides aux organisateurs dans les phases de grappling, aucun incident n’a été à déplorer. Les spectateurs sur l’UFC Fight Pass, dont Ariel Helwani, journaliste le plus influent dans le monde du MMA, ont critiqué l’éclairage, jugé trop sombre. Enfin, on peut également regretter que les mesures de distanciations sociales n’aient pas été respectées. Bref, une première légèrement chaotique, mais qui se sera déroulée dans une ambiance chaleureuse où le public aura été superbe malgré les longues minutes d’incertitudes. Une carte intéressante : la France contre le reste du monde MMA GP, Résultats : Pierre Rouvière bat Ben Zakar par TKO au 2e round Kevin Fall et Nicolas Di Franco font match nul Karim Ghajji bat Wallace Felipe par soumission au 2e round Alioune Nahaye bat David Moura par KO au 3e round Laetitia Blot bat Silvia Nascimento par TKO a 1er round Mickael Lebout bat Joao Bonfim par soumission au 1er round Source .la sueur, moov, ufc pass
  9. Cheick Kongo le combattant Français né a Sevran ( 93) s'est exprimé sur le site mma deferlante sur sa participation au bellator Paris , qui sera le premier événement officiel de MMA en France. Comme nous en parlions il y a quelques semaines, le BELLATOR MMA va se produire à l’Accor Aréna de Bercy le 10 octobre prochain. Pour cette occasion, le poids lourd français Cheick Kongo a accepté de répondre à nos questions concernant cet évènement historique, mais pas que… Une interview de 25 minutes, avec sa bonne humeur, une dose d’humour, mais également quelques véhémences sur certains sujets. l’annonce officielle de cet évènement est finalement très récente (le 11 septembre). De ton côté, l’as-tu su bien avant ? Et as-tu connu ton adversaire rapidement ? –Cheick Kongo: « Il y avait des rumeurs, des bruits de couloirs, mais pas plus. En fait, en tant qu’athlète, le truc est d’être toujours préparé, d’être toujours prêt à décoller pour aller n’importe où. Et je l’ai appris à peu près comme vous. Il y a 15 jours je crois. Du coup, j’ai dû m’adapter. En général, on s’entraîne avec en tête les potentiels adversaires que l’on peut rencontrer. Je devais boxer en juin puis cela a été repoussé à octobre. Donc quand cela s’est décidé pour Tim Johnson, on s’est dit ‘Ok, on va mettre les bouchées doubles sur lui’. » -Tu as déjà battu Tim Johnson il y a deux ans de cela. Est-ce que cet état de fait a eu une incidence sur ta préparation ? -« Oui. De manière générale, les gens ne changent pas trop. Ils changent quelques détails mais pas plus. Donc on a travaillé là-dessus. Le but est de ramener la victoire. On a envisagé des scénarios possibles mais on est prêt. » -Et avec la situation de pandémie ? -« On a tous subi ces désagréments. Comme toutes les teams qui préparaient un combat. Beaucoup ont dû fermer leur gym. Pas mal de dates ont bougé, les camarades d’entraînement ont changé, pour les déplacements ce n’était pas évident non plus… Il a fallu s’adapter, anticiper, se protéger… C’était compliqué de sortir. Porter le masque, tu n’es pas sûr que tout le monde le fasse. C’est compliqué de faire confiance à tes partenaires. Tu as le gars qui se balade un peu trop, qui va te dire ‘ouais je fais super gaffe. Hier, j’étais en boite de nuit mais t’inquiète, j’ai vu personne’. Ben non, tu avais plein de monde autour de toi. Et ce gars peut contaminer tout le monde, ça peut faire boule de neige. Mais on a réglé ça très vite. On est tous des professionnels donc la sécurité a été faite et ça a été très rapide. » -On a appris hier que la jauge de 5000 spectateurs passait désormais à 1000 pour tout évènement sportif en France. Pour ton premier combat pro dans ton pays, n’as-tu pas une petite déception que la salle ne soit pas plus vivante ? -« C’est la plus grosse déception. Que cette salle là ne soit pas plus vivante comme tu dis. De ne pas pouvoir sentir la ‘vibe’. J’espère que d’ici là, il y aura au moins ces 1000 personnes. » -Pourrions-nous revenir sur ton dernier combat face Ryan Bader ? Envisages-tu une revanche ou des discussions ont-elles déjà été entamées ? -« C’était prévu pour juin mais comme on dit en bon français, cette petite b… a refusé (éclat de rire). Puis quand il a vu qu’il avait un autre combat possible en sous catégorie, il a préféré me mettre de côté. Mais bon, bien mal lui a prit car il a mangé une belle rouste par le russe. Je pense bien faire cette revanche assez rapidement, après avoir passé le cap Timothy. C’est dur de ne pas se projeter. J’y pense comme un fou mais bon ‘Passe Tim et après on reviendra sur le sujet’. » -Tu as posté sur ton compte tweeter il y a quelques jours que tu avais reçu énormément d’insultes racistes suite à ce combat. Quand on est dans ta position, comment peut-on répondre à ça ? -« Et bien le problème, c’est que… c’est d’ailleurs une très bonne question. En général je ne réponds pas, je laisse les choses se tasser. Si je venais à rencontrer un de ces types, je lui dirai ‘bon au final, tu disais quoi déjà ?’ avec une bonne baffe dans sa gueule. Mais au final, tu te dis… Ce n’est pas évident parce qu’en tant que figure sportive, personne publique, tu dois montrer l’exemple. Mais les gens au final oublient que tu es humain. Et c’est très dur de se retenir parfois. Pour moi comme pour d’autres célébrités. On ne peut pas s’exprimer pleinement. Mais il faut passer au-delà parce qu’il y a des codes. Ce qui fait plaisir, c’est quand tu vois des fans prendre ta défense dans des joutes verbales. Je ne suis pas pour ça, que les gens viennent perdre du temps avec des abrutis pareil. Mais ça fait chaud au cœur. Mais là tu vois, j’ai envie de leur dire ‘qu’ils aillent ni… leurs mères’. Tu peux relayer, même si ça peut paraitre outrancier, c’est comme ça. Chuis noir, je viens du 93, s’ils sont pas content c’est pareil. Moi je respecte les gens. Même si on a eu quelques petites déconvenues (avec Bader). Mais quand tu vois un athlète qui fait volontairement des gestes interdits, car ce n’était pas un accident, c’était intentionnel, il y a un moment où je ne peux plus. On m’a aussi traité de mauvais joueur car je lui ai mis un coup ou deux dans les parties. Mais lui, il n’a pas fait exprès… Qu’il aille se faire… lui et tous ces gens-là. C’est clair que dans la vie de tous les jours, je ne suis pas Jésus, je ne vais pas tendre la joue. Donc lui et tous ces imbéciles, qu’ils aillent se faire… » -Ok donc pour toi, ce doigt dans l’œil était volontaire ? -« Ah non non ! Ce n’est pas pour moi ! Le gars il s’y est pris à deux fois. La seconde fois il m’a même pris le nez avec. Les erreurs, ça arrive. Mais là, c’était intentionnel. D’ailleurs, il y a des clichés et quand tu les regardes tu te dis ‘ah ouais, effectivement !’ Mais bon, on va déjà passer Timothy et on remettra ça sur la table plus tard. » -On va revenir un peu sur ta carrière. Sur tes 30 victoires, est-ce qu’il y en a une que tu mettrais au-dessus des autres ? -« Non pas vraiment. Ni de défaites d’ailleurs. Il n’y a pas de moments particuliers. J’ai eu de belles victoires et d’autres plus tristes. J’ai eu des défaites heureuses et d’autres agaçantes. Mais pas un moment plus particulier qu’un autre. Beaucoup vont me dire ‘ouais, mais Pat barry, c’était quelque chose et tout…’ Non. Pat Barry c’était une chose qui a marqué les esprits mais pour ma part, comme pour d’autres athlètes, il y a aussi des performances ultimes à l’entrainement. Seulement il n’y a pas les caméras pour graver tout ça. Tout est relatif. » -Est-ce qu’il y aurait un combat que tu aurais aimé faire mais qui n’a pu être concrétisé, que ce soit contractuellement ou pour d’autres raisons ? -« Oui, il y en a eu quelques-uns. Il y a eu Nogueira. Il y a eu Lesnar aussi. Lui, c’était pour des raisons pécuniaires que je le voulais. Mais ils m’ont proposé une misère alors que lui il prenait ce qu’il fallait. Minotoro c’était plus d’un point de vue de prestige, de position. Comme Crocop. Mais finalement cela ne s’est pas fait. Après, ce n’est pas non plus ‘wouaaah, j’aurai trop kiffé!’ Non. Mais voilà, cela ne s’est pas fait. » -Et le combattant le plus rugueux, le plus difficile… Victoire ou défaite d’ailleurs. Est-ce que tu arriverais à donner un nom ? -« Je crois que de tous mes combats, cela a été Gilbert Aldana. Mon premier combat à l’UFC. C’était un combat difficile. Je n’imaginais pas qu’il avait une telle force. Très très fort. Il m’a fait une amenée au sol, puis deux. Il avait une telle force ! Bon derrière, y a eu prise de conscience et j’ai fait le travail mais j’ai rarement ressenti cela. C’était vraiment un bœuf, une force de la nature. C’est surtout là que j’ai compris qu’on n’était pas là pour rire. Que les gars étaient là pour la castagne. Je crois aussi que c’est à ce combat-là, ou peut-être au second, mais y a un gars juste avant moi qui s’était fait démonter. Il pissait le sang. Là aussi je me suis dit ‘Ouf… hors de question que ça m’arrive. Jamais.’ Et je pense aussi que c’est ce qui m’a permis d’être là où j’en suis aujourd’hui. » -Une question qui doit commencer à te parvenir de plus en plus. 19 ans de carrière, une quarantaine de combats et tu as quand même 45 ans, ce n’est pas rien. L’idée d’arrêter te traverse-t-elle parfois l’esprit ou pas du tout ? -« Oui, c’est une question qui se pose tous les jours. 45 ans, effectivement, ce n’est pas rien. La chance que j’ai c’est que jusqu’à maintenant, j’ai pu faire mon activité dans de bonnes conditions. Donc on essaie d’aller de l’avant. Mais je ne ferai pas le combat de trop. Pour l’instant, la machine est bien huilée donc on va la laisser en marche jusqu’à ce qu’elle montre des signes de fatigue. » -Mais justement, 45 ans et toute cette carrière derrière toi, et tu es encore dans le top 10 mondial. Comment tu l’expliques ça, c’est le travail ? -« Oui, le travail et faire sa récupération comme il se doit. Mais c’est aussi d’avoir évité de fréquenter des gens qui prennent ou qui t’incitent à prendre des produits bizarres. Je pense que c’est la première raison. Parce qu’une fois qu’ils ne peuvent plus, ils perdent tout ce qui va avec. La force, l’œil du tigre… Comme je te disais, je suis une machine bien huilée. Bon, y a de temps en temps de petites baisses de régime mais je n’ai pas eu l’occasion de trop faire de travail de maintenance. Tous ces petits détails là t’aident à aller de l’avant. Mais c’est vrai que ce n’est pas évident. Si j’avais fait comme d’autres ont fait, j’aurai certainement une ceinture supplémentaire, j’aurai certainement plus d’argent… Mais j’ai préféré prioriser la santé et l’intégrité à la gloire. » -Donc on peut se dire que si le Bellator revient en France l’an prochain, tu seras de la partie ? Avec une salle pleine cette fois-ci ? -« (Éclat de rire) Ah non mais là tu peux être sûr et y a pas de ‘si’ ! Si tout se passe bien et que je passe Johnson, il y aura même un combat pour la ceinture… »
  10. Scott Coker s'est exprimé sur le site la sueur , il parle de l' événement bellator qui sera organisé en France et les futurs projets du bellator Ma première question, à quel point était-ce important pour vous d’être la toute première organisation à venir en France ? C’est quelque chose sur lequel nous avons travaillé au cours de ces 3 dernières années, avec d’autres organisations qui y aussi aidé et cherché à être la première. C’est un honneur et un privilège d’être choisi par le Ministère des Sports et la Fédération française de MMA pour être les premiers. C’est quelque chose qui va entrer dans l’histoire. Pour toujours, le Bellator restera la première organisation à avoir fait des combats de MMA en France. On va voir Cheick Kongo combattre le 10 octobre. Je sais que vous ne pouvez pas tout me dire, mais quels sont les plans concernant la France pour la suite ? On a eu une tournée européenne très réussie. On a travaillé très dur pour aller dans des pays comme le Royaume-Uni et signer de très bons talents locaux. Aller en Italie et faire de même, aller à Tel-Aviv et faire de même, aller à Dublin et faire de même. On n’entre pas dans un marché pour juste venir et partir. On va venir en France peut-être deux fois par an, dans le cadre de notre circuit européen, tout en faisant toujours des combats aux États-Unis. Le plan est de mettre la France dans le circuit européen. Peut-être qu’une fois par an, nous viendrons faire un autre événement, avec peut-être des combattants internationaux. Des combattants US contre des combattants français. J’ai remarqué que lorsque nous ouvrons un nouveau marché, plus de salles de MMA ouvrent, il y a plus de pratiquants, plus de combattants. Comme vous le savez, la culture française a accepté les arts martiaux depuis des années : Jerome Le Banner, Dida Diafat. Tous ces grands combats que je voyais avec Rob Kaman, c’était sur Canal+. Il y a un show qui s’appelle le Budo Gala que vous connaissez sûrement. La France a accepté la culture martiale. C’est l’étape suivante pour les arts martiaux : que les artistes martiaux combattent en MMA. On est excités. Ça va être un superbe événement. Je suis impatient de venir en France la semaine prochaine, promouvoir les combats et que les gens viennent. En parlant de Canal+, vous avez récemment sécurisé un accord avec CBS aux États-Unis, est-ce que les fans pourront regarder le Bellator à la TV ou juste sur YouTube? Le CSA ne permet pas que ça soit diffusé à la TV actuellement, mais on a franchi une première barrière : que le gouvernement permette la tenue des combats. On travaille actuellement avec le CSA pour la diffusion de MMA à partir de la France. Bellator est la propriété de Viacom, est une entreprise de médias qui a une grosse présence en France, on va travailler avec eux et d’autres dirigeants de l’entreprise pour continuer à pousser la finalisation de cette dernière partie. On pourra ensuite avancer. Je pense que c’est juste une question de temps. Maintenant que le sport est légalisé, c’est juste une formalité avant que ça le soit. Donc plutôt fin 2020 ou 2021 ? J’espère que d’ici la fin 2020, début 2021, ce ne sera plus une situation problématique. Quand la Californie m’a donné la toute première licence en 2006, puis quand New York a débuté avec l’UFC, et Toronto a été un autre marché ouvert. Ici, c’est vraiment le dernier grand pays qui n’a toujours pas eu le droit d’avoir du MMA. Maintenant, après avoir obtenu l’approbation du gouvernement après toutes ces années de lobbying, il faut celui du CSA. On travaille dur là-dessus, mais je pense que ce n’est plus qu’une question de temps. Dans moins de 2 semaines, Cheick Kongo va combattre à Paris. Quelle est sa situation avec le Bellator? Prévoyez-vous une revanche contre Bader en cas de victoire? Oui, ce serait superbe, fantastique, n’est-ce pas ? Si Cheick Kongo gagne de manière convaincante alors il devrait combattre Bader ensuite. Leur combat était controversé à cause du problème lié à l’oeil. À travers son manager, Cheick nous a dit qu’il voulait combattre en France et être le premier à combattre là-bas pour ses fans et son pays. Pour moi c’était donc logique. Et si Cheick gagne, peut-être qu’on reviendra plus tôt l’année prochaine et que vous verrez la revanche contre Bader à l’AccorArena. À propos du Bellator, pas juste la France, mais mondialement, quelle est la stratégie du Bellator pour le futur ? J’ai toujours cru qu’il fallait construire les combattants depuis le début. Ensuite, on ajoute des agents libres de tous niveaux et c’est comme ça qu’on construit un roster. On a signé quelques combattants qui ont 27 ans de moyenne d’âge, ils ont un ratio de victoires compris entre 85-87%. On signe le prochain gros prospect du MMA et on ratisse la planète. Si vous êtes un bon prospect, on va venir vous trouver. Bellator n’est pas juste une entreprise américaine. On a des accords de diffusion partout dans le monde, on est diffusé dans 150 pays. Donc on recherche tous les talents. La stratégie est de continuer à faire croître cette marque, de manière respectable, aider à faire grandir le MMA, et organiser les meilleurs combats possible. J’ai aussi une question à propos de certains de vos talents sous-cotés. Si vous deviez donner le top 3, pound for pound, des plus grands jeunes talents ? Quel serait-il? Je pense qu’AJ McKee est sous les radars actuellement. Il est dans notre tournoi featherweight qui a été repoussé à cause du covid. Mais on a des annonces qui arrivent pour annoncer la reprise du tournoi. Il va combattre dans les prochains mois. Je pense que c’est un gamin qui va être dangereux, va causer des problèmes à beaucoup de gars. Il y a aussi Usman, que l’on vient de signer, le jeune cousin Khabib. Il a 23 ans, a un bilan de 11-0, très bon lutteur et grappleur, mais je crois que les gens sous-estiment son muay-thai et son striking. Je pense que c’est un autre prospect que l’on va développer. Vraiment, je crois qu’on a signé 8 ou 10 jeunes dernièrement. Certains oublient Aaron Pico, je n’ai pas encore perdu espoir. Il a fait sa transition, se sent très à l’aise dans son nouveau camp à JacksonWink. Il a déménagé là-bas. Il a sa maison et ses chevaux là-bas. C’est un gars qui va être dangereux, donc on a placé beaucoup d’espoir en lui. On a beaucoup de prospects et on va en chercher d’autres, mais ce sont les trois auxquels je pense actuellement. Aux États-Unis, pour le public moins éduqué au MMA, c’est surtout le Bellator et l’UFC, avec des combattants qui ont connu les deux organisations. Qu’est-ce qui rend le Bellator différent? Notre philosophie est de promouvoir les combattants, de construire leur marque et leur entreprise. Ils n’ont pas besoin de porter notre sponsor, ils vont prendre leurs propres sponsors. Ils ont la possibilité d’avoir plus de liberté avec nous. Je pense qu’on paie de manière très compétitive quand on veut vraiment signer quelqu’un. C’est comme ça qu’on a eu ces agents libres et ces jeunes espoirs. Car on veut investir dans ce qu’ils sont. Notre mise en scène est différente, ça ressemble plus au Pride, avec un show au style japonais, façon K-1. Je pense que c’est mieux produit. UFC fait un bon boulot, je n’ai rien de mal à dire à leur sujet. Ils ont un impact important sur le secteur, ils sont là depuis longtemps. Il faut plus d’une entreprise pour que ça reste compétitif pour les combattants. Les combattants ont besoin d’options. Beaucoup de combattants ne veulent pas aller à l’UFC. On peut les accueillir. On est bien pour certains, ils sont bien pour d’autres. Ils font leur truc, on fait notre truc. On construit un secteur ensemble qu’ils le pensent ou non. La marée montante lève tous les bateaux. C’est ce que je ressens, on fait grandir le MMA, ensemble. On construit un secteur ensemble qu’ils le pensent ou non. La marée montante lève tous les bateaux. C’est ce que je ressens, on fait grandir le MMA, ensemble. Récemment, les gens ont parlé de la signature de Michael Chandler à l’UFC. Pour vous, était-ce une décision d’affaires de le laisser partir parce qu’il était au Bellator depuis si longtemps ? Personnellement c’était dur, parce que Michael Chandler est un gars très bien, un gars qui prend soin de sa famille. Il est tout ce que j’aime dans un combattant d’arts martiaux. Il prêche par l’exemple. C’était dur parce qu’on travaillait ensemble depuis si longtemps. Mais je sentais que c’était le moment. C’est une décision d’affaires, similaire à ce qui se passe en Foot US quand il faut choisir dans quel joueur investir. Continuer cette relation professionnelle ou investir dans les jeunes comme Usman ? Je pense qu’il aura du succès là-bas, et ça en dit beaucoup sur la qualité des combattants au Bellator. Michael est notre ancien champion, mais il est remplaçant pour le combat pour le titre. Il est directement dans la course au titre. Ça vous montre le niveau des combattants du Bellator. Dans le cas contraire, ils n’auraient pas fait ça. On a certains des meilleurs combattants au monde. On a la meilleure catégorie light-heavyweight. On construit d’autres catégories, on recharge notre catégorie lightweight. Avec de nombreux jeunes talents qui arrivent. Et si vous regardez notre catégorie flyweight, elle est ultra dense. On a la plus grande combattante de tous les temps. Je pense que Cris Cyborg est toujours la GOAT. Quand on regarde tout ce qu’elle a fait durant toutes ces années. Personne n’a fait autant qu’elle durant toutes ces années. En 2009, quand elle a affronté Gina Carano, c’était le premier combat de MMA sue une chaîne majeure aux US et dans la planète. Elle a tout fait. Je sais qu’elle a perdu contre Amanda Nunes, mais on ne peut juger un combattant sur un combat. Il faut regarder la carrière dans son ensemble. Vous avez aussi la réputation d’être très proche de vos combattants, au Strikeforce et au Bellator. Chez vous, il semble que c’est au-delà du business, à quel point est-ce important de créer une relation avec eux ? Pour moi c’est le plus important, car ils ne sont simples combattants pour un certain temps ensuite on devient amis avec eux. C’est à propos de business, mais aussi à propos de gens. Les affaires, ce sont les gens. C’est comme ça que je vois les choses. J’ai eu de très bonnes relations avec des combattants qui ont été à l’UFC. Par exemple, je suis toujours très ami avec Luke Rockhold, on joue au golf tout le temps. On se voit toujours avec Daniel Cormier, on prend des petits-déjeuners ensemble. En fait, c’est Daniel qui a emmené Corey Anderson ici au Bellator. Il a senti que ce serait un bon endroit pour lui. Quand je pense à T-Wood, on s’envoie toujours des messages très souvent. Je l’encourage tout le temps. Je lui dis : « le Strikeforce ne meurt jamais ! Tu dois continuer. » On devient amis, j’adore ces combattants, je les respecte. Je tiens du fait d’avoir été un chercheur de talents martiaux toute ma vie, d’avoir travaillé pour le K-1. Kazuyoshi Ishii, le propriétaire du K-1 à l’époque, m’a vu une fois et m’a dit : « les combattants sont les stars et tu dois les respecter. » Ils mettent leur vie en jeu à chaque fois, ce sont eux qui ont l’esprit bushido. Ça m’a toujours touché. Et je me suis toujours dit : « c’est comme ça qu’on va traiter nos athlètes ». Et je pense qu’on traite nos athlètes mieux que n’importe quelle ligue. Vous êtes dans ce secteur depuis plus de 30 ans, quel a été au Strikeforce et Bellator, votre plus grand accomplissement ? Je crois qu’ouvrir le marché californien en 2006 est un accomplissement majeur. Frank Shamrock avait combattu Cesar Gracie. Concernant l’ère du kickboxing : mettre le Strikeforce Kickboxing sur ESPN. Mais aussi l’un de mes moments magiques a été de travailler pour K-1 et m’occuper de la branche Amérique du Nord. Kazuyoshi Ishii m’a appris la partie internationale de ce business. Je ne savais même pas qui était Jérôme Le Banner avant d’aller au K-1. Peter Aerts, Ernesto Hoost… C’est comme-ci j’avais eu mon doctorat en travaillant pendant 8 ans au K-1. Je serai pour toujours reconnaissant à Kazuyoshi Ishii. J’ai fait tellement de grands combats aussi. Je pense à un en particulier : Nick Diaz vs. Paul Daley à San Diego. C’est l’un de mes combats préférés de tous les temps. C’était tellement magique. Il y a aussi Cung Le vs. Frank Shamrock. Je n’ai jamais entendu une salle faire autant de bruit que ce soit en foot us, ou basket-ball. La salle était en feu et c’était incroyable ! Il y a tellement de belles histoires, tellement de beaux souvenirs du passé. À l’opposé, du côté des combats ou événements, quel a été votre plus grand regret ? C’était une question difficile, car chaque fois qu’on voulait faire un combat, nous n’avions que de bonnes intentions. Au niveau du business, ça peut fonctionner ou pas. On a occupé tellement de combattants ces dernières années. On a été un très bon promoteur. Mon parcours vient vraiment du kickboxing. Ce n’est que lorsque le MMA est devenu légal en Californie, en 2006, qu’on est allé là-bas. Je vous vous raconter une histoire. Pour notre premier show Shamrock vs. Gracie, ils avaient commandé une cage à l’un de mes amis. Celle-ci arrive, la veille du combat, et elle était horrible ; toute chancelante. Je pensais qu’elle allait casser. Il y avait un espace comme ça en dessous. Je ne suis même pas rentré chez moi pour me préparer. C’était Cowboy Cerrone qui l’a conduit du Tennessee jusqu’en Californie pour qu’on fasse notre premier événement. C’est une histoire vraie ! Avec Bob Cook et Duane Ludwig, on mettait une fermeture éclair sur tous les coins pour que ça tienne. Je m’étais dit « dès que Frank Shamrock arrivera, ça cassera. » Je n’ai pas pu profiter du show toute la soirée, car j’avais peur que la cage casse. C’est quelque chose que je n’oublierai jamais. Mais vous l’avez fait ! J’ai une dernière question Scott, si vous pouviez faire un combat, parmi tous ceux possibles au Bellator, quel serait ce combat ? C’est une bonne question. Il y a beaucoup de bons combats que l’on va faire. L’un des combats pour lequel je suis excité est la revanche entre Bader et Nemkov et celle contre Phil Davies. C’est un combat que l’on va faire dans le futur. L’année prochaine, je pense que vous allez voir un tournoi flyweight où nous allons donner 1 million dollars au vainqueur. Le combat pour lequel je suis vraiment excité, par trop loin dans le futur, car nous le faisons le 29 octobre est Lima vs. Gegard. Je préfère le dire : « ne le manquez pas ». Ça va être incroyable. C’est un combat que je suis impatient de voir. On a beaucoup de combats qui arrivent. Je ne peux en choisir un, AJ McKee vs. Darrion Caldwell est quelque chose de très prometteur aussi. Je me sens chanceux, car on a beaucoup de combats pour le moment. Et on va démarrer l’année prochaine tambour battant !.
  11. pele-landi-jons75

    Officiel Le Bellator arrive à Paris le 10 Octobre 2020

    Le Bellator sera diffusé en direct " gratuitement " Samedi 10 Octobre sur la page YouTube du Bellator https://www.youtube.com/c/bellator/featured combat préliminaire a partir de 20h puis un peu plus tard c''est le main event avec Kongo et Michael Page
  12. pele-landi-jons75

    Ikusa me manque ...

    Ya un nouveau public ce qui est normal avec la montée du MMA en France au fil des années, avant c'etait underground fallait acheter les vidéos au dessus du rayon porno chez le marchand de journaux . maintenant c'est diffusé sur RMC Sport ce qui a attiré un public plus jeune et moins connaisseurs , quand j'ai commencé a suivre le MMA a l'époque il y'avait que Ikusa , le journal du fight de Greg Huau et le site canadien francophone Riddum ( les deux derniers ont disparu ) , En ce moment ce que je trouve intéressant c'est le site la sueur et les vidéo de greg mma sur la page you tube karaté bushido cette semaine il a affronté 2 légionnaires .
  13. pele-landi-jons75

    Ikusa me manque ...

    les news en anglais j'ai essayé de l'enlever de mon profil et aussi les news "l'equipe" dans le bar mais j'y arrive pas , avant je voyais direct le sujet news mma c’était plus pratique après pour l'affluence le covid ca joue un peu , les combats à huis clos et tout ,ufc fight Island a Abu Dhabi , les masques, les combattants positif au covid c'est anxiogène , cet été il yaura du avoir l'euro de football et les jeux olympique d'été . Au bellator a paris il y' aura 1000 personnes alors qu'a la base il y' aurait eu 20 000 personnes . C'est une année compliqué pour le sport .
  14. pele-landi-jons75

    Tony Yoka VS Johann Duhaupas 25 Septembre à Paris

    Le combat a duré 1m37 j'ai même pas eu le temps de lancer le streaming lol Yoka il a gagné en puissance dans ses coups mais Duhaupas il est arrivé hors forme mais gagnera un jolie chèque de 130 000 euros , comme cela il pourra se commander une belle caravane pour sa retraite bien mérité, la il a 39 ans mais il ya 10 ans c’était un super boxeur . L'interview de Tronché qu'il a faites la veille du combat dans le journal la voix du nord , on vois qu'il avait senti le combat facile pour Yoka, il devrait surement être le prochain challenger de Yoka vu que canal + l'a invité hier pour defier Yoka sur le ring . Boxe : le combat Yoka - Duhaupas, « c’est une supercherie » selon Raphaël Tronché C’est l’événement boxe de la rentrée chez les poids lourds : le champion olympique Tony Yoka affronte ce vendredi à Paris le Picard Johann Duhaupas. Un combat que va suivre d’un œil attentif Raphaël Tronché, ancien champion de France de la catégorie. Le boxeur de Grande-Synthe, qui habite à côté de Calais, entretient des relations très tendues avec Yoka, et estime toujours être son meilleur adversaire en France. Que ferez-vous ce vendredi soir sur les coups de 21 h30 ? « Je vais regarder le combat ! J’espère pouvoir un jour m’expliquer avec «Tony Yoka-caca culotte» ». – C’est le surnom que vous lui avez donné ? « J’ai le droit de le dire puisque c’est lui qui a affirmé en premier, je le cite «Tronché et Duhaupas caca culotte», parce qu’on avait soi-disant peur de lui. Alors je l’ai rebaptisé «Yoka caca culotte» puisque c’est une expression qu’il affectionne. » – Quel est votre avis sur ce combat ? « Je souhaite que Johann Duhaupas gagne, c’est une évidence. Je me sens extrêmement concerné par ce qu’il va se passer. J’ai fait des offres à Yoka, il n’y a plus besoin de les répéter (Tronché avait proposé au champion olympique 250 000 euros pour l’affronter à Lille). J’ai fait une offre à Johann début juillet, en lui proposant quand même 140 000 euros pour me rencontrer en décembre et lui laisser un vrai délai de préparation. Il m’a dit non pour finalement aller boxer face à Yoka pour moins d’argent, 130 000 euros, et avec moins de temps de préparation. Johann est le boxeur le plus courageux que je connaisse. Il a un mental d’acier sur un ring, un encaisseur pas possible, sauf qu’un boxeur ne peut pas seulement être évalué à son courage et à sa façon d’encaisser les coups. Le Duhaupas qui avait affronté Deontay Wilder (2015), Manuel Charr (2015) ou Robert Helenius (2016), ce n’est plus le Duhaupas de 39 ans d’aujourd’hui qui va monter sur le ring ! » – Vous voulez dire que le combat est beaucoup plus déséquilibré qu’il n’y paraît ? « Il ne faut pas que les gens soient dans le fantasme parce que c’est Duhaupas. Il y a cinq ou six ans, jamais de la vie Yoka aurait accepté de rencontrer Duhaupas. Même si techniquement Yoka aurait eu l’avantage, à la longue, Johann l’aurait massacré parce qu’il était en forme. Aujourd’hui, on veut nous vendre un faux suspense, c’est une supercherie. Ce n’est pas le combat du siècle. Je vais vous donner mon pronostic : s’il se passe cinq rounds, c’est déjà énorme ! Et c’est à contrecœur que je le dis car vous comprenez bien que je ne porte absolument pas Tony Yoka dans mon cœur. Mais s’il a la prétention de vouloir boxer Wilder et les plus grands, et qu’il fait douze rounds contre un Duhaupas pas en forme du tout, il a de quoi s’inquiéter ! J’ai mis les gants avec lui il y a un an, avant mon dernier combat à Gravelines. Fin juillet il était encore en vacances, il me l’a dit. Il n’est pas prêt physiquement. Qu’on ne nous fasse pas croire que Yoka va boxer le meilleur Français. S’il veut boxer le meilleur français, il doit me rencontrer moi. » – Vous vous dites que ça aurait pu être vous à la place de Duhaupas ? « Oui ça aurait pu, effectivement, mais ce n’est pas parce qu’il rencontre Duhaupas que ça l’exonère de combattre contre Raphaël Tronché. Lui et moi on n’est plus au stade de la boxe. Il m’a envoyé des messages personnels en juin (après son interview donnée dans le journal L’Équipe), il ne parlait pas de boxe. J’ai toujours été respectueux sans insulter personne, ça n’a pas été son cas et aujourd’hui il est temps qu’il réponde de ce qu’il a dit. Il a trop manqué de respect et dépassé toutes les limites pour la simple et bonne raison que j’avais condamné ce qu’il a dit (après la mort de George Flyod aux USA, Yoka avait exhorté ses abonnées sur Twitter en ces termes : « Brûlez tout, niquez tout »). C’est à lui de se remettre en question. » – Espérez-vous encore l’affronter un jour ? « Je n’espère rien. Lui et moi, ça peut se faire n’importe où : sur un ring ou à Auchan. Ce serait mieux de le faire sur un ring mais c’est à condition de ne pas insulter ma famille. Dans mon esprit, en ce moment, ce n’est pas boxer que j’ai envie de faire avec lui… Mais si ce combat peut avoir lieu ce serait une bonne chose sur tous les plans. » – Regrettez-vous de ne pas avoir accepté sa proposition, ce qui aurait pu être le combat de votre carrière ? « Je comprends l’idée mais absolument pas. La boxe est anecdotique, ce n’est pas ma vie. Tony Yoka ne sait faire que ça, moi je sais faire d’autres choses intellectuellement et pas seulement envoyer des messages dans un Français approximatif. La boxe est une passion que je fais dans un cadre professionnel. Mon but est d’être épanoui, pour moi et ma famille. » le Ko de Yoka sur Duhaupas
  15. pele-landi-jons75

    Officiel Le Bellator arrive à Paris le 10 Octobre 2020

    Voila la carte du Belator France 10 Octobre à Paris . 9 français seront sur la carte . Cheick Kongo (30-10-2) vs. Timothy Johnson (14-6) Michael Page (17-1) vs. Ross Houston (8-0) Oliver Enkamp (9-2) vs. Emmanuel Dawa (9-3) Terry Brazier (11-3) vs. Yves Landu (15-8) Davy Gallon (18-7-2) vs. Brian Hooi (16-7) Dominique Wooding (6-3) vs. Fabacary Diatta (6-0) Jean N’Doye (8-1) vs. Ciaran Clarke (2-0) Dylan Logan (4-4) vs. William Gomis (6-2) Maguy Berchel (10-4-1) vs. Lucie Bertaud (2-2)

© IKUSA 2003 - 2020 tous droits réservés

×